Quand faire un test de grossesse ?

Quand on attend avec impatience de tomber enceinte, il est tentant de faire un test de grossesse après chaque rapport sexuel non protégé. Ceci s'avère souvent inutile, car il faut un certain laps de temps après la fécondation pour que la grossesse soit détectable...

Quand faire un test de grossesse ?
© Diego Cervo - 123RF

Vous aimeriez concevoir un enfant avec votre conjoint et avez un léger retard de règles ? Certains symptômes vous font même penser à une grossesse ? Pour lever le doute par vous-même, vous pouvez dans un premier temps réaliser un test urinaire, avant de faire une prise de sang qui déterminera plus précisément si vous attendez un enfant. On fait le point.

Quand faire un test de grossesse urinaire ?

Vendus en pharmacie et en grandes surfaces, les tests de grossesse urinaires sont faciles à utiliser chez soi. Généralement, il suffit de placer le "testeur" dans un flacon d'urine fraîchement recueillie, ou de le maintenir "sous le jet" pendant que vous urinez puis d'attendre quelques minutes pour lire le résultat. Son mode d'emploi n'a rien de compliqué et en moins de 5 minutes, il vous annonce la couleur ! Un petit point rose, un petit trait rose... Vous êtes enceinte. Il existe même des tests dont le résultat est on ne peut plus clair puisqu'il s'affiche en toutes lettres : "Enceinte" ou "Pas Enceinte". Les tests de grossesse urinaires mesurent la concentration d'hormone gonadotrophine chorionique (HCG) : présente durant la grossesse, elle commence à être produite uniquement après l'implantation de l'embryon dans l'utérus. Cette hormone n'est détectable que dix à douze jours après la fécondation, selon la sensibilité du test, sachant que pour que la fécondation ait lieu, il faut d'abord que vous ayez ovulé... La date d'ovulation varie d'une femme à l'autre, mais on considère qu'en moyenne, elle a lieu autour du quatorzième jour du cycle menstruel. En tenant compte de tous ces points, il est recommandé de faire votre test urinaire au premier jour supposé de vos prochaines règles : le résultat a alors de grandes chances d'être fiable. Il est également préférable de faire le test au réveil car les premières urines sont plus concentrées en hormones.

Focus sur les résultats erronés

Les "faux négatifs" (le test prétend que vous n'êtes pas enceinte alors que vous l'êtes) sont les plus courants : bien souvent, ils sont dus à une utilisation trop précoce du test, qui n'a pas pu détecter la HCG, car produite en quantité trop faible... Pour en avoir le cœur net, attendez quelques jours, puis faites un nouveau test.  Quant aux faux positifs (ils affichent que vous êtes enceinte alors que vous n'attendez pas d'enfant), ils sont vraiment devenus très rares de nos jours. Généralement, il faut des conditions particulières pour que cela arrive : cela peut notamment s'observer après une fausse couche ou une interruption de grossesse. Pourquoi ? Parce que le taux de HCG demeure élevé pendant encore plusieurs semaines, ce qui peut faire réagir le test à tort. 

Le test de grossesse sanguin

Si votre test de grossesse urinaire est positif, parlez-en à votre médecin ou votre gynécologue. Il pourra vous prescrire une analyse de sang pour confirmer votre grossesse. Fiable à 100%, ce test de grossesse sanguin, réalisé en laboratoire, permet aussi d'avoir des indications sur la date de fécondation et donc l'avancée de votre grossesse. Il repose sur le même principe, à savoir qu'il mesure le taux d'hormone HCG, secrétée dès le début de la grossesse et atteignant son maximum entre la 7ème et la 12ème semaine (elle baisse ensuite progressivement jusqu'à la fin de la grossesse). Par ailleurs, il existe deux types de tests sanguins : Le test qualitatif indique simplement un résultat positif ou négatif. Le test quantitatif évalue quant à lui la quantité d'hormone HCG. Doser précisément le taux des hormones permet en outre de dater la grossesse. A noter, une fausse couche ou une grossesse extra-utérine peuvent être détectées par la mesure de ces taux de HCG, qui augmentent alors moins rapidement.

Qu'est-ce que l'hormone HCG ?

L'hormone de grossesse, la HCG, ou hormone gonadotrophine chorionique est secrétée par les cellules à l'origine du placenta dès la conception. Présente en premier dans le sang, l'hormone HCG est ensuite évacuée via les urines. C'est la raison pour laquelle les tests sanguins et les tests urinaires permettent de la détecter. Sa quantité double tous les deux jours environ jusqu'à la douzième semaine de grossesse avant de chuter, mais reste cependant détectable dans le sang et les urines tout au long de la grossesse.Tout comme les tests urinaires, on peut réaliser les tests sanguins dès les premiers jours de retard des règles. Le dosage du taux d'hormone gonadotrophine chorionique (béta-hCG) réalisé, celui-ci permet de dater la période de fécondation, et donc de donner une indication sur la DPA ou date prévue d d'accouchement, qui sera en outre confirmée ou affinée par d'autres examens médicaux pratiqués par le gynécologue. Beaucoup de femmes réalisent donc un test de grossesse urinaire pour une première indication, car il vous dit à 99 % si oui ou non vous êtes enceinte, et confirment ensuite le test urinaire par un test sanguin, fiable lui à 100 %, et qui leur permet d'en savoir plus sur la période de fécondation. Dans les valeurs normales, le taux de HCG se situe entre 200 à 8 000 UI/l dès la deuxième semaine de grossesse. par la suite, ces taux vont doubler tous les deux à trois jours, pour atteindre leur maximum à la fin du premier trimestre, où l'on détecte jusqu'à 250 000 UI/l.

Lire aussi