Enceinte, quand aller aux urgences ?

Perte de sang, de liquide, contractions... Durant la grossesse, les motifs pouvant conduire la future maman à se rendre aux urgences sont divers quel que soit le stade de la grossesse. La sage-femme hospitalière Séverine Chrétien nous éclaire.

Enceinte, quand aller aux urgences ?
© 123RF / lightfieldstudios

Les urgences maternités sont, en principe, ouvertes 7j/7, 24h/24. "Quand on prépare le dossier médical d'une patiente, on lui donne les coordonnées des urgences, qu'elle peut contacter par téléphone quand elle veut pour avoir un avis, un conseil. On lui explique également qu'elle peut s'y rendre si besoin", rapporte la sage-femme hospitalière à l'hôpital Necker, Séverine Chrétien. Selon elle, il vaut mieux prévenir que guérir : "on préfère toujours que la femme enceinte vienne aux urgences pour rien et pouvoir la rassurer que de risquer de passer à côté de quelque chose". Il existe plusieurs motifs nécessitant de se rendre en consultation aux urgences au cours de la grossesse :

Faut-il se rendre aux urgences en cas de contractions ?

"Qu'elles soient douloureuses ou non, régulières ou pas, dès qu'on a des contractions utérines, il est toujours préférable de venir consulter quel que soit le terme", prévient Séverine Chrétien. Et pour cause, il sera alors nécessaire de pratiquer un examen du col pour vérifier que ces contractions n'aient pas eu de retentissement sur le col. Pour autant, elle rassure : certaines patientes en ont tout au long de la grossesse, mais accouchent à terme. Le col s'est beaucoup raccourci ? "Une hospitalisation est généralement nécessaire, car il y a une menace d'accouchement prématuré (MAP)", précise-t-elle. Cette consultation peut également donner lieu à un arrêt de travail pour permettre à la future maman de se reposer un maximum. 

Urgences maternité et perte de liquide

Autre motif nécessitant de se rendre aux urgences : une perte de liquide. Si c'est plus évident en cas de rupture franche de la poche des eaux (quel que soit le terme), de petites pertes irrégulières nécessitant de se changer régulièrement doivent aussi inciter la future maman à venir consulter. En effet, il peut s'agir d'une fissuration de la poche des eaux. "On va l'examiner pour vérifier à l'aide d'un spéculum et d'un coton-tige pour savoir s'il s'agit de liquide ou de fuites urinaires", indique la sage-femme. Et pour cause, tant qu'elle est fermée, la poche des eaux protège le bébé dans son milieu stérile. Une fois fissurée ou rompue, il y a une probabilité que des germes remontent dans la cavité utérine et donc un risque infectieux pour le bébé et la maman. En outre, cela peut provoquer des contractions et, par conséquent, un accouchement potentiellement plus précoce. Toutefois, pondère-t-elle : "on peut très bien rompre à 24 semaines et accoucher à 32 semaines, mais avec une plus grande surveillance". Enfin, une rupture ou une fissuration de la poche des eaux à terme nécessite aussi de se rendre aux urgences, car souvent l'accouchement est déclenché dans la foulée. 

Chutes, accidents : des motifs de consultation d'urgence durant la grossesse

"Si l'on fait une chute, que l'on est victime d'un accident ou que l'on reçoit un choc, il est également nécessaire de se rendre aux urgences quel que soit le stade de la grossesse", avertit Séverine Chrétien. Lors de la consultation, l'équipe médicale procèdera à un examen pour vérifier la vitalité du bébé. "En général, on jette aussi un œil au placenta pour s'assurer qu'il n'y ait pas de décollement", détaille-t-elle.

Enceinte, faut-il se rendre aux urgence en cas de fièvre ?

"En cas de température supérieure ou égale à 38 °c, il faut venir aux urgences pour s'assurer que la fièvre ne cache pas une infection", prévient la sage-femme. La réalisation d'un bilan et d'un questionnaire permettra d'identifier la cause éventuelle (listériose, paludisme, infection urinaire, etc.) et traiter l'infection si besoin à l'aide d'antibiotiques. 

Les saignements durant la grossesse

Idem en cas de saignements ou d'hémorragies. "Il faut se rendre aux urgences sans tarder, peu importe que l'on soit en début ou fin de grossesse, pour identifier d'où proviennent ces saignements", explique la sage-femme.

Quand on sent moins bébé bouger

Autre cas de figure impliquant de se rendre aux urgences rapidement : quand la maman sent moins ou peu son bébé bouger. Avant de vous y rendre, tentez de vous allonger, de vous reposer et pourquoi pas de manger un aliment sucré. C'est souvent lors de ces moments que bébé se met à bouger. Si vous avez vraiment un doute, "Il est alors impératif de venir pour que soit pratiquée une échographie, un bilan et un monitoring afin de vérifier l'absence ou la diminution éventuelle de mouvements du bébé", décrypte Séverine Chrétien.

Se rendre aux urgences maternité le jour du terme

Enfin, bien sûr, "même en l'absence de pertes des eaux ou de contractions, on doit se rendre aux urgences de la maternité le jour de son terme (41 semaines d'aménorrhée)", rappelle la sage-femme. Après examen, le praticien pourra décider de déclencher l'accouchement ou de vous faire revenir 48 heures plus tard. 

Quels autres cas nécessitent d'aller aux urgences de la maternité ?

  • En cas de maux de tête, d'œdèmes qui se forment rapidement, de troubles de la vue, de l'audition, d'une prise de poids soudaine, de nausée, vomissements… il est également recommandé de venir pour une consultation aux urgences. En effet, comme l'explique la sage-femme, "il peut s'agir de signes d'hypertension et de pré-éclampsie". 
  • Autre cas de figure : des démangeaisons, notamment au niveau des mains et des pieds, entraînant un prurit. Le médecin qui vous examinera s'assurera, via un bilan hépatique, qu'il ne s'agit pas d'une cholestase gravidique (perturbation des enzymes hépatiques occasionnant une rétention de bile dans le foie).
  • En cas de malaise ou d'hypoglycémie, on doit pareillement se rendre aux urgences où un éventuel diabète gestationnel pourrait être dépisté.
  • Vous souffrez de fortes douleurs abdominales qui ne passent pas ? Voilà un autre motif pour venir consulter afin de trouver la cause de ces douleurs et d'éliminer, par exemple, une appendicite.

Dans tous les cas, Séverine Chrétien rappelle que l'automédication n'est pas recommandée durant la grossesse : Il vaut mieux consulter pour obtenir ou non un traitement adapté. Evidemment, "se rendre aux urgences ne signifie pas que l'on va rester hospitalisée ou accoucher sur le champ si l'on n'est pas à terme", rassure la sage-femme. Si les contractions sont bien surveillées, que la tension est normale, on peut en principe rentrer chez soi tout en bénéficiant de suivis plus réguliers. 

Suivi médical et maladies pendant la grossesse