Douleurs ligamentaires pendant la grossesse : que faire ?

Si les douleurs ligamentaires font partie des maux classiques de la grossesse, elles n'en sont pas moins gênantes au quotidien. D'où viennent-elles ? Comment les reconnaître et les soulager efficacement ? Réponses et conseils du Dr Brugère, gynécologue médical, membre du conseil d'administration de la FNCGM.

Douleurs ligamentaires pendant la grossesse : que faire ?
© milkos-123rf

Douleurs ligamentaires pendant la grossesse, qu'est-ce que c'est ?

Les douleurs ligamentaires concernent 90% des femmes enceintes, il est donc difficile d'y échapper. Si elles peuvent être invalidantes, elles ne présentent, en revanche, aucun caractère de gravité. Elles sont dues au relâchement des ligaments et des tissus qui se préparent pour l'accouchement, sous l'action d'une hormone spécifique de la grossesse appelée relaxine. Elles se manifestent par une sensation de tiraillement au niveau de l'aine, du bas ventre, du dos, des jambes et du bassin. "Les douleurs ligamentaires touchent surtout l'articulation du bassin, des fémurs et de la colonne vertébrale ainsi que tous les ligaments qui relient ces os. Ces douleurs touchent environ 1 femme enceinte sur 5, elles sont provoquées par l'augmentation du volume de l'utérus, par l'imprégnation hormonale et surtout par les positions que l'on prend : plus on se cambre, plus on va avoir ce type de douleurs. D'où l'intérêt de bien penser à rétroverser le bassin", explique le Dr Brugère.  

Quand apparaissent les douleurs ligamentaires pendant la grossesse ? 

Les douleurs ligamentaires apparaissent généralement à partir du 5e mois de grossesse. Mais certaines mamans les ressentent dès le début de leur grossesse, signe de l'augmentation du volume de l'utérus. En fin de grossesse, plus le poids du bébé et de l'utérus sont lourds, plus les douleurs ligamentaires vont être importantes. "Qu'elles surviennent en début ou en fin de grossesse, les douleurs ligamentaires ont la même signification : elles témoignent de l'imprégnation hormonale de la relaxine qui induit une laxité au niveau de la symphyse pubienne, de l'utérus et des ligaments pelviens", nuance la gynécologue médical. De plus, avec le développement de l'utérus, le corps de la future maman va chercher à compenser en basculant le bassin vers l'avent. Résultat, d'autres tensions apparaissent. 

Douleurs ligamentaires ou contractions : comment faire la différence ?

Certaines futures mamans peuvent confondre les contractions et les douleurs ligamentaires. Ces dernières surviennent dès le matin au réveil et persistent le reste de la journée. Le meilleur moyen de les distinguer, c'est d'observer le moment où elles surviennent et leur fréquence. "Les douleurs ligamentaires ont tendance à être là en continu tandis que les contractions vont et viennent. Les douleurs ligamentaires peuvent irradier vers les cuisses, le pubis, mais sont constantes tandis que les contractions s'apparentent à des décharges électriques, des picotements, qui se manifestent par vagues", détaille notre experte. 

Que faire en cas de douleurs ligamentaires intenses pendant la grossesse ? 

Dès lors que les douleurs ligamentaires sont installées, il n'est pas facile de les faire disparaître. "Il existe surtout des conseils de prévention : ne pas porter de talons trop hauts quand on est enceinte, ne pas prendre  trop de poids, éviter les mouvements brusques et continuer à avoir une activité physique régulière tout au long de la grossesse. Natation, préparation à la naissance dans l'eau, yoga ou encore marche constituent les meilleures activités sportives pour une femme enceinte", indique le Dr Brugère. Bien que cela n'ait pas été validé scientifiquement, une supplémentation en magnésium et le recours à une ceinture de maintien peuvent contribuer à soulager les douleurs ligamentaires. En complément de ces mesures, la kinésithérapie, l'ostéopathie et autres médecines douces peuvent se révéler très utiles, étant donné que les anti-inflammatoires sont rapidement contre-indiques pendant la grossesse. 

Douleurs ligamentaires après l'accouchement : que faire ? 

Si les douleurs ligamentaires s'estompent généralement à l'accouchement, elles peuvent parfois se poursuivre au-delà. Il s'agit généralement de traumatismes liés à l'accouchement lui-même. Il faut laisser le temps au corps pour que les organes se remettent en place, que la laxité ligamentaire diminue, que la posture redevienne normale... La faiblesse des abdominaux, qui ont été en pause pendant neuf mois, peut également expliquer ces douleurs. Il est donc primordial de remuscler ses abdominaux profonds par des respirations (abdominaux hypopressifs) après avoir procédé à la rééducation du périnée

Questions et petits maux de la grossesse