Comment accoucher plus vite ?

Un accouchement qui s'éternise, c'est la hantise de nombreuses futures mamans à l'approche du jour J. Sandrine Brame, sage-femme, nous donne quelques techniques pour accélérer le travail.

Comment accoucher plus vite ?
© Elnur Amikishiyev-123rf

Parce que la durée d'un accouchement ne peut jamais être déterminée à l'avance, il est intéressant de connaître quelques techniques pour accélérer le processus si celui-ci venait à durer. Des habitudes à prendre quelques jours avant le terme pour encourager bébé à se diriger vers la sortie. Voici quelques techniques pour accoucher plus rapidement

Bouger pour accélérer l'accouchement 

"L'accouchement, c'est le mouvement !, commence d'emblée Sandrine Brame, sage-femme et trésorière du Conseil National de l'Ordre des sages-femmes. Pour accélérer le travail et favoriser la descente du bébé dans le bassin, il est essentiel de bouger, de marcher, de mobiliser le bassin en se déplaçant sur un swissball". Le mouvement favorise les contractions et la descente du bébé dans le col de l'utérus, tout en l'encourageant à se placer dans la bonne position. La tête du bébé va alors appuyer sur le col, ce qui va déclencher la sécrétion d'ocytocine, hormone de l'accouchement. 

Des exercices avec un Swiss Ball pour accélérer le travail

Le ballon de grossesse, également appelé Swiss Ball, est un outil bien connu des futures mamans. Le jour de l'accouchement, il se révèle d'une aide précieuse pour accélérer le travail. En effet, le Swiss Ball permet de faire des exercices qui mobilisent le bassin, participent à l'ouverture du col, et favorisent la descente du bébé. Aujourd'hui, la plupart des salles de naissance en sont dotées. "Il contribue également à soulager les douleurs lombaires ainsi que les douleurs liées aux contractions. L'exercice le plus basique consiste à faire des mouvements circulaires du bassin en étant assise sur le ballon. Se placer à quatre pattes, les avant-bras sur le ballon est également préconisé pour soulager les douleurs et accélérer le travail", précise la sage-femme. 

Avoir des rapports sexuels pour accélérer l'accouchement

Les rapports sexuels aideraient à déclencher l'accouchement puisque le sperme contient des prostaglandines naturelles qui participent à mâturer le col. L'orgasme entraîne quant à lui la production d'ocytocine, hormone de l'accouchement, et des contractions. Cependant, Sandrine Brame rappelle que l'efficacité de cette technique n'a pas été démontrée scientifiquement.

Stimuler les mamelons pour accoucher plus vite

La stimulation des mamelons serait également bénéfique pour accoucher plus vite. Elle entraînerait la production d'ocytocine et par conséquent, augmenterait la fréquence des contractions. Parmi les autres techniques évoquées pour accélérer le travail, citons notamment l'acupuncture et l'homéopathie. "Aucune de ces techniques n'est réellement validée scientifiquement, autrement il n'y aurait plus de termes dépassés. Seul l'accouchement médicalisé avec une information éclairée de la patiente sur le déclenchement artificiel du travail est reconnu", nuance la spécialiste.

Quelle position pour accélérer l'ouverture du col ?

"Chaque future maman va changer de position jusqu'à ce qu'elle trouve celle qui est la plus confortable pour elle", explique notre experte. L'absence de péridurale permet une plus grande mobilité des membres inférieures, il est donc plus facile de tester différentes positions, abordées au préalable avec la sage-femme en cours de préparation à l'accouchement. "Debout, accroupie, à quatre pattes, sur un ballon... Cela dépend de ce qui est gérable par la patiente, mais aussi de la manière dont bébé pose sa tête. Ce qui est important, c'est la préparation pour connaître les différentes postures qui pourront accompagner le travail et l'expulsion. C'est plus facile si en amont on a déjà testé", continue-t-elle. 

Les techniques médicales pour déclencher l'accouchement 

Plusieurs techniques sont utilisées pour faciliter la mise en route du travail à un certain terme. La plus répandue reste le décollement des membranes, qui consiste en un examen gynécologique au cours duquel la sage-femme glisse un doigt entre le col et les membranes pour décoller le pôle inférieur de l'œuf et entraîner la sécrétion d'ocytocine naturelle. "Ce geste doit être consenti par la patiente parce qu'il peut se révéler douloureux et qu'il ne fonctionne pas à tous les coups", prévient Sandrine Brame. La rupture des membranes réside quant à elle dans la rupture de la poche des eaux pour déclencher l'accouchement. L'administration d'ocytocine en intraveineuse ainsi que l'application de gel de prostaglandine au niveau du col de l'utérus peut également être préconisée. 

Jour de l'accouchement