Crème anti-rides à 40 ans : laquelle choisir et comment l'appliquer ?

Les besoins de la peau évoluent avec l'âge. À 40 ans, il faut l'aider à retrouver tout ce qui lui fait défaut : de l'hydratation, de la souplesse et de la fermeté. Les conseils du Dr Laurence Netter pour une routine beauté optimale.

Crème anti-rides à 40 ans : laquelle choisir et comment l'appliquer ?
© rido

Quelle crème anti-rides choisir après 40 ans ?

Vers l'âge de 40-45 ans, les rides se multiplient et s'installent de plus en plus profondément. Les radicaux libres s'attaquent encore et toujours à la peau, d'où l'importance de continuer à bien se protéger du soleil et des autres agressions extérieures comme la pollution, le stress, le tabac ou encore la malbouffe.

Comme à 30 ans, on choisit des crèmes anti-rides chargées en antioxydants et en acide hyaluronique, et on applique toujours les mêmes règles de base avec, en tête, un démaquillage dans les règles de l'art. Ce que l'on peut ajouter, en revanche, c'est l'utilisation systématique d'un sérum avant sa crème de jour en fonction des petites imperfections qui viennent s'ajouter avec le temps : anti-taches, hydratant, repulpant… Le soir, on opte pour des soins anti-rides chargés de booster la production de collagène "parce que le cycle de renouvellement cellulaire commence à ralentir et que la peau a de plus en plus de mal à se régénérer", explique la dermatologue Laurence Netter.

Du côté des actifs, "la vitamine A acide (ou acide rétinoïque) est l'actif le plus efficace pour stimuler les fibroblastes et la production de collagène, assure l'experte. Mais c'est une molécule très agressive que l'on va mal supporter à 40 ans". L'alternative ? Le rétinol, un dérivé de la vitamine A, qui booste le renouvellement cellulaire et retarde efficacement l'apparition des rides. "Malgré tout, le rétinol reste un produit assez irritant. Sur une peau sensible, son utilisation peut faire peler la peau et entraîner des rougeurs", prévient la dermatologue. La meilleure option est de l'utiliser sous forme de sérum et d'appliquer ensuite une crème hydratante riche ou réparatrice.

Quelle crème anti-rides pour les yeux après 40 ans ?

Passé 40 ans, les fameuses pattes d'oies se creusent et s'accompagnent de cernes et de poches de plus en plus difficiles à cacher. Des imperfections marquées qui assombrissent le regard et qui donnent un air constamment fatigué, que les grasses matinées n'arrivent plus à gommer. Contrairement aux idées reçues, Laurence Netter explique qu'il ne faut pas forcément investir dans une crème anti-rides spécifique pour les yeux : "Si la crème anti-rides que l'on utilise pour le visage est bien tolérée au niveau du contour des yeux, on peut largement s'en contenter. Ce sont généralement les même actifs que l'on retrouve dans les crèmes et les soins ciblés. Ils sont simplement plus dosés et la galénique est différente. Maintenant, si l'on applique sa crème habituelle et que l'on se réveille le matin avec les yeux deux fois plus gonflés, mieux vaut investir dans un produit spécifique qui conviendra mieux".  

Crème, sérum, stylo combleur ou roll-on décongestionnant : les solutions sont nombreuses pour retrouver un regard frais et reposé.

Bonus : certains soins permettent de traiter les yeux et les lèvres en même temps. Pratique !

Comment bien appliquer sa crème anti-rides après 40 ans ?

La quarantaine lance aussi le top départ du relâchement cutané. Plus question d'appliquer sa crème à la va-vite, on prend désormais le temps de bien appliquer ses soins anti-rides pour faire pénétrer les actifs de façon optimale et décrisper les muscles qui tirent sur la peau. La bonne gestuelle ?

  1. On chauffe un peu de produit entre ses mains et on les dépose avec la paume des mains sur le front, le menton, les joues et le cou en effectuant de légères pressions.
  2. On fait ensuite pénétrer le soin en effectuant des mouvements de lissages avec la tranche des index, de l'intérieur vers l'extérieur sur le visage et du bas vers le haut sur le cou.
  3. On procède lentement et profondément en veillant à ne jamais plisser les tissus.

(Remerciements au Dr Laurence Netter, dermatologue.)