Diabète gestationnel : taux, causes, risques, que faire ?

Le diabète gestationnel apparaît souvent pendant la grossesse et disparaît généralement après l'accouchement. Quels sont les risques pour la maman et le bébé à naître ? Que faire et que manger en cas de diabète gestationnel ? Quel taux ne pas dépasser ? On fait le point.

Diabète gestationnel : taux, causes, risques, que faire ?
© serezniy-123rf

Qu'est-ce que le diabète gestationnel ?

[Mise à jour du 8 juillet 2022]. Le diabète gestationnel également appelé diabète de grossesse est défini comme une anomalie de la tolérance au glucose conduisant à une hyperglycémie de sévérité variable, dont le diagnostic est effectué pendant la grossesse. Dans 85 % des cas, le diabète est dû à une anomalie de la tolérance glycémique, qui apparaît dans la deuxième moitié de la grossesse, soit entre la 22e et la 24e semaine. Les femmes enceintes ont alors trop de sucre dans le sang, mais le diabète gestationnel ne provoque pas de symptôme. C'est pourquoi une analyse de sang permettant de mesurer la glycémie est réalisée au cours du 6e mois de grossesse. Que les futures mamans se rassurent : la plupart du temps, le diabète gestationnel disparaît après l'accouchement. Il faudra néanmoins vérifier que tout va bien en effectuant de nouveau un test HGPO trois mois après la naissance du bébé.

Quelles sont les causes du diabète gestationnel ?

Plusieurs facteurs de risques sont susceptibles d'augmenter les cas de diabète gestationnel chez la femme enceinte. Mais le diabète de grossesse est avant tout lié aux hormones de grossesse. 

  • Le surpoids et l'obésité : une femme en surcharge pondérale dont l'IMC est supérieur à 25 est exposée aux risques de diabète gestationnel.
  • Un âge supérieur à 35 ans
  • Les antécédents familiaux au premier degré de diabète de type 2 (père, mère, frère ou soeur).
  • Les antécédents de diabète gestationnel
  • Les antécédents d'accouchement de "gros bébé" (plus de 4 kg à terme). 
  • Diabète gestationnel lors d'une grossesse précédente.

Diabète gestationnel : quels risques pour la mère et le bébé ?

Si vous avez trop de sucre dans le sang, il traverse le placenta et le fœtus produit alors plus d'insuline, ce qui entraîne une croissance excessive, notamment du tissu adipeux.

Quels risques pour la mère ?

Bébé peut prendre rapidement du poids, ce qui n'est pas sans poser problème au moment d'accoucher ce qui implique un risque accru de césarienne et d'extraction instrumentale. Les femmes enceintes ayant un diabète gestationnel sont également plus à risque d'en refaire lors d'une prochaine grossesse, et s'exposent également à un diabète de type 2 après la naissance de bébé. "C'est la raison pour laquelle, la prise en charge du diabète ne s'arrête pas à l'accouchement. En post partum, les mères doivent continuer à bien s'alimenter et à faire contrôler leur glycémie tous les ans", ajoute le Pr Anne Vambergue, diabétologue à l'hôpital Claude Huriez à Lille. Un autre test HGPO sera par ailleurs réalisé au troisième mois qui suit l'accouchement.

Quelles conséquences pour le bébé ?

Le principal risque pour le bébé est la macrosomie foetale (un bébé d'un poid supérieur ou égal à 4 kg). Une échographie sera réalisée pour vérifier son poids, aux alentours de 32 ou 33 semaines d'aménorrhée. Si la taille et le poids du bébé sont à ce stade plus importants que la norme, alors on programme une nouvelle échographie trois semaines plus tard. En cas de besoin, un déclenchement de l'accouchement sera programmé 15 jours avant le terme afin d'éviter que le bébé ne soit encore plus gros à l'accouchement. L'autre risque pour le bébé : l'hypoglycémie à la naissance. En effet, après avoir été habitué au sucre in utero, bébé risque de manquer de sucre à la naissance. L'équipe médicale surveillera alors le taux de sucre, au niveau du talon du bébé durant la première journée de vie. En cas de besoin, un lait artificiel lui sera donné. 

L'accouchement peut-il être déclenché en cas de diabète gestationnel ?

