Quel est le meilleur tissu pour fabriquer son masque AFNOR ?

Préférer le masque en tissu au masque chirurgical, c'est bien beau ! Encore faut-il savoir dans quel tissu l'acheter ou le confectionner. Le groupe AFNOR nous donne des éléments de réponses.

Quel est le meilleur tissu pour fabriquer son masque AFNOR ?
© Soi Paris

Pour freiner la propagation du Covid-19, le masque s'impose comme l'un des gestes barrières principaux. Il en existe plusieurs types : le masque chirurgical, qui s'achète notamment en pharmacie et en grandes surfaces, et le masque en tissu. Aussi nommé masque barrière, il peut aussi bien s'acheter auprès d'une marque que d'un ou d'une couturière. Les plus habiles de leurs mains peuvent quant à eux le confectionner, en suivant les recommandations établies par le groupe AFNOR, qui délivre, entre autres, des certifications. Alors, quel tissu pour un masque AFNOR ?

Masque en coton

Quoi qu'il en soit, le masque trois plis en tissu dit grand public doit, selon l'AFNOR, être avant tout composé de coton. Pour un modèle dont la capacité de filtration est de 70%, il faut que le tissu pour le masque barrière comprenne une première couche de coton de 90g/m2, une deuxième couche de tissu non tissé de 200 mg/m2 et une troisième couche de coton similaire à la première.

Pour un modèle dont la capacité de filtration est de de 90%, le grammage des couches en coton 1 et 3 reste le même. La couche intermédiaire de tissu non tissé, en revanche, passe à 200 mg/m2.

Dans ses recommandations, l'AFNOR précise comment mesurer ces matières pour ne pas se tromper : il faut d'abord peser en gramme l'étoffe, puis en prendre les dimensions. On obtient sa densité surfacique par la formule suivante : masse de l'étoffe / (largeur x longueur).

Comme l'AFNOR se doute que le commun des mortels n'a pas forcément toutes ces matières pour des masques en tissu à la maison, le groupe ajoute qu'en leur absence, il vaut mieux assembler trois étoffes différentes. Il préconise différents tissus pour les masques alternatifs AFNOR : un coton épais de ceux utilisés pour confectionner un torchon de cuisine, un polyester comme celui des T-shirts de sport et un petit coton du même type que les chemises. Parmi les tissus pour masque, la popeline de coton semble donc être idéale.

L'AFNOR fait remarquer que certaines matières comme la ouatine, le jean, la toile cirée, le tissu enduit et le jersey ne sont pas suffisamment efficaces face au virus.

Masque en soie

Selon des chercheurs de l'université de Cincinnati, aux Etats-Unis, la soie s'avère être un excellent choix de tissu pour un masque maison contre le coronavirus. Cette matière a pour elle d'être plus confortable que celle de beaucoup de masques, mais aussi plus respirante, de mieux sécher et de mieux repousser l'humidité. La soie est aussi présentée par les chercheurs de l'université de Cincinnati comme un tissu pour masque antibactérien. Pour les férues de mode, cette alternative allie le chic à l'utile et a déjà été privilégiée par la it girl Olivia Palermo ou bien encore la marque de luxe fondée à l'issue du premier confinement, Maison Baylandi. Le résultat : un masque en tissu léger, facile à porter en hiver comme en été.

Masque en satin

L'association Que Choisir a mis au banc d'essai plusieurs masques fabriqués à la maison. Ils ont testé en laboratoire différentes matières assemblées en deux couches similaires. Sur les 18 tissus qu'ils ont testés, seuls deux avaient des résultats proches de ceux des masques grands publics : une étoffe en maille piquée, comme celui d'un polo, et du satin en polyester. Le satin semble donc être une autre possibilité de tissu à sérieusement envisager. 

Entretien