Sommeil de bébé : ses besoins selon son âge

Le sommeil de bébé est un sujet de préoccupation pour la plupart des jeunes parents. Quand va-t-il faire ses nuits ? Comment l'aider à s'endormir seul ? Delphine Cathala, consultante en sommeil et formatrice en discipline positive, répond à vos questions.

Sommeil de bébé : ses besoins selon son âge
© melpomen

Tous les jeunes parents en ont fait l'expérience. Dans leur entourage, les amis et la famille, en observant leurs cernes et leurs mine déconfite, n'ont qu'une question à la bouche : "Alors, il fait ses nuits ?". La meilleure réponse à leur formuler est simple : lorsqu'on est un bébé, faire ses nuits signifie dormir 5 ou 6 heures d'affilée. Comme chez les adultes, il y a de petits et de gros dormeurs. Et surtout, le sommeil est un véritable apprentissage dans lequel les parents ont un réel rôle à jouer. Les bonnes habitudes se prennent très tôt !

Les cycles de sommeil de bébé

Avant de penser à aider bébé à dormir, il est important de faire un point sur le fonctionnement de son sommeil, très différent de celui de l'adulte les premiers mois de sa vie. Delphine Cathala, consultante en sommeil, détaille ces cycles en fonction de l'âge de bébé.

  • De 0 à 3 mois : deux cycles de sommeil de 45 à 50 minutes. Une phase de de sommeil non-REM (pour "Non Rapid Eye Movement", c'est à dire "sans mouvement oculaire rapide) : on parle ici du sommeil calme, le visage de bébé est détendu et relaxé . Une phase de sommeil REM ("Rapid Eye movement", c'est à dire "mouvements oculaires rapides) qui correspond au sommeil paradoxal et donc agité : bébé bouge, sa respiration est irrégulière, il fait des grimaces. "C'est typiquement lors de cette phase que les parents ont tendance à prendre bébé dans leurs bras en pensant, à tort, qu'il est réveillé" explique la spécialiste.
  • De 3 à 5 mois : cycle de sommeil de 90 à 120 minutes. 4 non-REM et 1 REM. Le sommeil agité décroit en même temps que les périodes d'éveil augmentent.
  • De 5 à 9 mois : Les cycles de sommeil sont de plus en plus longs.
  • A partir de 9 mois : les cycles de sommeil de l'enfant sont semblables à ceux de l'adulte.

Nos conseils sur le sommeil de bébé

Sommeil et développement de l'enfant

Lorsque l'enfant vient au monde, il est encore un petit être en construction. Il a tout à apprendre ! Et même un acte aussi simple que celui de dormir est le fruit d'un apprentissage. "Durant la première semaine, bébé dort beaucoup. Il est épuisé par l'accouchement et a besoin de temps pour se remettre" explique la consultante en sommeil. Beaucoup de jeunes parents ont alors l'impression qu'ils sont tombés sur un gros dormeur, avant que bébé se mette tout à coup à se réveiller sans arrêt et à confondre le jour et la nuit. Au fil des semaines, à mesure que bébé grandit, la situation va évoluer. "A partir du deuxième mois, son organisme va commencer à sécréter de la mélatonine qui arrivera à son pic au 5ème mois" poursuit Delphine Cathala. Ce changement physiologique est d'importance car à 5 mois l'enfant est alors en capacité d'apprendre à s'endormir seul en autonomie. La maturation du cerveau à l'âge de 4 mois lui fait également passer un cap, mais qui peut être concomitant avec une période de crise durant laquelle bébé peut tout à coup moins bien dormir car ses cycles de sommeil sont en train de se modifier.

Le temps de sommeil de bébé

En fonction de son âge, bébé n'a pas les mêmes besoins de sommeil. Bien entendu, chaque enfant a son propre rythme et certains vont dormir plus que d'autres. Le plus important est que bébé dorme suffisamment par rapport aux besoins qui sont les siens. 

  • Entre 0 et 3 mois : Bébé va dormir environ 17H par 24h.
  • 3-5 mois : 15 à 16h par 24H.
  • 6-12 mois : 14 et 15h par 24H.
  • 12-18 mois : 13h à 14h par 24h.
  • 18-24 mois : 13h par jour.

Combien de siestes bébé a-t-il besoin ?

Contrairement à une idée reçue, ce n'est pas parce qu'un bébé va faire de longues siestes qu'il aura du mal à s'endormir le soir venu, bien au contraire ! Lui faire sauter une sieste pour espérer qu'il dorme mieux la nuit est complètement contre-productif.

