Grossesse et perte de sang : causes, quand s'inquiéter ?

Perdre du sang pendant la grossesse est une véritable source d'angoisse pour les futures mamans. Pourtant, ce phénomène n'a pas la même signification selon le stade de la grossesse auquel il survient. À quoi est-ce dû ? Quand faut-il consulter ? Réponses du Dr Julia Maruani, gynécologue médical.

Grossesse et perte de sang : causes, quand s'inquiéter ?
© serezniy-123rf

Les saignements vaginaux durant la grossesse concerneraient une femme sur quatre, surtout au premier trimestre. S'ils sont souvent bénins, ils peuvent aussi indiquer les prémices de complications. Une consultation médicale est nécessaire pour en déterminer la cause et ce, quelle que soit l'abondance des pertes de sang, leur couleur et le moment où elles surviennent. Précisions avec le Dr Julia Maruani, gynécologue médical, secrétaire générale de la FNCGM (Fédération Nationale des Collèges de Gynécologie Médicale). 

Pertes de sang au premier trimestre de la grossesse : quelles sont les causes ?

Les causes des saignements au premier trimestre de la grossesse peuvent être multiples.

Lorsque la grossesse n'a pas encore été localisée par une échographie : 

  • Une grossesse extra-utérine :  "La grossesse extra-utérine est une grossesse mal implantée (dans une trompe le plus souvent) qui touche 1% des grossesses et qui représente une urgence gynécologique majeure dont il faut s'occuper sans attendre", explique le Dr Julia Maruani. En cas de saignement avant que la patiente ait eu une échographie de datation, c'est un diagnostic qui doit être évoqué par le gynécologue ou la sage-femme et qui doit indiquer la réalisation d'une échographie en urgence, "et ce d'autant plus que la patiente présente des douleurs pelviennes" prévient la secrétaire générale de la FNCGM.  
  • La nidation : 7 à 10 jours après la fécondation, l'embryon va s'implanter dans l'utérus, ce qui peut engendrer de légers saignements. 

Lorsque la grossesse est bien implantée dans l'utérus :

  • Une menace de fausse couche ou une fausse couche : "Il faut savoir que 25 % des grossesses saignent en début de grossesse : il y en aura la moitié, soit 12 % environ, qui vont être des fausses couches (grossesse arrêtée et œuf clair), et l'autre moitié qui vont continuer d'évoluer. Alors certes, c'est un signe d'alerte pour lequel il faut consulter mais ce n'est pas toujours négatif. En cas de menace de fausse couche, c'est à dire que la grossesse est évolutive (l'activité cardiaque est présente et il peut exister un décollement du placenta) on conseille à la patiente d'être au repos et on recontrôle 15 jours plus tard", rassure la gynécologue médicale. "En cas de grossesse arrêtée ou d'œuf clair, la prise en charge sera adaptée."
  • Des causes plus rares comme la môle hydatiforme : il s'agit d'une anomalie de la fécondation. Le test de grossesse est positif mais il n'y a pas d'embryon qui se développe dans l'utérus. Le diagnostic est porté par l'échographie de grossesse.
  • Une lyse de jumeaux : "la grossesse a débuté avec deux embryons et il y en a un des deux qui s'arrête d'évoluer, c'est une fausse couche partielle mais c'est extrêmement rare", indique la spécialiste.
  • Un cancer du col : "en début de grossesse, quand on a une patiente qui saigne, on va toujours examiner le col et le vagin avec un spéculum pour regarder d'où proviennent ces saignements (col, intérieur de l'utérus). Mais heureusement, c'est rarissime de découvrir un cancer du col pendant la grossesse ! Dans tous les cas, il faut toujours faire un examen gynécologique et une échographie au moindre saignement afin d'évaluer la totalité de la situation", insiste le Dr Julia Maruani.

Enceinte et pertes de sang : comment interpréter la couleur ?

Des pertes de sang un peu vieillies, couleur marron sépia : ce type de saignement oriente vers une problématique de grossesse extra-utérine ou de décollement du trophoblaste (qui deviendra plus tard le placenta). Cela signifie que c'est un saignement de faible abondance, qui coule doucement mais qu'il faut quand même prendre en compte. 

Des pertes de sang rouges et abondantes : en général, c'est une fausse couche ou une menace de fausse couche liée à un décollement partiel du placenta. 

Des pertes de sang rosées : si elles surviennent après un examen gynécologique ou un rapport sexuel : elles sont le plus souvent sans gravité et dues à la sensibilité du col. Cependant, elles doivent quand même amener à consulter.

Enceinte, j'ai des pertes de sang après un rapport sexuel, à quoi c'est dû ?

Les pertes de sang qui surviennent après un rapport sont généralement purement mécaniques et locales. "Le col a tendance à saigner plus facilement pendant la grossesse parce qu'il reçoit davantage de sang, cela n'a rien d'inquiétant le plus souvent", détaille le Dr Julia Maruani. "Au premier épisode, il faut proposer une échographie de grossesse par sécurité", continue-t-elle.

Enceinte et pertes de sang à la date des règles

"Médicalement, on n'a pas d'explications, c'est un peu un mystère. Ces saignements pris pour des "règles anniversaire" sont une coïncidence car elles correspondent à une période où, si la grossesse évolue mal, elle va commencer à saigner. Toutefois, il n'y a pas de lien avec la date des règles, hormis dans les cas particuliers d'utérus double", observe la gynécologue médicale.  

Pertes de sang au deuxième et troisième trimestre de la grossesse, causes, que faire ?

Les pertes de sang au deuxième et troisième trimestre de la grossesse concernent environ 3% des grossesses, elles sont donc beaucoup plus rares mais aussi beaucoup plus graves. "Toute femme qui saigne au deuxième ou troisième trimestre de la grossesse doit impérativement consulter en urgence pour faire une échographie et un monitoring afin d'évaluer la situation et adapter la prise en charge", précise-t-elle. Elles peuvent être le signe :

  • D'une anomalie du placenta qu'on appelle placenta praevia : le placenta est inséré trop bas dans l'utérus et recouvre en partie le col. Si l'hémorragie est trop importante, elle peut mettre en danger la mère et l'enfant. En revanche, si le saignement se calme, on va attendre. 
  • D'un hématome rétro placentaire : le placenta se décolle brutalement. "Le bébé risque de ne plus recevoir le sang du cordon, ce qui risque d'entraîner son décès ainsi que d'engendrer des problèmes pour la maman si elle ne consulte pas. Il ne régresse pas donc la seule solution, c'est de faire naître le bébé par césarienne en urgence pour tenter de le sauver", détaille la secrétaire générale de la FNCGM.

Pourquoi le groupe sanguin de la femme enceinte est si important ?

"Les femmes qui sont de rhésus négatif pour leur groupe sanguin, vont nécessiter une injection préventive d'immunoglobulines pour éviter une allo-immunisation c'est à dire de fabriquer des anticorps pour une future grossesse. Autrement dit, toute femme qui saigne et qui a un rhésus négatif, quel que soit la lettre de son groupe, va nécessiter une injection préventive dans les trois jours du saignement, c'est une urgence de consultation", rapporte le Dr Julia Maruani.

Questions et petits maux de la grossesse