Comment bien choisir son shampoing naturel ?

Doux pour les cheveux comme pour la planète, le shampoing naturel est devenu un grand classique des routines beauté green. On vous dit tout pour bien choisir le vôtre.

Comment bien choisir son shampoing naturel ?
© Inna Kirillova

Pour prendre soin de sa peau comme de ses cheveux, le naturel a la côte. Sous la douche, le shampoing se fait plus doux, allégé d'un grand nombre d'ingrédients polémiques, mais toujours aussi sensoriel et efficace. Particularités, ingrédients à éviter et à privilégier, canaux de distribution... Voici tout ce qu'il faut savoir sur le shampoing naturel.

Qu'est-ce qu'un shampoing naturel ?

En règle générale, un shampoing naturel est un produit d'hygiène dont la formule a été débarrassée de tout ingrédient potentiellement toxique pour la santé et/ou irritant pour la peau et les muqueuses. En fonction des marques, les composants dont l'impact écologique (production, acheminement, traitement des eaux usées etc.) n'est pas maîtrisé peuvent aussi être concernés.

Malgré un cahier des charges plus strict que pour un shampoing conventionnel, un shampoing naturel n'est pas nécessairement labélisé bio. Cela ne veut pas forcément dire qu'il ne pourrait pas l'être, seulement que la marque n'a pas souhaité rentrer dans un processus de certification.

A moins d'utiliser des produits bruts pour se laver les cheveux, comme le rhassoul, la poudre de shikakai ou l'argile blanche, le shampoing 100% naturel n'existe pas. Mais il est possible de s'en approcher au maximum ! D'où l'importance de pouvoir décrypter la liste INCI (abréviation d'International Nomenclature for Cosmetic Ingredients) présente sur les packagings de ses cosmétiques !

Quels sont les ingrédients à éviter pour un shampoing naturel ?

Avec les déodorants et les gels douche, les shampoings ont fait partie des premiers produits à faire les frais de la chasse aux produits chimiques qui sévit depuis le début des années 2000. Par principe de précaution, mais aussi parce que la nature propose parfois des alternatives intéressantes pour les remplacer, un shampoing naturel ne contient aucun ingrédient décrié comme les sulfates, les parabens et les silicones. 

Les sulfates, des tensioactifs agressifs pour la peau et les cheveux

Le laurylsulfate de sodium (SLS) et le laureth sulfate de sodium (SLES), qui confèrent aux shampoings conventionnels leur pouvoir moussant et lavant, sont reconnus comme des tensioactifs particulièrement agressifs pour la peau et pour les muqueuses, et ce même à très petite dose. Le premier est même couramment utilisé comme irritant de référence pour les tests de tolérance cutanée. 

A cause de leur action décapante, les sulfates sont aussi accusés d'altérer la qualité des cheveux. En effet, le cuir chevelu répondrait à l'agression des sulfates en produisant plus du sébum, ce qui, à la longue, rendrait les racines plus grasses. Les longueurs ne seraient pas non plus épargnées : décapées par la mousse, elles perdraient en souplesse et deviendraient cassantes et ternes. Cette impression de cheveux "éteints" toucherait les cheveux naturels mais aussi les cheveux colorés, dont les pigments seraient en quelque sorte grignotés par les tensioactifs sulfatés.

Dans un shampoing naturel, le SLS et le SLES sont remplacés par des tensioactifs plus doux comme l'ammonium lauryl sulfate (ALS), la bétaïne de cocamidopropyle ou encore le coco glucoside, le lauryl glucoside ou le decyl glucoside, obtenus à partir de sucres et d'huiles végétales. 

Les silicones, des agents occlusifs qui dégradent la qualité des cheveux

Dans les shampoings conventionnels, les silicones comme le dimethicone et le cyclopentasiloxane sont utilisés pour apporter du glissant à la formule ainsi que pour gainer la fibre capillaire, faciliter le coiffage et redonner de la brillance.

