Karina Vigier, la fabuleuse quinqua qui secoue TikTok

"C'est pour les jeunes" avait toujours pensé Karina Vigier au sujet des réseaux sociaux. Mais ça, c'était avant. Toquée de TikTok, cette quinqua au franc parler et aux looks exquis est devenue une des influenceuses incontournables du nouveau réseau social qui cartonne. Portrait.

Karina Vigier, la fabuleuse quinqua qui secoue TikTok
© Karina Vigier

"Jamais je n'aurais imaginé ça" commente Karina Vigier lors de notre entretien. Lors du premier confinement, cette éditrice de magazine de 51 ans résidant alors à Copenhague se retrouve, comme la plupart, isolée, voire esseulée. Avec sa fille de 19 ans, elle dégote alors un passe-temps : créer des clips sur TikTok, ce nouveau réseau social chinois dédié à la vidéo. Passés inaperçues dans un premier temps, ses posts deviennent viraux sans crier gare, notamment grâce à Noholita, influenceuse française au million d'abonnés sur Instagram qui la repère et partage son contenu. D'utilisatrice discrète d'Instagram aux quelques centaines d'abonnés, elle explose et se retrouve à la tête d'une communauté de 200 000 followers sur TikTok. 

La tête de l'emploi

"Du jour au lendemain, on se demande : mais qu'est-ce que les gens attendent de moi ?" poursuit-t-elle. Au premier coup d'œil, c'est pourtant clair. Lunettes XXL, mèche en arrière, goût prononcé pour la superposition et les pièces audacieuses, Karina Vigier a ce qu'on appelle "un look". "L'objectif pour moi a toujours été de ne pas être comme les autres." admet-elle. Dans cette optique, elle s'habille comme une collectionneuse, chine des pièces de grandes maisons comme de créateurs pointus. Ni it-pièces poussées par les marques, ni logos ostentatoires n'ont droit de cité sur la silhouette de cette modeuse avertie, professionnelle de mode pour enfant. Loin des égéries sponsorisées qui se ressemblent de plus en plus sur Instagram, Karina Vigier cultive son originalité. Sur TikTok, elle met en scène ses tenues dans des vidéos agrémentées de filtres, de musique, d'effets. S'amusant avec les codes de la plateforme, elle joue le jeu des "trends" et des "challenges", les formats tendance du moment, et se les approprie avec un naturel qui force l'admiration.

À contre courant 

Facile d'utilisation, amusant et plein de vie contrairement à un Instagram qu'elle considère comme devenu "faux", TikTok est le support idéal à sa spontanéité. Elle y publie des danses, mais s'en sert aussi pour partager ses convictions. Avec une garde-robe à 70% composée de vêtements de seconde main, elle fait l'apologie des belles pièces qui durent, affiche sa résolution de ne plus consommer dans le groupe Zara.

Révoltée contre l'idée du relooking, elle interpelle en vidéo Cristina Cordula sur les fondements de ses principes. "Si une femme a passé toute sa vie en jogging, vous pouvez lui mettre une robe, le lendemain elle va remettre un jogging. Notre fonction est de montrer qu'il existe une floppée de jogging différents avec lesquels s'amuser."

Petite, grosse, jusqu'à une grande perte de poids en début d'année, elle raconte n'avoir jamais tenu compte de sa silhouette pour s'habiller, encore moins s'être souciée du regard des autres. Sa parole, authentique et libératrice, est un juste équilibre entre le mouvement body positive, porté par la génération suivante, et l'exemple à suivre. A ce titre, elle reconnaît qu'en dehors des astuces pour nouer son foulard, elle évite les tutos et les conseils pour ne surtout pas "établir de règles".

Influenceuse malgré moi

Grâce à elle, ces femmes de 25 à 50 ans ont osé la couleur, tenté la veste ovesize. Certaines lui font même part de leur look du jour, cherchant son approbation et son regard bienveillant. Les plus jeunes de ses abonnées (13-20 ans), majoritaires sur TikTok, la voient comme Miranda Priestly, personnage de rédactrice en chef intraitable du Diable s'habille en Prada, et viennent chercher auprès d'elle des conseils pour s'orienter vers les métiers de la mode. "Et je prends toujours le temps de répondre !" souligne-t-elle. Karina Vigier se considère comme une "inspiratrice", ravie de recevoir ces remerciements des followers qui lui doivent leurs avancées stylistiques. 

Celle qui critiquait les influenceuses -qui "mettent une crème différente par jour"- est forcée d'accepter cette étiquette. Enfin, pas tout à fait comme on l'entend. Reste que du haut de ses 51 ans, Karina Vigier jouit d'une autre légitimité que les it-girls qui ont la vingtaine, ce qui lui vaut une audience large, diverse et attentive. Autant de qualités convoitées par les marques. Timides sur ce réseau social émergent, les propositions de partenariats arrivent doucement, emboîtant le pas aux articles à son sujet dans les plus grands magazines à travers le monde.

Connaissant bien les rouages du milieu, elle s'est jurée de ne pas abîmer son image en tombant dans les travers de l'influence, de ne montrer que les crèmes qu'elle "utilise vraiment, et de A à Z !"  Loin d'avoir mis de côté sa vie av. TikTok, Karina Vigier profite de cette nouvelle impulsion pour aller plus loin avec ce qu'elle sait faire de mieux, des magazines. En projet : un site anti-Instagram aseptisé, qui propose du beau et du bon sens dans les domaines de la mode et du lifestyle. Mais aussi un magazine destiné aux femmes de sa tranche d'âge, pas encore "senior", "mature, certes, mais depuis longtemps" qui, comme elle, ne se reconnaissent pas dans la proposition actuelle. Son message : "Vous avez pour obligation d'oser. La vie est trop courte pour la vivre triste." Tik-toquée mais pas toc toc.