Hyperémèse gravidique : cause, traitement, que manger ?

Les nausées et vomissements sont des symptômes classiques de la grossesse. Mais pour certaines femmes enceintes, ces manifestations sont beaucoup plus sévères. Qu'est-ce que l'hyperémèse gravidique ? Quelles sont les causes ? Comment la traiter ? Que manger ? Les réponses d'Anh-Chi Ton, sage-femme.

Hyperémèse gravidique : cause, traitement, que manger ?
© lightfieldstudios

L'hyperémèse gravidique est une pathologie très sérieuse et sévère qui concerne la grossesse. Encore "assez mal connue", la prise en charge autour de cette maladie n'était jusqu'à présent "toujours pas codifiée", a signalé Cyril Huissoud, gynécologue-obstétricien et secrétaire général du Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) lors d'une conférence de presse rapportée par l'AFP. Mais dernièrement, le CNGOF a présenté de nouvelles recommandations pour une meilleure prise en charge des femmes enceintes souffrant d'hyperémèse gravidique. 

Qu'est-ce que l'hyperémèse gravidique ?

L'hyperémèse gravidique, ou hyperemesis gravidarum, désigne des nausées permanentes et vomissements qu'on ne peut retenir. On le comprend mieux en s'intéressant à l'étymologie de ce terme en grec : hyper signifie "excès", emesis veut dire "vomissement" et gravida "grossesse". "Cela n'a rien à voir avec des nausées et vomissements comme en souffrent de temps en temps la plupart des femmes enceintes. Là c'est vraiment toute la journée, et parfois jusqu'à l'accouchement", explique la sage-femme.

Quand commence l'hyperémèse gravidique ?

Ces nausées et vomissements intenses, qui touchent de 0,3% à 3% des femmes enceintes, débutent généralement vers 8 SA, soit six semaines de grossesse. Mais là où les nausées classiques s'arrêtent aux alentours du troisième mois, l'hyperémèse gravidique peut perdurer jusqu'à la naissance de l'enfant.

Quels sont les symptômes de l'hyperémèse gravidique ?

L'hyperémèse gravidique se traduit par des nausées très intenses et des vomissements nombreux. Certaines futures mamans témoignent avoir vomi jusqu'à 50 à 60 fois au cours d'une journée. A l'inverse des nausées classiques de grossesse qui surviennent le plus souvent le matin, les femmes qui souffrent d'hyperémèse gravidique ne connaissent pas de répit et vomissent du matin au soir. La pathologie se traduit également pour certaines femmes par une hypersalivation, des douleurs abdominales, des remontées acides.  Encore tabou il y a quelques années et peu considérée, on parle beaucoup plus de cette maladie depuis que la princesse d'Angleterre Kate Middleton a confié avoir souffert d'hyperémèse à chacune de ses trois grossesses. 

Quelles sont les causes de l'hyperémèse gravidique ?

"Plusieurs hypothèses ont été avancées pour l'expliquer mais on n'en connaît pas les causes avec précision. Cette pathologie est par exemple plus fréquente lors d'une grossesse gémellaire, on pense qu'elle pourrait aussi être liée à un problème de thyroïde", ajoute Anh-Chi Ton. Une étude menée à l'Université de Californie en 2018 et publiée dans la revue Nature Communications a avancé l'hypothèse d'une cause génétique pour expliquer l'hyperémèse gravidique. Les gènes, appelés GDF15 et IGFBP7 sont tous deux impliqués dans le développement du placenta et jouent un rôle important dans le début de la grossesse et la régulation de l'appétit. Des variations de ces protéines seraient associées à des nausées et vomissements extrêmes. Le CNGOF propose d'ailleurs que "l'évaluation initiale de la sévérité des nausées et vomissements gravidiques repose sur 3 critères cliniques : la perte de poids rapportée au poids avant la grossesse (supérieur ou égal à 5 %), la recherche de signes cliniques de déshydratation et le score PUQE modifié (Pregnancy Unique Quantification of Emesis and nausea) (supérieur ou égal à 7)."

Comment traiter l'hyperémèse gravidique ?

La prise en charge de l'hyperémèse gravidique est double. "Il arrive qu'on soit obligé d'hospitaliser la patiente pour la réhydrater avec une perfusion. On pourra également lui donner un traitement antiémétique pour calmer les vomissements, des vitamines", explique la sage-femme. L'objectif va également être de contrôler la perte de poids et de s'assurer que le bébé se développe bien. Outre ces différents traitement, la future maman peut également observer certaines mesures hygiéno-diététiques : fractionner les repas, se reposer au maximum, manger un peu avant de se lever le matin et ne jamais rester à jeun. 

Quelles sont les conséquences de l'hyperémèse gravidique ?

L'hyperémèse gravidique peut avoir un rententissement sévère sur l'organisme et avoir des conséquences graves : retard de croissance du foetus, accouchement prématuré, diabète gestationnel, hypertension artérielle, faible poids de naissance, césarienne. "Cette pathologie occasionne une perte de poids d'au moins 5 % par rapport au poids initial, une asthénie, une fatigue extrême, des problèmes de sommeil, une irritabilité, une hypoglycémie", détaille la spécialiste. "On prescrit un ionogramme sanguin, qui correspond au dosage des principaux constituants ioniques du sang, et on peut alors observer un déséquilibre ionique. On n'est plus ici dans les simples nausées mais face à. une véritable pathologie", explique Anh-Chi Ton. 

Hyperémèse gravidique à chaque grossesse : que manger ?

Il est très fréquent qu'une femme qui a souffert d'hyperémèse gravidique lors de sa première grossesse en souffre à nouveau lors de grossesses ultérieures. Il n'est malheureusement pas possible de prévenir la survenue de la maladie. Côté alimentation, la femme enceinte qui est concernée par l'hyperémèse gravidique a souvent beaucoup de mal à manger. Malgré tout, il est important pour sa santé mais aussi celle de son bébé de continuer à s'alimenter et à s'hydrater au quotidien. Pour cela, elle peut se tourner vers des aliments anti-nauséeux, riches en glucides comme les fruits (banane, orange, mandarine), le riz, les céréales (biscottes, avoines, pain de seigle) et les pommes de terre, qui atténuent en général ces désagréments. À éviter : les aliments riches en matières grasses. Pour les boissons, l'eau est à privilégier ou de l'eau citronnée, à boire en petites quantités au fil de la journée.

Merci à Anh-Chi Ton, sage-femme
Source : Consensus formalisé d'experts du CNGOF : prise en charge des nausées et vomissements gravidiques et de l'hyperémèse gravidique

Maladies et complications de la grossesse