Bébé se réveille la nuit : pourquoi, comment le rendormir ?

Ah, les nuits...C'est le cauchemar numéro un des jeunes parents ! Que faire quand bébé se réveille la nuit ? Lui donner à manger ? Le prendre dans les bras ? Le bercer dans la poussette ? Clémence Prompsy, psychologue et thérapeute familial, nous livre ses conseils.

Bébé se réveille la nuit : pourquoi, comment le rendormir ?
©  comzeal-123rf

Pourquoi bébé se réveille-t-il la nuit ? 

"Si un bébé pleure toute la journée, qu'il ne s'endort que dans les bras, c'est qu'il a un souci, dont il faut déterminer la cause. Il existe plusieurs freins qui peuvent enrayer le sommeil de bébé ", explique la psychologue Clémence Prompsy : 

  • Une douleur, qui peut être causée par un reflux gastro-œsophagien (RGO), des problèmes respiratoires, une intolérance ou une allergie à la protéine de lait de vache qui se traduit par des coliques et des manifestations cutanées, une affection ostéo-articulaire. 
  • La faim représente le deuxième frein au sommeil du nourrisson, qui va naturellement se réveiller toutes les 3 à 4 heures parce qu'il a un tout petit appareil digestif. "Un bon biberon est un biberon pas fini. Le lait maternel quant à lui étant beaucoup plus adapté aux intestins de nos bébés, il se digère beaucoup plus vite, par conséquent ils ont tendance à avoir faim plus rapidement", précise la psychologue. 
  • Une cause psychologique comme l'angoisse de la séparation, qui survient autour du 8e mois de l'enfant. Jusqu'à ce moment-là, le bébé est persuadé qu'il ne fait qu'un avec sa maman. Il ne faut pas hésiter à parler à son bébé, à lui expliquer "tout va bien, maman est là, elle sera toujours là". Toutes les acquisitions peuvent également les tenir éveillés plusieurs jours (4 pattes, marche, le langage, etc.) 

Bébé se réveille la nuit en pleurant, comment comprendre ses besoins ?

"De 0 à 3 mois, il n'y pas de mauvaises habitudes, il faut savoir qu'un bébé ne fait pas de caprices, il n'a que des besoins. S'il pleure, c'est parce que l'un de ses besoins n'est pas comblé et qu'il lui manque quelque chose. C'est plus tard que de "mauvaises habitudes" peuvent doucement s'instaurer, indique la spécialiste. Par exemple, le bébé a peut-être pris l'habitude de s'endormir au sein. Or, passés les trois premiers mois, si la maman ne met pas fin à ce rituel, cela peut devenir une accoutumance. "Pour comprendre les besoins de son bébé, il est nécessaire de l'observer et de se demander à quel besoin on répond. Si on le met au sein, c'est pour l'endormir, pour le nourrir, pour lui faire un câlin ? Quelle heure est-il ? La nuit, c'est pareil : s'il se réveille toutes les heures, c'est probablement à cause d'une douleur. S'il se réveille pile toutes les 4 heures, c'est sûrement parce qu'il a faim. S'il se réveille de façon complètement anarchique, on ne sait pas à quel besoin on répond, probablement à son besoin d'être avec nous. Chaque horaire de larmes n'envoie pas la même information", continue-t-elle. 

Quels sont les écueils à éviter pour ne pas perturber le sommeil de bébé ? 

"De 3 à 6 mois, que l'on allaite ou que l'on donne le biberon, le moment du repas est l'un des moments les plus agréables, sensitifs et constructifs pour le bébé, tant d'un point de vue physiologique que psychologique. À cet instant précis, il est en pure communion avec son parent", explique Clémence Prompsy. Sans que l'on s'en rende compte, le nourrisson va se mettre à toucher quelque chose avec ses petits doigts de façon répétitive parce qu'il prend du plaisir. Il va, par exemple, appuyer sur l'autre sein pendant les tétées, caresser le lobe d'oreille, tirer sur les cheveux. Il va avoir un geste qui va devenir automatique. Il est important de faire en sorte que bébé ne prenne pas sa maman pour un doudou dans ses mains. D'emblée, quand on met en place l'allaitement, il faut mettre un lapin, un lange, une écharpe pour qu'il ait quelque chose à toucher et à caresser dans ses mains. Ainsi, cette sensation très agréable dans ses doigts deviendra plus tard son doudou avec lequel il pourra s'apaiser en l'absence de sa maman. "Ce doudou va devenir important entre 3 et 6 mois dans sa main, et entre 6 et 12 mois d'un point de vue psychologique et bien-être. C'est la meilleure façon de prolonger un allaitement agréable pour maman et pour bébé", insiste notre interlocutrice. 

Que faire, comment aider bébé à se rendormir ? 

Pour favoriser le sommeil de bébé, notre interlocutrice recommande d'appliquer la méthode S.O.I.R :

  • S : Soulager les besoins émotionnels, affectifs, contextuels : les douleurs, la faim, les inconforts ;
  • O : Observer son bébé pour comprendre ses besoins ; 
  • I : Introduire le doudou pour sécuriser bébé ;
  • R : Réussir sa routine : la mise en place de rituels permet de rassurer bébé.  

"Cette méthode fonctionne comme un entonnoir, prévient la psychologue. On ne peut pas réussir sa routine si le doudou c'est nos cheveux. On ne peut pas introduire le doudou si on n'a pas compris ses horaires, à quelle heure il faut qu'il mange, à quelle heure il faut qu'il dorme. On ne peut pas observer son bébé s'il hurle toute la journée parce qu'il a mal. On doit d'abord enlever la douleur, la faim, l'observer quand il va bien, puis introduire le doudou et mettre en place une routine".  

La spécialiste livre également quelques idées pour sécuriser bébé et favoriser son sommeil : 

  • Le laisser passer du temps dans son lit quand il n'est pas censé y dormir : avec de la musique, en plein soleil, afin que ce soit un moment qualitatif, agréable, gai. 
  • Mettre en place des rituels : les bébés adorent les routines, ils aiment qu'il y ait un enchaînement. Ils adorent aller dormir ½h après avoir mangé. Le rituel pour la sieste et le dodo de la nuit doit être identique. Cela leur permet de maîtriser leur environnement. 
  • Ne pas hésiter à parler à son bébé quand on allaite ou qu'on lui donne le biberon, à le regarder, à lui chanter toujours la même chanson. A terme, cette chanson va devenir synonyme de bien-être pour lui. 
Merci à Clémence Prompsy, psychologie, thérapeute familial et co-auteure du livre je ne dors pas, aux éditions De Boeck Supérieur