Doppler fœtal : gare aux appareils à la maison

Certains futurs parents sont tentés d'utiliser un doppler foetal à la maison. Mais entre les ultrasons et la difficulté à bien positionner l'appareil sur le cœur du bébé... Ces appareils en vente sur le marché sont à utiliser avec des pincettes. L'échographiste Danièle Combourieu nous donne son avis.

Doppler fœtal : gare aux appareils à la maison
© Dirima

Babydoppler connect Cocoon Life de Babymoov,  doppler fœtal Chamade de Monsieur Bébé ou de Bebelol de plus en plus de marques mettent en vente leur propre doppler fœtal. Ce petit appareil permet aux futurs parents d'être rassurés en écoutant le cœur de leur bébé in utero depuis chez eux, quand bon leur semble, sans avoir à attendre la prochaine échographie de grossesse. Mais ces dopplers à utiliser à la maison sont-ils totalement sans danger, ne faut-il pas s'en méfier ?

Comment utiliser un doppler fœtal ?

Le doppler foetal que l'on peut se procurer à la maison est un petit appareil muni d'un bâtonnet. Son flux doit être placé sur le ventre de la future maman et dirigé vers l'embryon pour capter le bruit de son cœur et le diffuser. Comment ? Grâce à l'émission d'une onde sonore (un ultrason) inaudible pour nous. Lorsque cette onde rencontre un mouvement - ici, à priori, les battements du cœur du bébé - le doppler le traduit par un son auditif audible grâce à un haut-parleur présent sur l'appareil.

Pourquoi il faut s'en méfier ?

Le doppler maison peut inquiéter inutilement les futurs parents. Pour que le doppler soit efficace, encore faut-il parvenir à capter le cœur du bébé c'est-à-dire que l'appareil soit situé sur son cœur ou sur son cordon. Et c'est là tout le danger avec ses appareils maison, car si l'on n'entend pas le bébé, on s'inquiète en imaginant le pire. Or comme le rappelle l''échographiste Danièle Combourieu, également auteure de L'échographie expliquée aux parents (Ed. Eyrolles) "un fœtus bouge et on n'est peut-être simplement pas positionné au bon endroit pour l'entendre". Par ailleurs, le doppler ne dispose pas d'écran transmettant l'image en plus du son, comme c'est le cas chez un échographiste."L'autre risque en utilisant cet appareil est de capter une artère de la maman" avertit la spécialiste. Les futurs parents peuvent en effet, sans le savoir, écouter le battement de cœur de la future mère. "Impossible de situer où l'on se trouve avec ce petit appareil" prévient-t-elle. Résultat : on va entendre un cœur qui bat doucement et s'inquiéter. En effet, la fréquence cardiaque du bébé est autour de 120 pulsations, soit deux fois plus élevée que la nôtre.

Alors, comment reconnaître le cœur de bébé ?

Pour s'assurer qu'il s'agit bien de la fréquence cardiaque de votre futur bébé, il faudrait prendre votre pouls (au niveau de la carotide, du poignet ou de votre cœur) et comparer le rythme à celui du son émis par le doppler. Si le son est plus rapide, cela prouve qu'il s'agit bien du cœur du bébé. Certains parents débarquent parfois en trombe aux urgences de maternité, persuadés que leur bébé ne respire plus ou faiblement à cause de ce doppler fœtal maison. Pour le vérifier, une échographie va alors être pratiquée. Le conseil de l'échographiste aux parents qui utilisent cet appareil : plutôt que de se ruer aux urgences, vérifier que votre bébé bouge bien est le meilleur moyen de s'assurer qu'il va bien. Vous pourrez commencer à le sentir bouger à partir de la fin du 4ème mois de grossesse.

Les ultrasons, mauvais pour le fœtus

"En pratique médicale, il est fortement décommandé de pratiquer une échographie au premier trimestre exceptée l'échographie obligatoire à 2 mois et demi" souligne Danièle Combourieu. Celle-ci sert à mesurer la nuque du bébé et à écouter brièvement son cœur. L'idée étant d'éviter que l'appareil ne chauffe, mais aussi parce que les ultrasons stimulent le fœtus, ce qui n'est pas bon pour lui. Aussi, si les médecins écourtent cette première échographie pour limiter leur impact sur le bébé, il vaut donc mieux en faire de même et éviter d'utiliser régulièrement un doppler à la maison - au moins durant le premier trimestre - car il fonctionne, lui-aussi, par le biais d'ultrasons. Si l'on ne sait pas tout à fait les conséquences que cela pourrait avoir sur les fœtus, l'échographiste rapporte que des expériences d'échographies longues menées sur des souris se sont révélées toxiques pour leurs embryons engendrant des lésions et un développement trop rapide (les cellules étant extrêmement sensibles à cet échauffement).

Une intrusion dans la vie in-utero

Pour Daniel Combourieu, l'aspect intrusif avait déjà posé problème il y a plus de 30 ans lors des premières échographies où l'on voyait le bébé sur l'écran. "Entendre le cœur du fœtus l'est peut-être aussi, mais déjà moins que l'échographie 3D où on le voit à l'image" conclut-t-elle. 

Suivi médical et maladies pendant la grossesse