Éclampsie : définition, causes, symptômes, traitements ?

Grave complication de la pré-éclampsie nécessitant une prise en charge adaptée, l'éclampsie est néanmoins très rare. Est-il possible de l'éviter ? Quels sont les risques de complications pour la maman et le fœtus ? Comment la traiter ? Réponses du Dr Julia Maruani, gynécologue médical.

Éclampsie : définition, causes, symptômes, traitements ?
© pitinan-123rf

Qu'est-ce que l'éclampsie ?

"L'éclampsie se caractérise par des crises comitiales (crises convulsives) généralisées. C'est toujours une complication qui survient au cours d'une pré-éclampsie, il ne peut pas y avoir d'éclampsie sans pré-éclampsie auparavant", explique le Dr Julia Maruani. Pour rappel, la pré-éclampsie se définit par l'association d'une hypertension gravidique et d'une protéinurie (présence de protéines dans les urines). "La pré-éclampsie peut se manifester par une douleur épigastrique (dans le creux de l'estomac), des céphalées inhabituelles, des acouphènes, des œdèmes avec une prise de poids rapide, ainsi que des troubles neurologiques avec des réflexes augmentés. La pré-éclampsie est la deuxième cause de mortalité maternelle dans les pays développés", continue-t-elle. 

Quelle différence avec une pré-éclampsie ?

L'éclampsie va compliquer 1% des pré-éclampsies, ce qui signifie que la majorité des femmes qui vont faire une pré-éclampsie ne vont pas faire d'éclampsie. "En revanche, chez une patiente qui a une pré-éclampsie déjà compliquée d'un hellp syndrome (grave complication de la pré-éclampsie), le risque de faire une éclampsie est beaucoup plus important puisqu'elle signe d'ores et déjà une pré-éclampsie sévère", prévient la gynécologue. Autrement dit, s'il y a une pré-éclampsie sévère, il y a beaucoup plus de risques d'avoir un hellp syndrome, et s'il y a un hellp syndrome, beaucoup plus de risques de faire une éclampsie. Quand la pré-éclampsie est associée à un hellp syndrome, le risque de développer une éclampsie s'élève à 10%. 

Comment éviter une éclampsie pendant la grossesse ?

La survenue d'une éclampsie est totalement imprévisible. Il existe quelques signes évocateurs, mais ils ne sont pas toujours présents. "Chez une femme qui présente une pré-éclampsie sévère, la survenue de céphalées très intenses, l'apparition de troubles visuels ou de troubles de la conscience et d'une hyperréflexie généralisée à l'examen doit faire suspecter un risque d'éclampsie. Il est impossible d'éviter une pré-éclampsie, il n'y a pas de conduite particulière à tenir puisque le mécanisme est très complexe et que la seule prise en charge est l'accouchement", indique notre interlocutrice.

La prévention repose essentiellement sur le dépistage au cours de la grossesse en surveillant la protéinurie et la tension artérielle. Si une patiente présente une pré-éclampsie, elle aura une prise en charge adaptée dans une maternité spécialisée et les décisions seront prises au cas par cas, en fonction de la sévérité de la pré-éclampsie et du terme de la grossesse. 

Quels sont les risques de complications pour la maman et le bébé ?

"La mortalité demeure importante dans l'éclampsie, puisque même s'il s'agit d'une pathologie que l'on connaît bien, il y a 0,5% de mortalité, ce qui signifie qu'une femme sur 200 va en mourir ou garder des séquelles. En effet, l'éclampsie peut être responsable de séquelles neurologiques sévères", informe le Dr Julia Maruani. Le risque de mortalité est également très élevé pour le bébé, car l'éclampsie induit un risque de prématurité

Comment traiter une éclampsie ?

"Chez une patiente qui a déjà fait une crise d'éclampsie ou qui présente des signes évocateurs d'une crise imminente, on va lui administrer du sulfate de magnésium afin de diminuer le risque d'éclampsie. Le traitement réside quant à lui dans la naissance du bébé. Il n'y a que l'accouchement qui puisse mettre fin à cette pathologie. Le corps médical va donc évaluer la balance bénéfices/risques entre la prématurité et le risque maternel", explique la secrétaire générale de la Fédération Nationale des Collèges de Gynécologie Médicale (FNCGM).

Suivi médical et maladies pendant la grossesse