Dilatation du col : ouverture, 1 ou 2 doigts, étapes, comment mesurer ?

Le grand jour de l'accouchement est enfin arrivé. Sous l'effet des contractions, le col de l'utérus va se dilater jusqu'à 10 cm pour permettre à bébé de se frayer un chemin. Quelles sont les étapes de cette dilatation ? Les explications de Marie Choquel, sage-femme.

Dilatation du col : ouverture, 1 ou 2 doigts, étapes, comment mesurer ?
© ÐžÐ

Lors des séances de préparation à la naissance, les futures parents se familiarisent avec un tout nouveau lexique, un vocabulaire médical destiné à illustrer les différentes étapes de l'accouchement. Parmi ces étapes une phase cruciale, celle de la dilatation du col de l'utérus. L'ouverture du col, sa dilatation progressive puis son effacement complet mènent à la naissance du bébé. Un processus qui dure plusieurs heures !

Dilatation du col de l'utérus : de quoi s'agit-il ?

"Le col de l'utérus est comme un tuyau qui ferme l'entrée de l'utérus. Il s'agit d'une proéminence dont on peut faire le tour avec le doigt. Pendant la vie des femmes, il est fermé et ne s'ouvre qu'au moment de l'accouchement", explique Marie Choquel, sage-femme. Pour apprécier l'ouverture du col, on procède à un toucher vaginal. 

Le col de l'utérus pendant la grossesse

Pendant la grossesse, le col de l'utérus est complètement fermé. Il peut toutefois commencer à se ramollir et se modifier au cours du troisième trimestre en prévision de l'accouchement. "Le toucher vaginal n'est plus systématique pendant les rendez-vous de suivi de grossesse. Si la future maman ressent des contractions, on va alors examiner le col pour s'assurer qu'elles n'ont pas eu d'effet", ajoute la spécialiste. Il est évidemment important de rappeler que ce sont les contractions utérines qui vont conduire à l'ouverture puis à la dilatation du col. "S'il n'y a pas de contraction, il n'y a pas de dilatation du col !", insiste Marie Choquel.

Dilatation du col à 1 ou 2 doigts, qu'est-ce que ça veut dire ?

Plutôt que de parler de centimètres, on entend souvent les femmes parler d'ouverture "à un ou deux doigts". "Il s'agit d'une confusion fréquente", remarque la sage-femme. "On peut parler d'une ouverture à  un doigt en tout début de travail. Mais un doigt ne correspond pas forcément à un centimètre et surtout, cela dépend beaucoup de l'examinateur !", ajoute-t-elle.

Dilatation du col en centimètre : quelles sont les étapes ?

"Lorsqu'une femme arrive à la maternité, après au moins deux heures de contractions régulières qui gagnent en intensité, son col est généralement dilaté de 2 à 3 cm. Mais cela reste évidemment très variable d'une femme à l'autre", observe la sage-femme. Cette dernière tient également à battre en brèche une théorie qui a longtemps fait autorité : le col ne se dilate pas d'un centimètre par heure. "Il faut prendre en compte la dynamique des contractions en début et en fin de travail. Au début, la dilatation se fait doucement, il faut parfois 3 ou 4H pour gagner un centimètre, puis ça s'accélère au fil du temps. En fin de travail il n'est pas rare qu'une femme passe de 8 à 10 cm en une heure", explique-t-elle. 

  • 2/3 cm de dilatation : arrivée de la future maman à la maternité
  • 4/5 cm : on peut réaliser une péridurale si la femme enceinte le souhaite et si le travail évolue bien.
  • 10 cm : le col est à dilatation complète, on dit qu'il est "effacé". "On ne sent plus le col, la tête du bébé est engagé dans le bassin. Il faut ensuite deux heures pour que le bébé descende complètement. On ne commence à faire pousser une femme que si le col est totalement ouvert".  

Dilatation du col : que faire lorsque la dilatation stagne ?

La dilatation du col n'est pas un long fleuve tranquille ! Il arrive que le processus, même s'il semblait bien engagé, stagne tout à coup. "On essaie d'être le moins interventionniste possible et de respecter la physiologique du travail. Par exemple si le col est dilaté à 4 cm et que les contractions ralentissent, on pourra par exemple rompre la poche des eaux. Les hormones ainsi libérées vont assouplir le col et intensifier le travail. Quel que soit l'acte accompli, on va toujours observer les sensations de la femme enceinte et le rythme cardiaque du bébé", détaille Marie Choquel. Cela peut suffire à relancer la dynamique, mais dans tous les cas, précise la sage-femme, on va se laisser un peu de temps avant de réexaminer. "Si maman et bébé vont bien, on patiente", explique-t-elle. Si le travail ne se remet pas en route, on peut être amené à injecter de l'ocytocine, petit à petit, en perfusion : "Si cela fonctionne et que les contractions reprennent, la future maman pourra normalement accoucher par voie basse. Dans le cas contraire, et si par exemple le rythme cardiaque du bébé montre des signes des faiblesse, on peut être amené à réaliser une césarienne de stagnation".

Comment aider le col à s'ouvrir ?

Voilà une question de beaucoup de futures mamans se posent en fin de grossesse, alors qu'elles sont à terme, mais que bébé tarde à pointer le bout de son nez. Il existe plusieurs méthodes pour aider le col à s'ouvrir, mais aucune n'est infaillible ! On peut par exemple encourager la femme enceinte à faire un effort physique, à marcher le plus possible, à boire de la tisane de framboisier. Les rapports sexuels, la fameuse "méthode italienne", pourraient également avoir un effet positif. "Lorsque la femme est déjà en travail, et en fonction de la manière dont elle gère la douleur, on va lui proposer de se mobiliser, de marcher, de s'installer sur le ballon", explique la sage-femme. 

Mesure soi-même l'ouverture du col : comment faire ?

"Une femme qui s'examine elle-même peut effectivement sentir quelque chose. Mais cela reste très abstrait", remarque Marie Choquel. Cette dernière explique que les sages-femmes sont habituées à sentir le col de l'utérus et ont surtout été formées à cela. Difficile alors pour une future maman d'apprécier l'ouverture de son col et surtout le nombre de centimètres de dilatation. 

Merci à Marie Choquel, sage-femme en région parisienne.

Accouchement