John Galliano, l'Anglais irrévérent

Reconnu pour son passage chez Dior, John Galliano n'a pas eu un parcours idéal pour autant. Retour sur une carrière marquée par les scandales et les coups de génie.

John Galliano, l'Anglais irrévérent
© Guignebourg-Nebinger-Orban-Taamallah/ABACA

John Galliano — né Juan Carlos Antonio-Guillen – voit le jour le 28 novembre 1960 à Gibraltar. Anglais d'origine italienne, il grandit entouré de ses deux sœurs et de ses parents; son père est plombier, sa mère fan de vêtements et de flamenco. Sa famille s'installe à Battersea, dans la banlieue sud de Londres lorsqu'il n'a que 6 ans. En 1981, il intègre la très renommée école de stylisme Central Saint Martins de Londres. En parallèle, il travaille comme habilleur au National Theater de Londres. Une expérience qui aura une large influence sur son travail, lui qui a toujours aimé l'art de la mise en scène. Pour son défilé de fin d'études, il présente Les Incroyables, un show qui s'inspire librement de la France révolutionnaire. Mention très bien pour le créateur, qui aura droit à un tonnerre d'applaudissements. Les huit tenues sont exposées dans les vitrines du magasin Browns où il travaille comme vendeur. Et c'est avec Diana Ross (oui, rien que ça) qu'il fera sa première vente.

Les débuts d'une carrière

Son diplôme en poche, il lance une marque qui porte son nom en 1984. Si le public l'acclame, les industriels, eux, ont du mal à suivre, persuadés que ses créations sont complètement inadaptées pour être vendues en collections de prêt-à-porter. En 1990, il présente un premier défilé à Paris. L'argent ne coule pas à flot mais certains clients de renom lui permettent de garder la face et de poursuivre son activité. Il faut dire que le couturier ne se facilite pas la tâche et se prend de passion pour certaines techniques compliquées, comme le biais, en s'inspirant notamment des créations de Madeleine Vionnet : "Une technique pas commode. Pourtant, une robe en biais, c'est la volupté même ; c'est comme nager dans une mer d'huile", confiait-il alors.

La consécration chez Dior

En 1995, il rentre chez LVMH, et devient directeur de la création du prêt-à-porter et de la haute couture chez Givenchy. En 1996, il succède à Gianfranco Ferré chez Dior. Lady Diana portera l'une de ses premières créations pour la maison française lors de l'inauguration de l'exposition des 50 ans de la maison au Metropolitan Museum of Art de New York. Nouveau tournant dans sa carrière en 1999, lorsqu'il devient directeur artistique de l'ensemble des lignes femme de Dior. Il s'occupe alors de tout, y compris de la communication et de l'image des parfums (à partir de 2001). L'une de ses robes, baptisée Newspaper, est d'ailleurs portée par Carrie Bradshaw (interprétée par Sarah Jessica Parker) dans Sex and the City, ce qui participe également à sa renommée mondiale. En 2003, il ouvre une boutique John Galliano à Paris. Il lance une collection homme, mais s'intéresse aussi aux accessoires et à la lingerie, tout en continuant de travailler chez Dior. Il reprendra d'ailleurs la ligne Baby de la maison. Ses défilés s'enchaînent, et le créateur ne cesse d'être acclamé par le public. La presse, elle, le qualifie de "génie". En 2007, deux de ses amis perdent la vie : c'est le début d'une longue descente aux enfers.

Les scandales

En 2011, il est interpellé en plein Paris après avoir proféré des insultes antisémites et racistes. Il est immédiatement suspendu de ses fonctions chez Dior, avant d'être remercié quelques semaines plus tard. Certains échanges filmés, et présentés lors du procès, ne laissent pas de doute quant aux propos tenus par le créateur. Son avocat déclarera alors qu'il était "malade" et que ses addictions avaient parlé pour lui. Il est condamné en septembre de la même année pour injures publiques. La légion d'honneur, qui lui avait été remise en 2009, lui est retirée.

Que devient John Galliano ?

Pendant cette période trouble, il est épaulée par son compagnon de longue date, Alexis Roche et reçoit le soutien public de son amie de Kate Moss qui lui demande même de créer sa robe de mariage en 2013. Cette année-là, le créateur fait un timide retour dans le monde de la mode. En mai 2014, il est devient le directeur artistique de L'Étoile, une chaîne de cosmétique russe. Quelques mois plus tard, il intègre Maison Margiela toujours en tant que directeur artistique. Pour la haute couture 2021 nommée Artisanal, John Galliano a choisi de présenter un film réalisé par Olivier Dahan (La Môme). Intitulé A Folk Horror Tale, il met à l'honneur Essorage, la nouvelle technique d'upcycling développée par les ateliers de la maison. Il a également lancé un podcast dans lequel il partage inspirations et souvenirs de carrière tandis que ses posts Instagram fascinent plus de 925 000 personnes.