"Oui, l'accouchement est déclenché à 38 semaines de grossesse en cas de diabète de type 2. En revanche, en cas de diabète gestationnel et en l'absence de surpoids et de la mère et de macrosomie (gros bébé), on ne déclenche pas", précise le Pr Anne Vambergue. Quoi qu'il en soit, la décision de déclencher, comme celle de la voie d'accouchement, doit tenir compte de différents critères et sont donc à discuter, au cas par cas, avec la mère et l'équipe soignante.

Pourquoi mesure-t-on le taux de sucre dans le sang ?

Lors du deuxième trimestre de la grossesse, plus précisément entre la 22e et la 24e semaine de grossesse, le placenta se met à produire beaucoup d'hormones dont le rôle est de favoriser le passage de tous les éléments nécessaires à la croissance du fœtus (nutriments, oxygène, énergie...). Objectif : le faire grandir et grossir. "C'est la période de notre vie où la croissance est la plus rapide et la plus forte. Et pour cause : le futur bébé va passer d'un poids d'environ 500 g à 3 kg à la naissance, soit un poids multiplié par 10 en seulement 3 mois !", précise le Pr Lepercq. Ces hormones placentaires ont par ailleurs pour effet de réduire l'efficacité de l'insuline, dont le rôle est de réguler le taux de sucre dans le sang. Si tout va bien, cette résistance à l'insuline, incite le pancréas à en produire davantage pour compenser et maintenir des valeurs de glycémie normales. Seulement, comme l'explique Jacques Lepercq, "lorsque le pancréas n'est pas suffisamment efficace ou que la femme enceinte est en surpoids, elle ne peut pas adapter sa production d'insuline, provoquant alors une hyperglycémie et donc un diabète gestationnel".

Dépistage du diabète gestationnel : quand, pour qui ?

"Les femmes enceintes avec facteurs de risque, notamment en cas d'obésité, sont les plus à risque de complications, il est indispensable de les dépister au plus tôt pour les prendre en charge rapidement", insiste le Pr Lepercq. Idéalement, le dépistage doit être pratiqué lors de la conception pré-natale, donc avant de concevoir l'enfant. "Cela évite que le fœtus ne se développe alors que sa mère est déjà diabétique, ce qui augmenterait les risques de malformations", explique Jacques Lepercq. Sinon, le dépistage de la glycémie peut se faire lors de la première consultation gynécologique (avant 15 semaines). Enfin, l'ALFEDIAM, association de langue française pour l'étude du diabète et des maladies métaboliques, préconise de rechercher systématiquement un diabète gestationnel en effectuant un dosage de la glycémie chez toutes les femmes enceintes à 28 semaines de grossesse.

Comment se passe le test HGPO pour dépister le diabète gestationnel ? 

Il s'agit d'une glycémie à jeun. Lorsque la glycémie est supérieure à 1,26 g/L, il s'agit d'un diabète de type 2 antérieur à la grossesse. Lorsqu'elle est comprise entre 0,92 g/L et 1,26 g/L, il s'agit alors d'un diabète gestationnel. Chez les autres patientes non diagnostiquées préalablement, mais avec facteur de risque, on pratique un test de dépistage du diabète gestationnel par une hyperglycémie provoquée par voie orale (test HGPO) entre la 24e et la 28e semaine d'aménorrhée, au moment où la tolérance au glucose est moins bonne. Rappelons que ce test remplace le test O'Sullivan qui était jusqu'alors utilisé pour mesurer le taux de glycémie. Avec le test HGPO, vous effectuez une première glycémie, à jeun, puis avalez du glucose (sucre). Vous patientez alors au laboratoire car vous ne devez pas user vos réserves en glucose et donc fausser les résultats. Une deuxième glycémie est effectuée une heure plus tard, puis une troisième glycémie au bout de 2 heures, période au bout de laquelle vous avez assimilé tout ce sucre.

Diabète gestationnel : quel taux de glucose ?

  • Côté résultat, le taux de glucose à jeun doit être inférieur à 0,92 g/L.
  • Après 1 heure, il doit être inférieur à 1,80 g/L.
  • Après 2 heures, il doit être inférieur à 1,53 g/L.

► Attention, une seule de ces valeurs supérieure ou égale à la norme suffit à poser le diagnostic de diabète gestationnel. 

Diabète gestationnel : quel suivi, comment mesurer sa glycémie ?

