Hyperosmie : enceinte, je ne supporte plus les odeurs

Durant la grossesse, certaines odeurs deviennent insupportables, au point de provoquer dégoût et nausées. À quoi ce phénomène est-il dû ? Que faire pour le soulager ? Réponses du Dr Tiphaine Beillat, gynécologue.

Hyperosmie : enceinte, je ne supporte plus les odeurs
© Wong Sze Yuen-123rf

L'odeur d'un aliment, d'un produit cosmétique ou ménager, d'un parfum, d'un lieu… Depuis le début de votre grossesse, il y a des odeurs que vous ne supportez plus ? Ou au contraire, d'autres que vous n'appréciez pas auparavant dont vous raffolez aujourd'hui ? Si cela peut sembler déroutant, rassurez-vous, c'est fréquent et parfaitement normal. Cette exacerbation de l'odorat porte le nom d'hyperosmie, et s'explique par le bouleversement hormonal qui intervient au cours de la grossesse. 

Hyperosmie : pourquoi je ne supporte pas les odeurs enceinte ?

Le placenta sécrète des hormones qui déséquilibrent l'organisme, en influant sur certains sens, notamment l'odorat et le goût qui deviennent surdéveloppés. "Anthropologiquement, on pensait que ce phénomène physiologique s'était développé pour que les femmes ne mangent pas des aliments qui pourraient se révéler toxiques ou dangereux pour elles et pour leur bébé. En réalité, il s'explique par l'augmentation du taux de hCG et de progestérone qui dilatent les vaisseaux du nez qui est alors mieux vascularisé, ce qui explique qu'il absorbe mieux les odeurs", précise le Dr Tiphaine Beillat, membre de la Fédération Nationale des Collèges de Gynécologie médicale (FNCGM). Voilà pourquoi certaines futures mamans ont des envies irrésistibles de fraises, de poulet rôti ou de cornichons au petit matin, et que certains aliments provoquent nausées de grossesse et des vomissements. Contrairement à une idée reçue qui a la vie dure, il ne s'agit pas là de "caprices de femmes enceintes" mais bien d'un phénomène physiologique. "L'odorat et le goût étant liés, c'est le même circuit hormonal qui entraîne les nausées et les vomissements. On remarque d'ailleurs que les femmes enceintes qui ne possèdent pas cet odorat surdéveloppé ne souffrent généralement pas de nausées pendant leur grossesse", continue-t-elle. 

Hyperosmie : à quel moment de la grossesse ?

"Cette aversion pour certaines odeurs survient généralement à 7 semaines de grossesse, au moment de l'augmentation du pic hormonal de hCG, qui est au maximum vers 9 semaines d'aménorrhée. Autrement dit, ce phénomène se manifeste dès le début de la grossesse et se calme au début du deuxième trimestre de la grossesse", indique la gynécologue. Mais là encore, comme pour les nausées et les vomissements, toutes les femmes enceintes ne sont pas logées à la même enseigne.

Odeurs pendant la grossesse : jusqu'à quand ?

Certaines futures mamans en souffriront jusqu'à l'accouchement tandis que d'autres ne seront pas impactées du tout. "Habituellement, ce désagrément s'atténue vers 15 semaines, là où le relai des hormones placentaires se fait, rassure notre experte. En début de grossesse, les hormones sont développées par les ovaires et ensuite, c'est le placenta qui prend le relai".

Que faire pour soulager la sensibilité aux odeurs ?

Malheureusement, il n'y a rien à faire pour prévenir cette sensibilité aux odeurs, si ce n'est de les éviter. Le Dr Tiphaine Beillat recommande d'aménager notre environnement, de s'éloigner des parfums et autres odeurs qui nous dérangent, mais aussi d'aérer notre intérieur le plus souvent possible. Les futures mamans peuvent également demander à leur conjoint de ne pas faire de café en leur présence. Enfin, il faut savoir que ce désagrément n'a pas vocation à durer. Le corps s'habitue à ce bouleversement hormonal, les nausées et vomissements provoqués par certaines odeurs disparaissent généralement à la fin du premier trimestre de grossesse. 

Questions et petits maux de la grossesse