A la découverte de la beauté éco-responsable

Entre urgence écologique et crise sanitaire, la cosmétique joue la carte green pour des lendemains plus respectueux de la nature et de la peau. Tout ce qui change.

A la découverte de la beauté éco-responsable
© sonjachnyj

Flacon de gel douche vide, rouge à lèvres à peine utilisé, vernis pâteux… la quantité de déchets dans nos salles de bains est considérable. Pour minimiser l'impact environnemental l'industrie cosmétique opère un virage écologique avec des actions concrètes.

Des packs et des produits eco-responsables

La prise de conscience écologique du secteur n'est pas nouvelle. Les marques revoient la composition de leurs emballages pour réduire leur taxe carbone. Chez Yves Rocher, depuis le lancement de leur gel douche concentré en 2017 (100 ml de produit qui correspond à 400 ml de produit classique), plus de 30 tonnes de plastique ont été économisées et la marque assure que dès le mois d'octobre, tous ses flacons seront en PETC recycle / recyclable. Chez Guerlain, la composition du pot de la crème Abeille Royale a été modifiée sans changer sa contenance, pour réduire le poids du produit.

Autre solution : proposer davantage de produits rechargeables. Si tout le secteur s'est mis à développer ce format, la parfumerie s'est montrée particulièrement innovante. Chez Lancôme ou Mugler par exemple, on peut venir en boutique remplir son flacon d'origine dans une fontaine à parfum.

Réduire la consommation d'eau est aussi au cœur des préoccupations de l'industrie et des consommateurs. En témoigne le boom des soins solides. Les savons et shampoings solides des marques comme Unbottled, Respire ou Lush prennent de plus en plus de parts de marché et font le buzz sur les réseaux sociaux.

                                                                              
Des formules plus safe et sensorielles

Depuis l'explosion du bio, les marques de cosmétique "clean" leurs formules pour protéger la santé des consommateurs sans pour autant faire de compromis sur l'efficacité et la sensorialité. " La transformation du secteur est guidée par des conso-acteurs qui veulent connaître la composition de leurs produits, savoir d'où ils viennent et comment ils ont été fabriqués ", explique Justine Hutteau, Co-fondatrice de la marque Respire.  Pour aller dans ce sens, les marques ont éliminé les ingrédients controversés de leurs formules (silicone, paraben…) et se sont mises en quête de matières premières naturelles. Aujourd'hui, la plupart des produits d'hygiène affichent plus de 95 % d'ingrédients d'origine naturelle dans leur composition. Le sourcing et les circuits courts sont privilégiés. Le made in France et les productions locales sont devenus des gages de qualité et de sécurité. Côté sensorialité, les laboratoires ne cessent d'innover pour concevoir des alternatives végétales aux composants chimiques traditionnellement utilisés, en intégrant par exemple des agents moussants naturels dans les shampoings et gels douche ou des dérivés d'huiles végétales dans les produits de maquillage.

La beauté a bien entamé sa révolution verte et n'a pas fini d'innover et de nous surprendre pour créer des produits toujours plus performants, sensoriels et eco-friendly. A suivre.