Matrescence : qu'est-ce que c'est, comment gérer ?

Les premiers mois qui suivent la naissance d'un enfant sont un immense bouleversement dans la vie d'une femme. On appelle cette période charnière la matrescence. De quoi s'agit-il ? Comment aider et accompagner une jeune maman ? Conseils de Julia Simon, naturopathe et accompagnante en périnatalité.

Matrescence : qu'est-ce que c'est, comment gérer ?
©  Jozef Polc

Après neuf mois, bébé est enfin là. Mais si la page de la grossesse se tourne, la jeune maman va traverser - dans les semaines qui suivent la naissance de son enfant - une période de bouleversements intenses. Le début d'une grande aventure aussi merveilleuse que déroutante où elle va peu à peu naître à son rôle de mère et voir s'opérer en elle des changements physiques et psychologiques auxquels elle ne s'attendait pas. Bienvenue dans le quatrième trimestre !

Qu'est-ce que la matrescence ?

Le terme de matrescence n'est pas nouveau. Il a été inventé par l'anthropologue américaine Dana Raphael dans les années 70. "L'accouchement entraîne une série de changements spectaculaires sur l'état physique de la nouvelle mère, son état émotionnel, ses relations aux autres et même dans son identité de femme. Je distingue cette période de transition des autres, en l'appelant matrescence pour mettre en avant la mère et se concentrer sur son nouveau mode de vie.", écrit-elle en 1973 dans un essai sur l'allaitement. "La matrescence est une période sensible et délicate, qui mérite vraiment qu'on la mette en avant", confirme Julia Simon, naturopathe et accompagnante en périnatalité.

Matrescence : quels sont les signes et symptômes ?

Cette période de transition naturelle que vit la jeune maman a un impact à la fois identitaire, physique et émotionnel. Les inévitables changements du corps (ventre, poitrine, vergetures, cicatrices) sont l'aspect de la question le plus facile à observer, même s'ils n'est pas le plus facile à vivre ! Mais il n'est pas non plus évident pour une femme d'appréhender les bouleversements qui agitent son esprit. "Sur le plan émotionnel, ce sont vraiment les montagnes russes. La jeune maman peut passer de l'extase à la crise de larmes de manière cyclique", observe la spécialiste. Mais cette crise est également identitaire. "Les femmes se demandent quelle est leur place dans le monde, quel monde elles vont offrir à leur enfant, quelle femme elles veulent être dans la société mais aussi quelle mère elle veulent être", explique-t-elle. C'est d'ailleurs pour cette raison que de très nombreuses femmes décident de se lancer dans une reconversion professionnelle après avoir eu un enfant. "Savoir que cette période porte un nom, qu'elle est bien réelle, permet aux femmes de mettre des mots sur leurs émotions, leurs sensations. Et c'est très important de pouvoir le faire", insiste Julia Simon. 

Combien de temps dure la matrescence ?

Il n'existe aucune règle, aucune durée qui pourrait s'appliquer à toutes les femmes. "On dit que le post-partum dure 42 jours, mais en réalité il dure le temps qu'il faut. Le temps nécessaire à la maman pour se remettre de ses émotions", explique la naturopathe. Sur le plan physiologique, il faut deux ans au cerveau d'une femme pour retrouver sa physiologie d'avant grossesse. "Et ces changements identitaires peuvent durer des années !", ajoute la spécialiste. 

Quelle différence entre matrescence et dépression post-partum ?

La matrescence fait partie intégrante du post-partum, mais il s'agit d'un phénomène naturel qui n'est pas forcément douloureux et peut se faire de manière très douce lorsque la jeune maman y est bien préparée. La dépression du post-partum en revanche est une pathologie qui nécessite une véritable prise en charge médicale et psychologique. 

Matrescence : pourquoi se faire accompagner ?

Sur cette question, Julia Simon est formelle : un accompagnement est indispensable ! "On n'habite plus dans des villages avec nos mères, nos tantes, nos grands mères. Les jeunes mamans sont bien souvent isolées dans des grandes villes", observe la naturopathe. Il est donc très important que la femme puisse être accompagnée au cours de cette période charnière. Une sage-femme ou une doula peuvent par exemple passer voir la maman à son domicile, mais son entourage proche a également un rôle à jouer. "Il faut former une véritable communauté autour de la femme. Les amis, la famille, les voisins. Chacun peut l'aider à son niveau, en préparant des petits plats, en sortant le chien", recommande Julia Simon.

Cette dernière a justement créé un cercle de jeunes mamans baptisé "mama tribe. "Il s'agit d'un suivi de 8 séances avec 12 mamans. On se rejoint toutes les semaines, on parle, on dépose ce qu'on a à dire. Je transmets à ces femmes des outils, les aide à travailler sur des aspects importants de leurs vies. Ces rencontres permettent aussi de créer du lien entre les femmes.", détaille la naturopathe. Julia Simon insiste sur la nécessité d'être présent auprès de la jeune maman pour l'accompagner sur le chemin ce sa nouvelle identité. "On dit souvent qu'il faut un village pour élever un enfant, je pense qu'il faut aussi un village pour soutenir une femme qui vient de devenir maman. L'accouchement n'est pas seulement naissance d'un enfant, c'est aussi et surtout la naissance d'une mère", conclut-elle. 

Merci à Julia Simon, naturopathe et praticienne en énergétique traditionnelle chinoise. Elle est également l'auteur de deux ouvrages : Bien vivre le quatrième trimestre au naturel, éditions First, 2019, et Les recettes du 4ème trimestre au naturel, Éditions First, 2021.