  • Entre 3 et 5 mois, bébé va faire trois siestes : une le matin, une l'après-midi et une en fin de journée.
  • A partir de 6 mois, il va généralement passer sur un rythme de deux siestes.
  • Entre 12 et 18 mois, certains bébés vont continuer à faire deux siestes alors que certains vont rapidement se passer de celle du matin.
  • Enfin, entre 18 et 24 mois, les enfants ne font pour la plupart plus qu'une sieste. 

Comment aider bébé à bien dormir 

Voici la question que tous les parents se posent. Delphine Cathala rappelle en préambule que "Dormir, c'est aussi se séparer. Le facteur émotionnel est très important". Pour la consultante en sommeil, le plus beau cadeau que l'on puisse offrir à son enfant est celui de l'autonomie, de lui donner suffisamment confiance pour "faire seul". Dans l'apprentissage du sommeil, l'objectif est évidemment que bébé finisse par faire des nuits complètes, mais surtout qu'il soit capable de s'endormir seul sans aide extérieure (une tétée, le bercement, les bras etc.). Pour accompagner bébé dans cet apprentissage, la spécialiste recommande de mettre en place plusieurs choses.

  • "Dans un premier temps, les parents doivent accepter de se caler sur le rythme de leur bébé" explique-t-elle. Une routine de sommeil doit être installée très rapidement afin de sécuriser l'enfant et l'apaiser, et cela passe aussi par une heure de coucher fixe.
  • Il faut respecter les signes de fatigue et ne surtout pas attendre pour mettre bébé au lit lorsqu'il est fatigué. Parmi ces signes : il baille, ses arcades sourcilières sont rouges, il se frotte le nez ou les oreilles, se couche par terre. Autant d'indices qui montrent qu'il est grand temps de le mettre au lit. En revanche, lorsque bébé pleure, semble agité ou ronchon, c'est qu'il est généralement trop épuisé.
  • Dissocier le repas de l'endormissement : voilà probablement le grand défi pour les parents qui prennent rapidement l'habitude d'endormir leur bébé au sein ou au biberon. La difficulté est que bébé risque d'associer les deux et aura donc toutes les peines du monde à se rendormir seul au milieu de la nuit. On n'attend pas que bébé s'endorme au sein ou sur la tétine, mais on peut le mettre au lit dès que le débit se réduit ou que l'on sent qu'il cesse de téter.
  • De 0 à 4 mois, il peut y avoir différents modes d'endormissement, mais il faut essayer de ne pas créer d'habitude. Surtout, il est important que bébé se rende compte qu'on le met dans son lit. A partir du 5ème mois, on peut commencer à apprendre à bébé à s'endormir seul par étape. L'une des clés étant de le mettre dans son lit éveillé.
  • Établir des rituels dès le plus jeune âge.

Les conséquences du manque de sommeil chez bébé

Le sommeil, s'il sert évidemment à récupérer des fatigues de la journée, est également indispensable au développement de l'enfant, notamment sur le plan cérébral. Les conséquences du manque de sommeil sont bien réelles et peuvent s'observer sur le long terme. "Un bébé qui dort mal ou pas assez va pleurer, être grincheux ou irritable" explique la spécialiste. "Le manque de sommeil aura aussi un impact sur sa concentration et son développement moteur et cognitif. Son système immunitaire sera également fragilisé, le rendant ainsi plus vulnérable" poursuit-elle. Enfin, un enfant qui dort mal sera également plus exposé à un risque de surpoids et d'hyperactivité. 

Le petit train du sommeil chez le bébé

Le petit train du sommeil est une image très parlante pour évoquer le sommeil de bébé. Le petit train correspond à la durée d'un cycle de sommeil et ses wagons, aux différents stades de sommeil (endormissement, sommeil paradoxal, sommeil lent et léger, et sommeil lent profond...). Comme nous l'avons vu, la longueur du train, et donc la durée des cycles, va évoluer à mesure que bébé grandit. Chez le nouveau-né il sera par exemple composé de deux wagons : l'un pour le sommeil agité et le second pour le sommeil calme. "Lorsque bébé loupe le train du sommeil, il faut généralement attendre le cycle suivant pour qu'il s'endorme dans de bonnes conditions" observe la spécialiste. D'où la nécessité de coucher bébé dès les premiers signes de fatigue, sans dépasser 30 minutes, et sans attendre qu'il soit épuisé. Comme le rappelle Delphine Cathala : "Pour coucher bébé, le plus important est de l'observer et pas de se focaliser sur l'heure."

Merci à Delphine Cathala, consultante en sommeil et formatrice en discipline positive.