Quel appareil anti-rides choisir ?

Une routine anti-rides ne passe pas seulement par l'application d'une crème. Elle peut aussi intégrer des appareils aux technologies plus ou moins pointues qui sollicitent la peau en profondeur pour lutter efficacement contre l'apparition et l'installation des signes de l'âge.

Quel appareil anti-rides choisir ?
© Andrii Kobryn

Quel appareil anti-rides choisir à 30 ans ?

À partir de 25-30 ans, les rides ne se sont pas encore installées mais les premiers signes de fatigue apparaissent. Conséquence d'une vie à mille à l'heure, le teint se ternit et le grain de peau tend à s'épaissir sous l'effet des diverses agressions extérieures comme le soleil ou la pollution. Pour prévenir le vieillissement prématuré de la peau, on perfectionne sa routine beauté en s'offrant une brosse nettoyante anti-âge. Pratique et efficace pour chasser les petites impuretés qui asphyxient l'épiderme, la brosse nettoyante peut agir de différentes façons : par rotations (idéales en cas de peaux grasses et mixtes) ou encore par vibrations plus douces (parfaites en cas de peau sensible).

La trentaine, c'est aussi la période à laquelle apparaissent les premières petites ridules de déshydratation, notamment au niveau du contour de l'œil, une zone fragile où la peau est particulièrement fine. On peut alors investir dans un stylo contour des yeux qui associe de légères vibrations à de la lumière LED. Le principe des LED ? Ils émettent des ondes électromagnétiques de diverses couleurs qui ciblent les différentes problématiques cutanées. Pour lisser les rides de la patte d'oie, c'est la lumière rouge qui sera la plus pertinente. En effet, elle stimule la production de collagène et pousse les cellules à se renouveler plus vite. Au fil des séances, la peau se retend et les petits plis se floutent.

Quel appareil anti-rides choisir à 40 ans ?

Passé la quarantaine, il faut aider les cellules à se régénérer en stimulant la peau. Les appareils de dermabrasion sont alors des options à envisager pour exfolier la peau encore plus en profondeur. Comment ça marche ? L'appareil aspire les cellules mortes à la surface de la peau pour faire place nette et permettre au renouvellement cellulaire de se dérouler dans les meilleures conditions possibles. L'aspiration fait également office de massage, ce qui permet de booster la microcirculation et de bien oxygéner la peau. À nous la bonne mine et le teint frais !

Pour éviter que les rides ne s'installent trop vite, la luminothérapie par LED reste très intéressante. Les ondes lumineuses vont pénétrer dans les cellules cutanées pour les stimuler et leur redonner un fonctionnement de cellules jeunes. On s'offre cette fois-ci un appareil qui agit sur l'ensemble du visage pour retrouver rapidement une peau à l'aspect plus lisse et plus éclatant.

À noter : les appareils anti-rides cumulent souvent plusieurs technologies pour maximiser les performances. Il ne faut pas hésiter à se renseigner auprès de son dermatologue pour être sûre de faire le bon choix.

Quel appareil anti-rides choisir à 50 ans ?

À 50 ans, la peau perd en élasticité : elle est moins tendue, les rides s'accentuent et se creusent. Pour lutter contre le relâchement cutané, l'électrostimulation tombe à pic ! Version high-tech de la gymnastique faciale, les appareils d'électrostimulation envoient des petites impulsions électriques qui viennent stimuler les différents muscles du visage pour les tonifier et défroisser durablement les traits.

Pour un travail plus ciblé sur l'ovale du visage, rien de tel que les ultrasons. Cette technique émet des ondes sonores dont l'énergie se transforme en chaleur dans les différentes couches de la peau. La stimulation thermique provoque la rétraction des fibres de collagène existantes et active la production de nouvelles fibres de collagène, ce qui va avoir un effet tenseur. Au fur et à mesure des séances, la peau gagne en souplesse et en fermeté.

N.B. : qu'importe l'appareil anti-rides choisi, attention à toujours bien lire la notice avant utilisation. Il est important de suivre scrupuleusement les instructions indiquées pour éviter toute mauvaise surprise.

(Remerciements au Dr Marie-Thérèse Bousquet)