Grossesse après un curetage : risques, combien de temps attendre ?

Au bout de combien de temps peut-on retomber enceinte après avoir subi un curetage et cette future grossesse devra-t-elle faire l'objet d'une surveillance accrue ? Explications avec la sage-femme Isabelle Derrendinger.

Grossesse après un curetage : risques, combien de temps attendre ?
© 123RF / Siarhei Lenets

Grossesse et curetage : dans quels cas ?

"Un curetage est réalisé généralement dans le cas d'une IVG, d'une fausse couche précoce ou d'un oeuf clair (le sac embryonnaire se forme mais ne contient pas d'embryon) lorsque l'évacuation utérine n'est pas totale", explique Isabelle Derrendinger, secrétaire générale du Conseil de l'Ordre des Sages-femmes et directrice de l'école des sages-femmes du CHU de Nantes. En somme, il reste des débris placentaires et/ou embryonnaires dans la cavité utérine, susceptibles d'occasionner une hémorragie. Ce curetage va donc permettre de nettoyer l'utérus. Pour autant, cela reste une intervention rare et non systématique car la plupart du temps, le corps procède naturellement à une expulsion totale, de lui-même.

Curetage : qu'est-ce que c'est ?

On emploie le terme curetage parce qu'autrefois, il se réalisait avec une curette, sorte de petite cuillère avec un long manche que l'on insérait, par le biais du col, dans l'utérus pour nettoyer les débris. Aujourd'hui, en France, le curetage est moins agressif, rassure Isabelle Derrendinger : "c'est un système d'aspiration par canule à l'aide d'une sorte de paille qui va venir nettoyer l'intérieur de l'utérus". Un processus moins traumatique pour l'utérus, pas de risque de le blesser ou perforer comme cela pouvait être le cas avec la curette. "Cette intervention est donc sans conséquence pour une future grossesse" assure la sage-femme. 

Curetage, quel risque pour la prochaine grossesse ?

S'il s'agit d'une première fausse-couche ou IVG ayant entraîné un curetage, que tout s'est bien passé comme c'est le cas la plupart du temps, pas de surveillance particulière lors de la prochaine grossesse. "Avoir subi un curetage, ne vient pas présager du succès ou non d'une grossesse ultérieure, il n'y a pas plus de risques que s'il s'agit d'une première grossesse", insiste la secrétaire générale du Conseil de l'Ordre des Sages-femmes. 

Grossesse après curetage : combien de temps avant de retomber enceinte ?

L'OMS recommande, au niveau international, d'attendre environ 6 mois avant de retomber enceinte après avoir subi un curetage. Or, "en France, les techniques d'aspiration avec une canule n'ont pas de risque traumatiques pour l'utérus, comme cela peut être le cas dans des pays où le curetage se fait encore à l'aide d'une curette", pondère Isabelle Derrendinger. D'ailleurs, les médecins recommandent généralement d'attendre environ trois mois, soit un intervalle de temps divisé par deux. Mais, il semble que le délai avant de retomber enceinte n'ait aucune incidence sur le bon déroulement de la future grossesse comme le prouve une étude écossaise de 2010. Des chercheurs se sont penchés sur le cas de 107 femmes ayant fait une fausse couche spontanée au cours du premier trimestre de la grossesse, suivie d'une grossesse ultérieure. Ils ont ensuite analysé l'impact de l'intervalle entre chaque grossesse et l'impact allant de moins de 6 mois pour certaines, à plus de 24 mois. Conclusion, le délai n'a eu aucun impact sur le bon déroulement de leur future grossesse. Au contraire, les données montrent que les femmes qui attendent environ trois mois ont plus de succès dans leur future grossesse que celles qui attendent plus longtemps. Cela s'expliquerait en partie par le fait que, passé 35 ans, les risques de fausse-couche augmentent et que beaucoup de femmes de cette tranche d'âge ont préféré ne pas trop attendre.

Libre à chacune donc de retomber enceinte dans trois, six ou neuf mois après un curetage, en fonction de son désir et de son ressenti personnel. Certaines ont besoin de plus de temps pour faire leur deuil de leur bébé (y compris dans le cas d'une IVG), d'autres préfèrent retomber enceinte sans tarder. 

Questions et petits maux de la grossesse