Régime hyperprotéiné : tout savoir sur cette méthode pour perdre du poids

Le régime hyperprotéiné est une diète efficace pour perdre du poids. Mais il n'est pas sans inconvénients. Le point avec Véronique Liesse, diététicienne nutritionniste.

Régime hyperprotéiné : tout savoir sur cette méthode pour perdre du poids
© puhhha

Le régime hyperprotéiné (ou protéiné) est à la mode. Sa promesse de perte de poids rapide sans fonte musculaire en fait rêver plus d'une. Un régime express avant les vacances ou un mariage qui vous apportera entière satisfaction... dans un premier temps seulement.

Régime hyperprotéiné : le principe

Le régime hyperprotéiné comme son nom l'indique est un régime riche en protéines et quasi hypocalorique. Comme le souligne Véronique Liesse, diététicienne nutritionniste, "ce n'est pas tant la quantité de protéines qui augmente mais la part de glucides qui diminue. Donc en pourcentage, la part de protéine dans votre alimentation augmente. Ce n'est donc pas tant parce que c'est hyperprotéiné que ça fonctionne mais parce que c'est hypoglucidique." Effectivement, le régime hyperprotéiné exclut largement les glucides (on parle de régime low carb) présent notamment dans les céréales, le quinoa, les fruits… et fait la chasse aux graisses. Il s'agit dans les faits d'un régime restrictif assez contraignant.

Comment fonctionne le régime hyperprotéiné ? En consommant de l'énergie. Privé de glucides (le carburant du corps), l'organisme va puiser dans ses réserves de glycogène durant 24 heures, dans les graisses stockées ensuite, pour continuer à fonctionner ce qui va enclencher la perte de poids.

Le rôle des protéines

Les protéines sont des macronutriments essentiels à l'organisme. "Elles jouent de nombreux rôles comme dans l'immunité par exemple. Elles sont également indispensables pour fabriquer des neurotransmetteurs (dopamine, sérotonine) impliqués entre autres dans l'humeur, le sommeil, les troubles du comportement alimentaire... Les protéines permettent également de maintenir la masse musculaire, directement corrélée à notre métabolisme de base. Plus on est musclé et plus on brûle de calories au repos" poursuit l'experte.

Les avantages et inconvénients du régime hyperprotéiné

Le régime hyperprotéiné possède plus d'un argument en sa faveur. Son atout principal c'est sa redoutable efficacité avec une perte de poids rapide. "On a un effet à court terme, explique Véronique Liesse. En supprimant les glucides, le taux d'insuline (hormone de stockage) ne grimpe plus, le corps est alors obligé d'aller puiser dans le gras pour le transformer en corps cétoniques. C'est tout le principe de cette diète : on maintient l'insuline à un niveau très bas et l'organisme est obligé de déstocker." Autre avantage non négligeable en période de régime, l'effet satiétogène et rassasiant des protéines. Sans oublier son impact sur la masse musculaire. Contrairement à d'autres régimes hypocaloriques et restrictifs cette diète n'entraîne pas, à terme, de perte de masse musculaire.

Mais si ce régime a des atouts, il ne s'agit pas d'une recette miracle et il a aussi des inconvénients. "Ça fonctionne, c'est sûr, assure Véronique Liesse, mais la question est de savoir combien de temps. L'effet yoyo est inévitable car très rares sont les personnes qui maintiennent leur poids après ce type de régime." Le problème comme avec tous les régimes, c'est la reprise des kilos une fois la diète terminée. A trop forte dose et poursuivi trop longtemps ce régime peut aussi fragiliser le système rénal, favoriser les risques cardiovasculaires (cf plus bas). Même si les fruits et légumes ne sont pas proscrits, des carences sont également à craindre "en éliminant les céréales, les féculents riches en vitamines B et minéraux on crée des déficits, poursuit Véronique Liesse, avec à la clé de la constipation, un impact sur l'humeur (irritabilité)." Sans compter qu'il est impossible de concilier vie sociale et régime hyperprotéiné, bien trop contraignant.

Menu type

Pendant longtemps le régime protéiné a fait la part belle aux sachets en poudre sans saveurs et sans plaisir. Aujourd'hui, les menus se tournent vers de vrais aliments à base de viande, d'œufs, de poissons mais pas seulement. Le soja, le tofu, les algues sont également des sources intéressantes de protéines. Les menus intègrent également les légumes.

A noter, certains aliments sont à éviter pendant un régime protéiné : céréales et pseudo-céréales (type quinoa), les pâtes, le pain, viennoiserie, les légumineuses, les sucreries certains fruits (bananes, fruits secs). Les fruits sont à consommer avec grande modération et même souvent exclus.

Les repas types d'une journée :

Petit déjeuner : Du fromage blanc et 1 œuf coque

Déjeuner : Un filet de dinde avec des tomates et un peu de ciboulette

Dîner : Du poisson avec un cœur de laitue

Quid des protéines végétales ? Bien qu'intéressantes de façon générale, elles sont assez difficiles à intégrer dans le cadre du régime hyperprotéiné. "Il y a plein de glucides dans les céréales et légumineuses et elles sont déconseillées dans ce type de régime car il est quasiment impossible d'entrer en cétose avec des protéines végétales."

Régime hyperprotéiné : des risques ?

Avec un excédent d'apport en protéines et de viande rouge (acides gras saturés), le régime hyperprotéiné présente un risque pour les systèmes rénal et cardiovasculaire. Ce régime est d'ailleurs  déconseillé aux insuffisants rénaux. "Il y a 10 ans, l'ANSES mettait déjà en garde contre ce type de régime trop restrictif" rappelle la professionnelle. Dix ans plus tard, les recommandations n'ont pas changé. Il est toujours conseillé d'éviter les régimes restrictifs qui ont tous un effet rebond. La clé demeure un rééquilibrage alimentaire qui réapprend les bons réflexes nutritionnels.

Merci Véronique Liesse, diététicienne nutritionniste et auteure du Grand livre de l'alimentation "spécial énergie", Editions Leduc.S, pour son éclairage www.veronique-liesse-nutrition.com