Vos résultats sont positifs au diabète gestationnel ? Vous allez être suivie avec des rendez-vous supplémentaires, notamment avec une diététicienne qui vous guidera pour vous conseiller et vous aider à avoir une alimentation équilibrée. Vous devrez également mesurer votre glycémie. "Elle s'effectue grâce à un lecteur de la glycémie à partir d'une goutte de sang prise au bout du doigt. Si le diabète de grossesse est équilibré, et en l'absence d'autres facteurs de risque ou de maladies associées, le suivi est celui d'une grossesse normale. Il peut cependant y avoir quelques examens supplémentaires comme : échographies, prise de sang pour dosage glycémique ou présence de protéines dans les urines", précise Maxime Mességué, diététicien nutritionniste. "Enceinte de 6 mois, je dois me piquer le doigt six fois par jour avant et après chaque repas, afin de mesurer le taux de sucre dans le sang. Une application "MyDiabby" me permet de reporter tous les résultats y compris ce que j'ai mangé durant le repas, afin d'adapter mon alimentation et d'être mieux suivie pour la fin de la grossesse", nous explique Géraldine. Ainsi, le résultat glycémique ne doit pas dépasser 0,95 g/L à jeun, et 1,20 g/L deux heures après le début du repas.

Quels aliments manger en cas de diabète gestationnel ?

En cas de diabète, on conseille à la future maman de suivre un régime diététique. Mais rassurez-vous, il ne s'agit pas de suivre un régime d'exclusion et encore moins d'affamer la maman ! Il consiste à limiter les sucres rapides, à privilégier les fibres et les aliments à indice glycémique élevé (sucre, gâteaux, confiture...) et à équilibrer les apports en protéines et lipides. "Bien sûr, le régime doit être personnalisé et adapté à la patiente et à ses habitudes alimentaires. C'est la raison pour laquelle il est fortement recommandé d'être suivi par une diététicienne dès l'annonce du diagnostic de diabète", conseille le Pr Lepercq. Autre élément important du régime : avoir un apport calorique limité. Chez les femmes enceintes en surpoids avant leur grossesse, l'idéal est de ne pas prendre plus de 8 à 9 kg, soit le poids nécessaire au bon déroulement de la grossesse. 

Que faire en cas de diabète pendant la grossesse ?

L'activité physique est recommandée aux femmes enceintes diabétiques, à raison de 30 minutes par jour, 5 fois par semaine. En parallèle, une auto-surveillance de la glycémie à jeun avec un lecteur glycémique, 4 à 6 fois par jour est nécessaire (avant et après chaque repas). "La mise en place de ces mesures est efficace chez les personnes en surpoids et obèses. On constate une diminution du risque d'hypertension artérielle, moins de complications et des bébés dont les poids de naissance est moindre", précise le Pr Jacques Lepercq. Au bout de 8 à 10 jours, une fois le régime diététique mis en place, la patiente revoit son médecine endocrinologue. A l'aide du carnet de surveillance de la glycémie, il peut ainsi vérifier si les objectifs sont atteints. "Pour 80 % des femmes, c'est le cas. Elles continuent donc leur auto-surveillance et leur régime et la grossesse se passe normalement", rassure Jacques Lepercq. C'est seulement lorsque le régime diététique ne suffit pas (20 % des cas) que l'on y associe des injections d'insuline, sans danger pour le bébé. Enfin, les antidiabétiques oraux ne sont pas indiqués dans le traitement du diabète gestationnel.

La future maman doit avoir une alimentation équilibrée, et ceci dès le début de sa grossesse.

→ Mieux vaut éviter les aliments sucrés,

→ Manger au maximum 3 fruits par jour car ils apportent du sucre,

→ Limiter sa consommation de boissons sucrées du type soda, sirop, jus de fruits et utiliser les matières grasses en quantité modérée.

→ Pratiquer une activité physique régulière (30 minutes 3 à 5 fois par semaine). 

Diabète gestationnel : et après la naissance de bébé ?

Le diabète disparaît dans 98% des cas après l'accouchement. Le risque de développer un diabète définitif n'est cependant pas négligeable. D'où l'importance de revenir rapidement à un poids normal, d'adopter une alimentation équilibrée et d 'avoir activité physique régulière. Il est également recommandé de surveiller la glycémie environ six mois après la naissance du bébé, et une fois par an par la suite. Un test HGPO sera de nouveau prescrit au troisième mois qui suit l'accouchement.

*Propos recueillis en 2011, 2019 et 2022. Autre source : cours de suivi à la maternité Saint-Maurice

Suivi médical et maladies pendant la grossesse