Microblading : zoom sur le maquillage semi-permanent des sourcils

Facile à entretenir et longue durée, le microblading permet aux sourcils les moins fournis de retrouver du poil de la bête. On vous dit tout sur cette technique de maquillage semi-permanent qui séduit de plus en plus de regards.

Microblading : zoom sur le maquillage semi-permanent des sourcils
© ayphoto

Inspiré d'un savoir-faire venu d'Asie, le microblading des sourcils fait partie des techniques de maquillage semi-permanent les plus demandées de ces dernières années. Déroulement d'une séance, douleur, cicatrisation, évolution dans le temps...On fait le point avec Samira Izougarhane, experte en micropigmentation et formatrice pour le fabricant de pigments de grade médical BIOTIC Phocea.

Qu'est-ce que le microblading des sourcils ?

Le microblading est une technique de maquillage semi-permanent qui permet de recréer des poils par effet d'optique là où il n'y en a pas assez (et même plus du tout). Si le procédé peut rappeler celui du tatouage, il est en réalité beaucoup moins invasif : « Pour dessiner les poils, on utilise un stylo métallique muni d'aiguilles très fines qui forment comme une lame, explique Samira Izougarhane. Ces aiguilles permettent de déposer les pigments à la limite du derme et d'obtenir un résultat longue durée mais pas indélébile. En effet, contrairement au tatouage, le microblading disparaît naturellement entre six mois et un an si on décide de ne pas l'entretenir avec des retouches annuelles. »

En fonction des praticiennes et du résultat désiré, le microblading peut être réalisé à la main ou à l'aide d'un dermographe : la première méthode permet de dessiner des poils très fins et la seconde de tracer des traits plus soutenus. « Il est parfaitement possible de mixer les deux techniques, et c'est même plutôt conseillé pour obtenir un résultat criant de naturel », ajoute la professionnelle. 

Niveau prix, il faut compter entre 200 et 500 euros en fonction de l'institut et des techniques utilisées. Certains devis comprennent une retouche un mois après le premier rendez-vous mais ce n'est pas toujours le cas. Il est donc important de se renseigner pour éviter d'exploser son budget.

Quelle est la différence entre microblading et microshading ?

Le microblading est une technique de choix pour les sourcils clairsemés et peu fournis, blonds comme bruns, qu'il permet d'équilibrer et d'étoffer en quelques petits coups de lame. C'est aussi une option intéressante pour reconstruire des sourcils inexistants car trop épilés pendant sa jeunesse ou tombés des suites d'un traitement anti-cancer comme la chimiothérapie.

En revanche, pour combler quelques trous sur des sourcils déjà naturellement volumineux, il vaut mieux privilégier une autre technique de maquillage semi-permanent, le microshading. « Cette méthode a pour but de produire un effet d'ombrage semblable à celui du crayon à sourcils. Contrairement au microblading, on ne cherche pas à créer des poils mais à harmoniser et intensifier la ligne », détaille Samira Izougarhane.

Comment se déroule une séance de microblading des sourcils ?

Une séance de microblading en bonne et due forme commence toujours par une consultation personnalisée qui permet de définir les besoins de la cliente et de vérifier qu'elle peut bénéficier de la prestation sans risque. Lors de ce tête à tête, la praticienne remplit un questionnaire de santé pour recenser les traitements en cours, maladies ou allergies pouvant, le cas échéant, contre-indiquer une séance de maquillage semi-permanent. Si tous les voyants sont au vert, elle peut sortir ses pigments et préparer son matériel.

Après une épilation classique des sourcils, la professionnelle dessine une proposition de forme avec un feutre spécifique ou un simple crayon à sourcils. « On modifie la ligne jusqu'à ce que le résultat soit validé par la cliente et on ne commence jamais la pigmentation sans son accord », précise Samira Izougarhane. 

Le microblading fait-il mal ?

En fonction de l'étendue du travail à effectuer, la séance peut durer 30 minutes comme plus d'une heure. Mais que les douillettes se rassurent, si le passage des aiguilles sur la peau n'est pas très agréable, la douleur est largement supportable. Malgré tout, si on a peur d'avoir mal, on peut demander à son médecin généraliste une prescription pour une crème anesthésiante à base de lidocaïne, à appliquer sur la peau une petite demi-heure avant le microblading.

Comment cicatrise un microblading ?

Directement après la séance de microblading, il y a un certain nombre de règles à respecter pour que la cicatrisation se passe bien et que le résultat soit le plus satisfaisant possible. Jusqu'à sept jours après la prestation, il est conseillé de ne pas toucher à ses sourcils, d'éviter de mouiller la zone et de ne pas faire de sport (ni de fréquenter un hammam ou un sauna) pour limiter la transpiration. « On peut appliquer une crème cicatrisante mais c'est tout », préconise Samira Izougarhane. 

Il est aussi important de garder en tête que le résultat définitif ne sera pas visible avant plusieurs semaines. Comme l'explique la professionnelle, « dès le deuxième jour, le microblading va foncer et de petites croûtes vont se former à la surface de la peau. Il ne faut pas s'inquiéter car ça fait partie du processus normal de cicatrisation ». Une fois que les croûtes seront tombées, il faudra attendre encore quelques semaines pour que les pigments se stabilisent et juger si, oui ou non, une seconde séance est nécessaire.

Comment entretenir son microblading des sourcils ?

Une fois cicatrisé, le microblading demande peu d'entretien, même si certaines précautions peuvent aider à allonger sa durée de vie : « Pour que le résultat tienne dans le temps, il faut éviter les crèmes qui boostent le renouvellement cellulaire ainsi que les soins resurfaçants, qui risquent d'abîmer les pigments, et ne pas oublier d'appliquer un écran solaire avant chaque exposition aux UV », conseille Samira Izougarhane.

Et si on n'aime pas le rendu final ? Pour enlever un microblading raté ou qui a mal vieilli, si on ne veut pas attendre de longs mois que les pigments s'estompent naturellement, on peut effectuer des séances de détatouage chez un dermatologue ou prendre rendez-vous chez une esthéticienne formée à la dépigmentation sans laser

Où faire un microblading des sourcils ?

Avant de pousser la porte d'un institut proposant le microblading des sourcils, il est important de se renseigner sur les règles d'hygiène qui y sont pratiquées et sur la façon dont les esthéticiennes travaillent. Pour Samira Izougarhane, « il ne faut pas non plus hésiter à demander à voir des photos avant/après pour se faire une idée du style de maquillage semi-permanent qui y est réalisé. C'est tout bête et ça peut éviter quelques mauvaises surprises ».

Pour aider les particuliers à trouver une praticienne de confiance, la plateforme de réservation en ligne Ink Me Up, lancée par deux fans de dermopigmentation, référence uniquement des professionnelles formées à l'hygiène et certifiées (entre autres) en microblading. De quoi se lancer dans l'aventure le sourcil léger.