Le vélo électrique : on s'y met ou pas ?

Les vélos à assistance électrique (ou VAE), ont le vent en poupe ! On craquerait bien… en se demandant toutefois si c'est utile. Pistes de réflexion.

Le vélo électrique : on s'y met ou pas ?
© Olena Kachmar

Ultra-tendance (il s'en est vendu près de 300 000 en 2017 en France, une forte progression), le vélo électrique n'est pas, comme on pourrait le penser (tant qu'on n'est jamais montée dessus), juste "un truc de flemmarde" ! Car il ne fait pas tout : on parle bien dans ce cas "d'assistance", ce qui signifie qu'il faut pédaler pour avancer… comme sur une bicyclette traditionnelle ! Simplement, le vélo électrique offre un coup de pouce quand on en a besoin, en permettant de gagner illico de la puissance et donc d'accélérer ou de ne pas ralentir en côte (mais sans brutalité !) grâce à une commande manuelle sur le guidon, aussi simple que passer des vitesses. On passe alors en quelques secondes à une vitesse qui peut atteindre 25 km/heure environ voire plus sans difficulté. Pratique, ludique, agréable et surtout, le VAE peut vraiment motiver pour se "remettre en selle" et ainsi bouger plus au lieu de prendre sa voiture ou le bus !

Les avantages du vélo électrique

L'assistance se révèle parfaite quand on est chargée (avec un gros plein de courses… ou un enfant sur le porte-bagage !), quand on se retrouve face au vent avec la sensation pénible de peiner pour faire du sur-place, quand les distances sont longues (on fatigue moins), ou encore, et c'est très précieux, en côte ! Alors, non seulement on avance plus facilement (il est bien convenu qu'on continue de pédaler, sinon le vélo s'arrête), mais en prime on évite de trop fatiguer et souffler… et donc de transpirer abondamment, ce qui est fort utile quand on part au travail, par exemple, ou juste qu'on peut rester fraîche et pimpante ! D'ailleurs, on voit sur ces engins beaucoup de messieurs en costumes, contents de ne plus avoir à se changer en arrivant au bureau ! De plus, l'assistance permet aussi peut d'accéder à des endroits où on ne serait jamais allée (ou alors à pied en poussant son engin) : on peut même grimper sans difficulté à des cols de montagne qui nous seraient restés inaccessibles ! C'est aussi idéal pour de longues balades et randonnées (même avec une tente et un gros sac à dos), car on fatigue beaucoup moins tout en faisant quand même une vraie activité physique. Mais c'est également très utile en ville, surtout quand on ne fait pas du plat, qu'on est peu entraînée, ou qu'on travaille à 15 km, qui se feront alors sans difficulté !

Comment bien choisir son vélo électrique ?

  1. Le nombre de niveaux d'assistance : en moyenne 3 ou 4, avec idéalement un niveau " économique " où l'assistance est modérée mais longue durée, et un " turbo " pour les fortes côtes.
  2. La batterie : attention, son autonomie est souvent indiquée pour un mode économique, il fat donc aussi s'intéresser à celle sous assistance maximale pour ne pas se faire piéger. Idéalement il faut pouvoir faire une centaine de km (en éco) pour ne pas avoir à la recharger sans cesse, même en ville, d'autant qu'on " avale " les kilomètres ! On vérifie également sa durée de charge (il vaut mieux qu'elle soit assez rapide, autour de 5-6 heures maximum). Quand on vit en appartement, on préfère un modèle dont la batterie est amovible, ce qui permet de la retirer pour la brancher chez soi sans avoir à monter le vélo à l'étage. Enfin, on choisit de préférence une batterie au lithium, qui dure beaucoup plus longtemps (5 ans en moyenne) et est plus légère… mais plus chère.
  3. La motorisation : pour des petites utilisations courtes, on peut la choisir dans la roue avant. Pour une pratique plus intensive, on préfère qu'elle soit située dans le pédalier.
  4. L'équipement : essentiel, comme les options dans une voiture ! Mais c'est aussi lui qui fait souvent la différence de prix. On ne lésine pas sur les freins, à choisir à disques pour qu'ils durent, surtout pour une utilisation fréquente.
  5. Le poids : tous les VAE sont lourds (20 à 25 kg).  Sans grande importance si on peut le stocker (au travail et chez soi) dans un RDC sécurisé, mais attention si on vit au 5 étage sans ascenseur !