Nuit de Java : 2e nuit, comment gérer l'agitation de bébé ?

La nuit de Java, également appelée syndrome de la seconde nuit, est méconnue ou redoutée par les futurs parents. Après une phase de récupération, le nouveau-né entre dans une phase d'éveil qui peut se révéler éprouvante. De quoi s'agit-il ? Comment y faire face ? Réponses et conseils d'Aurélie Lavisse, auxiliaire de puériculture au CHI Créteil.

Nuit de Java : 2e nuit, comment gérer l'agitation de bébé ?
© belchonock-123rf

Qu'est-ce que la nuit de Java ?

La nuit de Java correspond à la deuxième ou troisième nuit suivant la naissance, durant laquelle le nouveau-né peut se révéler plus agité. Il pleure, demande le sein ou le biberon plus souvent, réclame sa maman, ne se calme qu'en peau à peau. Aussi déroutant soit-il, ce phénomène est physiologique et parfaitement normal.

Nuit de Java : pourquoi bébé est-il plus agité le 2e jour qui suit la naissance ?

Et pour cause, la naissance stimule et fatigue le nouveau-né, qui va rester éveillé quelques heures avant de plonger dans un profond sommeil. Lorsqu'il se réveille, la nuit de Java commence. "Plusieurs explications : d'une part, le fait que le bébé doive s'adapter à un tout nouvel environnement qui n'a rien à voir avec celui dans lequel il vivait dans le ventre de sa mère. Il n'entend plus les battements de son cœur, ni sa respiration, mais il est confronté à de tous nouveaux bruits, à des personnes, à une forte luminosité... D'autre part, le bébé va sentir la montée de lait de sa mère, qu'elle ait décidé de l'allaiter ou non, ce qui est susceptible de le tenir éveillé. Toutefois, la nuit de Java n'est pas systématique", explique Aurélie Lavisse. 

Quand a lieu la nuit de Java ?

Généralement, la nuit de Java a lieu la deuxième ou la troisième nuit suivant la naissance. 

Comment faire face à la nuit de Java ?

Si le nouveau-né crie et pleure, cela ne signifie pas forcément qu'il a faim. Il exprime surtout le besoin d'être rassuré parce qu'il vient d'être propulsé dans un monde qu'il ne connaît pas et qui l'angoisse terriblement. Pour le protéger, plusieurs réflexes :

  • Limiter les bruits, la luminosité et autres stimulations extérieures susceptibles de le perturber; 
  • Limiter les visites; 
  • Faire du peau à peau régulièrement pour l'apaiser et le rassurer. Cela lui rappelle quand il était dans votre ventre.

Nuit de Java : du repos pour la maman 

L'accouchement est aussi une épreuve pour la jeune maman. Il est primordial de se reposer au maximum pour pouvoir s'occuper sereinement de son tout-petit. Plus facile à dire qu'à faire, c'est sûr ! Mais le papa, ou une autre personne, peut prendre le relai. 

Nuit de java et montée de lait : comment gérer la douleur ?

Chez certaines jeunes mamans, la montée de lait se révèle douloureuse, tout simplement parce qu'elles produisent plus de lait que leur poitrine ne peut en recevoir. Pour apaiser la douleur, la priorité est de désengorger les canaux bouchés. "Pour cela, on peut masser les seins en effectuant des mouvements circulaires, augmenter la fréquence des tétées pour vider le lait, passer sa poitrine sous l'eau chaude. Autre technique permettant de soulager rapidement les douleurs liées à la montée de lait : envelopper ses seins dans une feuille de chou vert que l'on aura préalablement placée au congélateur. Il existe également des coussinets apaisants : froids, ils permettent de diminuer la douleur ; chauds, ils favorisent l'écoulement du lait", préconise l'auxiliaire de puériculture. 

Les bébés qui prennent le biberon sont-ils aussi sujets à la nuit de Java ?

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, la nuit de Java ne concerne pas uniquement les mamans allaitantes. Celles qui choisissent de donner le biberon y sont, elles aussi, confrontées, puisque les pleurs et l'agitation du nourrisson traduisent avant tout un besoin d'être rassuré.