Nino Cerruti : retour sur la carrière du créateur italien

Le créateur Nino Cerruti a lancé sa marque de prêt-à-porter en 1957, devenue un label incontournable de la scène mode des 60's. Il est décédé le 15 janvier 2022 à l'âge de 91 ans.

Nino Cerruti : retour sur la carrière du créateur italien
© Imago/ABACA

Le créateur italien Nino Cerruti, spécialiste de la mode masculine, s'est éteint le samedi 15 janvier 2022 dans la ville piémontaise de Vercelli alors que la Fashion week homme battait son plein à Milan. Sur les réseaux sociaux, les hommages d'anonymes et de célébrité ont alors afflué. Comme celui du couturier Giorgio Armani qui, au début de sa carrière, a travaillé avec le designer.

La fédération de la haute couture et de la mode française a quant à elle publié un communiqué saluant : "l'un des créateurs les plus marquants du prêt-à-porter masculin de luxe du XXème siècle. Grand créatif, industriel et innovateur, il révolutionnera la mode masculine haut de gamme en inventant, dans les années 70, la première veste déconstruite (...) Nino Cerruti définissait le concept de "style" comme "un mélange parfait de culture et d'art", terme qu'il préférait à "élégance" qui avait selon lui "un terrible goût de l'ancien". Mais alors, qu'elle est la carrière de ce designer incontournable de la mode masculine ?

Un destin familial

C'est à Biella, une petite ville au nord de l'Italie, que Nino Cerruti voit le jour le 25 septembre 1930. Avec pour ambition de devenir journaliste, il entreprend des études de philosophie. Mais son héritage le force à changer de cap. En 1950, il se reconvertit dans le tissu et reprend l'entreprise familiale, fondée par son grand-père en 1881. Spécialisée dans le filage et le tissage, la Lanificio Fratelli Cerruti jouit d'une situation géographique — le pied des Alpes — idéale : la pureté de l'eau permet de laver et de teindre la laine sans l'abîmer. On y crée à l'époque de la flanelle, du tweed, du cachemire ou encore de l'étamine, à partir de laine tout droit venue d'Australie et d'Afrique du Sud. Entrepreneur dans l'âme, Nino Cerruti transforme l'usine en véritable laboratoire de recherche et permet la mise au point de nouveaux fils — le super 100, le super 120, 150, 180 et 210. Pour comprendre ces chiffres, le calcul est simple : quand 1 kilo de laine équivaut à 100 km de fil, il donne le fil 100; quand 1 kilo de laine équivaut à 120 km de fil, il donne le super 120, et ainsi de suite. Le but de ces nouvelles techniques ? Créer des pièces dans lesquelles on se sent à l'aise. Plus de confort, donc.

Une marque à son nom

Il faudra attendre 1957 pour voir apparaître la première ligne masculine de Nino Cerruti : celle-ci est fabriquée dans les deux usines milanaises inaugurées par le créateur. Baptisée Hitman, cette collection inaugurale a donné son nom à l'une des montres les plus iconiques de la marque, toujours vendue aujourd'hui. Dix ans plus tard, en 1967, sont lancées à Paris les marques Cerruti 1881 (clin d'œil à l'année de création de l'entreprise de tissage familiale), et Cerruti. Un bond en avant et de quoi mettre un premier pied au cœur de la capitale internationale de la mode avec l'ouverture d'une boutique emblématique place de la Madeleine. Nino Cerruti s'entoure des meilleurs, notamment de Giorgio Armani, qui a fait ses armes au sein de la maison italienne avant de voler de ses propres ailes.

Un public prestigieux

Très vite adulé par le monde de la mode, Cerruti se retrouve également sur grand écran, dans des films comme Bonnie and Clyde, Pretty Woman ou encore Basic Instinct. Le créateur habille désormais les stars du monde entier, de Michael Douglas à Jean-Paul Belmondo en passant par Harrison Ford qui se baladent tous en costumes Nino Cerruti sur tapis rouge. Le créateur s'intéresse également au milieu de la parfumerie et sort d'ailleurs sa première fragrance en 1978, sobrement appelée Nino Cerruti pour homme. Il développe ensuite également des jus Nino Cerruti pour femmes. En 2000, Nino Cerruti vend sa maison à un groupe d'investisseurs italiens avant de rejoindre l'entreprise familiale, Lanificio Fratelli Cerruti, à Biella et Milan — cela ne l'empêche pas d'être toujours invité aux défilés. Quatre ans plus tard, Lanificio Fratelli Cerruti rachète Baleri, une entreprise italienne spécialisée dans le mobilier et le design. Depuis, celui que l'on surnommait "le philosophe des vêtements" se faisait discret, donnant quelques interviews, et apparaissait parfois à des événements mondains en compagnie de célébrités.

Créateurs et stylistes