Grossesse et alcool : quelles conséquences ?

Que devient un simple verre de vin dans le corps d'une femme enceinte ? Son enfant y goûte-t-il lui aussi ? Quels sont les effets de l'alcool sur le futur bébé ?

Grossesse et alcool : quelles conséquences ?
© Sergii Gnatiuk-123rf

[Mis à jour le 05/09/18] "Entre 2006 et 2013, 3 207 nourrissons, ce qui représente une naissance par jour, ont présenté au moins une conséquence liée à l'alcoolisation fœtale et 452 d'entre eux, un syndrome d'alcoolisation fœtale", selon la première estimation de Santé publique France, dévoilée à l'occasion de la Journée mondiale de sensibilisation au syndrome d'alcoolisation fœtale. Les résultats nous indiquent également qu'une femme sur 10, enceintes au moment de l'enquête ou maman d'un enfant de moins de 5 ans, avouent avoir consommé de l'alcool de manière occasionnelle lors de sa grossesse, alors que la majorité d'entre elle (60 %) déclarent avoir été malgré tout informées sur les risques que comportait la consommation d'alcool. Même s'il reste encore trop problématique, ce chiffre reste deux fois moins élevé par rapport à 2010 (2 femmes sur 10 selon l'Enquête Nationale Périnatale).

A partir du dimanche 9 septembre 2018, Santé publique France déploie une campagne d'information (presse, digitale et radio) pour sensibiliser les femmes en âge de procréer ainsi que les professionnels de santé. Le message ? "Parce qu'aujourd'hui personne ne peut affirmer qu'un seul verre soit sans risque pour le bébé : par précaution, zéro alcool pendant la grossesse !". Des outils informatifs comme des affiches et des dépliants seront affichés dans les salles d'attente des professionnels de santé. 

De graves complications, à court et à long terme

L'alcool est toxique pour le système nerveux et le cerveau de l'embryon ou du fœtus. Ainsi, quel que soit le stade de la grossesse, pour une consommation quotidienne, même faible, il existe des risques de complications pendant la grossesse (retards de croissance, naissance prématurée), et pour le futur enfant (anomalies neurologiques, troubles de la mémoire et de l'attention ou encore de l'apprentissage). Et plus votre consommation quotidienne est importante, plus l'enfant risque d'avoir des séquelles. La consommation d'alcool pendant la grossesse reste la première cause de retard psychomoteur en France. En effet, lorsque vous buvez, l'alcool est directement transmis à votre bébé via la circulation sanguine, c'est-à-dire du sang maternel au sang fœtal via le placenta qui ne le filtre pas. Autrement dit, le fœtus consomme pratiquement la même quantité d'alcool que sa mère !

Qu'est-ce que le syndrome d'alcoolisation fœtale ?

Le syndrome d'alcoolisation foetale se manifeste ainsi par des anomalies de croissance, des anomalies faciales et des dommages du système nerveux central susceptible d'entraîner des retards mentaux. Sans oublier les autres risques tels que "les troubles de l'apprentissage ou de la mémoire, responsables de difficultés scolaires, de troubles cognitifs et du comportement", précise un rapport de l'Académie de médecine. Enfin, le cerveau est sensible à l'alcool durant toute la grossesse. Malgré ces risques et les campagnes de prévention contre la consommation d'alcool pendant les neuf mois de grossesse, une femme enceinte sur quatre continuerait pourtant de boire des verres d'alcool. En effet, les risques sont souvent sous-estimés par les futurs parents.

"Zéro alcool pendant la grossesse".

Rappelez-vous que lorsque vous buvez, bébé trinque avec vous ! Même si vous ne buvez qu'un verre par jour, ou de manière occasionnelle, votre consommation n'est pas anodine et peut avoir des conséquences sur votre grossesse et sur l'enfant qui va naître. Comme on ne connaît pas précisément le seuil en dessous duquel la consommation d'alcool n'est pas dangereuse pour l'enfant, la meilleure solution est encore de s'abstenir pendant toute la durée de la grossesse.

Pour rappel, un message sanitaire est apposé obligatoirement depuis 2006 sur les boissons alcoolisées, soit par un pictogramme ou par le message "Grossesse = Zéro alcool". Par ailleurs, le dispositif "Alcool Info Service" (0 980 980 930) permet aux personnes concernées de discuter librement et 7 jours/7 avec un professionnel apte à les orienter, à les écouter et répondre à leurs questions. Enfin, des campagnes de prévention sont chaque année diffusée afin de limiter les risques et de sensibiliser les futures mamans.