Compléments alimentaires et grossesse : recommandations, dans quels cas ?

Le recours aux compléments alimentaires pendant la grossesse n'est pas toujours justifié. Lesquels choisir et quelles précautions à prendre ? Que penser des cocktails vitaminiques "spécial grossesse" ? Le point avec le Dr Isabelle Héron, gynécologue médicale.

Compléments alimentaires et grossesse : recommandations, dans quels cas ?
© 123RF-Viacheslav Iakobchuk

Dans un avis publié le 7 juin 2017, l'Anses alertait sur les risques de la multiplication des sources de vitamines et minéraux en l'absence de besoins établis pendant la grossesse. Celle-ci rappelait alors aux femmes enceintes "de ne pas consommer de compléments alimentaires sans l'avis d'un professionnel de santé et leur recommandait de signaler à leur médecin, pharmacien ou sage-femme la prise de tout produit (médicament ou complément alimentaire), qu'il soit délivré sur prescription ou pris en automédication". Des cas d'hypercalcémie néonatale liés à la vitamine D et d'hypothyroïdie congénitale à cause de l'iode avaient notamment été rapportés. L'Anses attirait également l'attention des professionnels de santé sur l'importance de ne pas cumuler les sources de vitamines et minéraux sans suivi biologique régulier. 

L'acide folique, complément alimentaire indispensable pendant la grossesse

En préconceptionnel, l'acide folique (vitamine B9) est la seule vitamine qui soit réellement recommandée par les sociétés savantes. "C'est une vitamine très importante car elle rentre dans ce que l'on appelle la synthèse de l'ADN. Par conséquent, des déficits en acide folique engendrent des anomalies de fermeture du tube neural qui vont alors entraîner des malformations chez le fœtus de type spina bifida ou des fentes labio-palatines", explique le Dr Isabelle Héron, gynécologue médicale et présidente de la Fédération Nationale des Collèges de Gynécologie médicale (FNCGM). Toutes les jeunes femmes qui arrêtent leur contraception pour un projet de grossesse se voient prescrire de l'acide folique à raison de 0,4 mg par jour jusqu'au troisième mois de grossesse inclus, globalement jusqu'à l'échographie des 12 semaines. "Comme l'organogenèse a lieu au premier trimestre de grossesse, il est important de prendre de l'acide folique en préconceptionnel pour que l'on soit pleinement efficace", continue-t-elle. 

Quels sont les compléments alimentaires autorisés pendant la grossesse ? 

Tous les compléments alimentaires "spécial grossesse" sont autorisés, à condition d'en avoir discuté préalablement avec son médecin pour éviter tout risque de surdosage ou de doublon qui pourrait se révéler dangereux. Il existe des compléments alimentaires spécifiques pour la grossesse qui contiennent toutes les vitamines et oligo-éléments dont la femme enceinte a besoin (Gynefam grossesse, Gestarelle, Oligobs, Maternix par exemple), à savoir de l'acide folique, du fer, de l'iode, les vitamines du groupe B (B1, B2, B3, B5, B6, B8, B12), de la vitamine D, du magnésium, du zinc, du cuivre. "Ces compléments alimentaires sont extrêmement complets et différents de ceux que l'on peut prendre en dehors de la grossesse car ils sont élaborés à des doses recommandées pendant la grossesse. Ils correspondent aux quantités quotidiennes requises pour une femme qui n'a pas de carences évidentes", précise la gynécologue. Bon à savoir, une ampoule de vitamine D est systématiquement administrée au troisième trimestre de la grossesse. 

Dans quels cas prendre des compléments alimentaires pendant la grossesse ?

"Hormis l'acide folique qui est préconisé pour toutes les femmes enceintes, les compléments alimentaires pendant la grossesse ne sont pas recommandés (Cf Le grand Livre de ma grossesse, CNGOF). Normalement, une alimentation correctement équilibrée, sans aucune restriction, suffit à couvrir les besoins nutritionnels de la femme enceinte", indique le Dr Isabelle Héron. Mais, à l'heure actuelle, de plus en plus de femmes suivent un régime d'exclusion de certains aliments (végétarien, végétalien, sans gluten, etc) qui entraîne des carences en certaines vitamines, minéraux et oligo-éléments. "Les compléments alimentaires "spécial grossesse" sont donc intéressants, voire indispensables, dans ces cas-là mais aussi en cas de grossesses rapprochées, parce que dans leur composition, ils correspondent aux apports recommandés pendant la grossesse. Dans certaines situations, on peut être amené à faire des dosages vitaminiques pour les supplémenter à la dose optimale. Ils ne sont pas remboursés, sauf s'il s'agit d'acide folique ou de fer (Tardyferon, Timoferol) prescrits indépendamment ", poursuit la spécialiste. 

Compléments alimentaires pendant la grossesse et nausées

Les compléments alimentaires pendant la grossesse ne sont pas contre-indiqués en présence de nausées et vomissements importants. "Les compléments alimentaires sont intéressants pendant la grossesse mais toute automédication est à proscrire. Il faut toujours se référer à un professionnel de santé", rappelle le Dr Isabelle Héron.