Prurit gravidique pendant la grossesse : quels traitements ?

Très fréquent pendant la grossesse, le prurit gravidique se caractérise par des démangeaisons de la peau. À quoi est-il dû ? Quels sont les risques pour la future maman et le fœtus ? Comment le traiter ? Réponses avec le Dr Julia Maruani, gynécologue médicale et Secrétaire Générale de la FNCGM.

Prurit gravidique pendant la grossesse : quels traitements ?
© Sosiukin-123rf

Qu'est-ce que le prurit gravidique ?

Au cours de leur grossesse, de nombreuses femmes souffrent de prurit, terme médical pour désigner les démangeaisons. L'envie de se gratter est permanente, à tel point qu'elle empêche parfois les futures mamans de dormir. "Le prurit gravidique, c'est la peau qui démange pendant la grossesse. Les démangeaisons au cours de la grossesse concernent au moins 15 % des femmes enceintes avec ou sans problèmes cutanés associés", commente le Dr Julia Maruani. 

Quelles sont les causes du prurit gravidique ? 

Les causes du prurit gravidique peuvent être totalement bénignes ou entraîner des répercussions pour le fœtus. "C'est important de s'occuper du prurit parce qu'il peut relever de causes bénignes comme la sécheresse de la peau liée à la grossesse ou de causes plus embêtantes comme la cholestase gravidique qui peut avoir un retentissement sur le bébé", prévient la spécialiste. On distingue trois causes principales : 

  • Les modifications normales de la grossesse : une sécheresse de la peau qui va généralement régresser avec l'application de crèmes hydratantes ; une peau atopique : "ce type d'anomalie démarre en général au premier ou deuxième trimestre mais est moins sévère, on va juste prescrire des crèmes émollientes, des antihistaminiques pour les démangeaisons et des crèmes corticoïdes si la patiente est très gênée", explique la secrétaire générale de la FNCGM. 
  • L'éruption polymorphe de la grossesse (EPG) : elle survient dans 1% des grossesses. Les patientes qui ont ces éruptions vont avoir des plaques rouges légèrement en relief sur la peau qui démange. D'abord, au niveau du ventre et petit à petit, cela va se propager au reste du corps, sans jamais atteindre le visage. "Contrairement à la cholestase gravidique, l'EPG n'entraîne pas de risque pour le bébé. En revanche, cela peut être très gênant pour la maman qui n'arrive pas  à dormir (prurit insomniant)", nuance la gynécologue médicale. 
  • La cholestase gravidique : il s'agit d'une maladie du foie survenant la plupart du temps au troisième trimestre de la grossesse. Elle se manifeste par de fortes démangeaisons, surtout aux extrémités, et parfois un ictère (jaunisse).

Quel est le diagnostic du prurit gravidique pendant la grossesse ? 

Plusieurs éléments permettent d'orienter le diagnostic : tout d'abord le moment de la grossesse auquel le prurit gravidique survient : la sécheresse de la peau, l'eczéma, la peau atopique, les réactions allergiques de la peau peuvent survenir dès le début de la grossesse alors que la cholestase gravidique et l'éruption polymorphe de la grossesse sont des pathologies qui vont survenir au 3ème trimestre. On prend également en compte le fait de savoir si ces démangeaisons sont totalement isolées, c'est-à-dire est-ce qu'il n'y a rien sur la peau, ou est-ce qu'elles vont s'associer à des manifestations comme des éruptions, des plaques ou des rougeurs. Enfin, on regarde la zone où cela démange : selon les causes du prurit, ça ne va pas gratter au même endroit. Par exemple, dans la cholestase, les démangeaisons vont apparaître sur l'ensemble du corps mais davantage au niveau des extrémités (mains et pieds). L'éruption polymorphe de la grossesse, qui correspond à une maladie dermatologique, va quant à elle surtout entraîner des démangeaisons au niveau du ventre et se diffuser ensuite. 

"Face à une femme enceinte qui se gratte, nous allons toujours lui demander la localisation de ces démangeaisons, examiner sa peau et déterminer si des lésions cutanées apparaissent en même temps ou en décalé, indique le Dr Julia Maruani. En fonction des symptômes, des prises de sang pourront être effectuées. Nous allons aussi chercher à éliminer les causes de démangeaisons qui n'ont rien à voir avec la grossesse mais qui peuvent survenir pendant cette période : une allergie à un médicament ou à un produit si elle vient juste de changer de gel douche, de lessive. Il faut également toujours penser à la gale"

Comment reconnaître une cholestase gravidique ? 

La cholestase gravidique a la particularité d'entraîner des démangeaisons sur la peau mais sans aucune lésion cutanée. "La cholestase se retrouve dans 1 % des grossesses et dans 80 % des cas, elle survient au troisième trimestre. Elle est liée aux hormones qui vont modifier la sécrétion biliaire", détaille la spécialiste. Les signes disparaissent totalement avec l'accouchement. "Face à une femme qui présente un prurit à 30 semaines d'aménorrhée, un bilan biologique à la recherche de signes biologiques de la cholestase va être effectué : bilan hépatique, dosage des acides biliaires. En fonction des résultats, le diagnostic va être posé et un traitement sera mis en place", continue-t-elle. 

Prurit gravidique : quels sont les risques pour la maman et le bébé ?

C'est quasi exclusivement la cholestase gravidique qui est associée à des risques pour le fœtus, avec 20 à 40% de prématurité et 2% de mort fœtale in utero. "Ce risque-là va nécessiter la mise en place d'un traitement adapté, une hospitalisation en fin de grossesse et le déclenchement de l'accouchement dans tous les cas à 37-38 semaines d'aménorrhée, soit trois semaines avant le terme, puisque la majorité des morts fœtales in-utero se déroulent durant les trois dernières semaines de grossesse", précise la secrétaire générale de la FNCGM. Pour la mère, il n'y a pas de risque, à part le fait de se démanger. 

Comment éviter le prurit gravidique ? 

Le prurit gravidique ne peut pas être prévenu. La cholestase et l'éruption polymorphe de grossesse entraînent forcément un prurit. Pour les calmer, des antihistaminiques et des crèmes à base de cortisone vont être administrés mais bien souvent, les femmes enceintes garderont ces démangeaisons jusqu'à la fin de leur grossesse.

Quels sont les traitements du prurit gravidique ? 

Le traitement du prurit gravidique est toujours le même : nettoyage de la peau avec des pains dermatologiques sans savon pour limiter l'irritation, puis l'application de crèmes hydratantes, et selon la cause et la sévérité, application de corticoïdes locaux et la prise d'antihistaminique. N'hésitez pas à consulter en cas de fortes démangeaisons pendant la grossesse.

Questions et petits maux de la grossesse