Même s'ils ont des qualités indéniables, les silicones sont critiqués à cause de leur potentiel caractère occlusif sur le long terme. En effet, recouverts par une couche de plastique, les cheveux seraient moins réceptifs aux autres soins et s'abîmeraient plus rapidement. Et il n'y a pas que les longueurs qui seraient concernées : selon certaines études, l'accumulation des silicones sur le cuir chevelu pourrait gêner la pousse des cheveux, dérégler la production naturelle de sébum et entraîner l'apparition de pellicules.

Dans un shampoing naturel, les silicones sont remplacées par des huiles estérifiées issues de l'huile de coco ou de l'huile de ricin (synthétiques mais irréprochables d'un point de vue environnemental), par de l'huile végétale de brocoli ou encore par un extrait d'algue rouge.

Les parabens, des conservateurs suspectés d'être des perturbateurs endocriniens

Les parabens, de par leurs propriétés antimicrobiennes et antifongiques, sont utilisés pour la conservation de nombreux produits cosmétiques, dont les shampoings conventionnels. Le propylparabène, le butylparabène, le méthylparabène et l'éthylparabène sont les plus courants. 

Reconnus comme des allergènes pouvant entraîner une irritation de la peau, ils sont aussi suspectés de perturber le système endocrinien en mimant les propriétés de certaines hormones, notamment par l'activation des récepteurs aux œstrogènes, d'où l'interrogation de leurs effets sur la fertilité et le risque de cancers hormono-dépendants comme le cancer du sein..

Dans un shampoing naturel, les parabens sont remplacés par des dérivés synthétiques d'acides organiques existant à l'état naturel comme l'acide benzoïque, l'acide salicylique ou encore l'acide sorbique.

Quel shampoing naturel pour mon type de cheveux ?

La bonne nouvelle quand on veut troquer son shampoing conventionnel contre une formule plus naturelle, c'est qu'il y a du choix pour tous les types de cheveux ! En effet, Mère Nature est généreuse et est une ressource infinie en ingrédients cosmétiques : 

  • Les cheveux abîmés peuvent compter sur les beurres de mangue, de banane et d'avocat pour retrouver force et souplesse.
  • Pour les cheveux gras, l'argile verte, l'huile de nigelle ou encore l'huile essentielle de menthe poivrée sont à privilégier. 
  • La grenade et les huiles de pépins de raisins et d'olive aident à préserver l'éclat des cheveux colorés.
  • Les cuirs chevelus sensibilisés seront apaisés par l'ortie, le calendula et la camomille.
  • Quant aux cheveux frisés et crépus, le beurre de karité et les huiles végétales d'abyssinie et de moringa leur feront le plus grand bien.

Lorsqu'on délaisse son shampoing siliconé pour un produit moins chimique, il est courant de passer par une phase de transition où les cheveux paraissent ternes et sont difficiles à coiffer. C'est tout à fait normal : les tensioactifs doux des shampoings naturels vont mettre un peu de temps à débarrasser les longueurs de leur enveloppe de silicones et à révéler le véritable état de la fibre capillaire, souvent très abîmée. Il ne faut surtout pas se décourager : si elle est agaçante, cette phase ne dure qu'un temps et les cheveux retrouvent vite leur vitalité d'origine.

Où acheter un shampoing naturel ?

Très demandé depuis quelques années, le shampoing naturel est devenu un produit de consommation courante et il est facile de trouver son bonheur tout près de chez soi. Qu'on le collectionne sous forme de bouteille comme de galet zéro déchet, le shampoing naturel est partout, en GMS comme en boutique bio et en pharmacie. 

Afin de ne pas se tromper, on peut se laisser guider par les logos des labels bio comme Cosmebio, Nature & Progrès ou BDIH, ou s'aider d'une application mobile comme Clean Beauty, Yuka ou encore INCI Beauty.