Méthode Bonapace : qu'est-ce que c'est ?

Créée il y a une trentaine d'années, la méthode Bonapace milite pour une naissance naturelle et la moins médicalisée possible, dans laquelle les papas ont toute leur place.

Méthode Bonapace : qu'est-ce que c'est ?
© (c) Kzenon

Si vous souhaitez accoucher sans péridurale et vivre l'expérience d'une naissance naturelle, vous avez peut-être déjà entendu parler de la méthode Bonapace. Créée par Julie Bonapace, une médiatrice familiale canadienne, cette méthode est née au début des années 90 et rencontre un succès grandissant auprès des futurs parents. 

Qu'est-ce-que la méthode Bonapace ?

Méthode de Gasquet, méthode classique, haptonomie, sophrologie, yoga, chant prénatal, il existe de très nombreuses méthodes de préparation à l'accouchement. Rien n'empêche bien évidemment de coupler plusieurs de ces méthodes et piocher ça et là les outils qui nous semblent utiles. La méthode Bonapace offre justement une pratique globale qui peut s'avérer très utile. "La méthode Bonapace n'est pas une méthode en tant que telle, mais plutôt le regroupement de plusieurs méthodes, comme un grand sac rempli de nombreux outils : postures de yoga, massages, sophrologie, postures pour aligner le bassin etc.. Son objectif est celui d'un accouchement sans péridurale, le moins médicalisé possible", explique Anh-Chi Ton, sage-femme. "L'une de ses originalités est que lors des séances de préparation, on explique en détail le mécanisme de la douleur et on donne des outils concrets pour la gérer", ajoute-t-elle.

A quoi sert la méthode Bonapace ?

Le but de la méthode Bonapace est de réduire la perception de la douleur et de donner à la future maman confiance en elle, afin qu'elle se sente plus forte le jour de l'accouchement. On peut commencer les séances après le premier entretien prénatal qui a lieu au 4ème mois de grossesse. 

Méthode Bonapace : quelles exercices pour moduler la douleur ?

La méthode Bonapace repose sur trois familles d'exercices et d'actions destinées à moduler la douleur. On dit souvent qu'elle est à mi-chemin entre la physiologie, sa créatrice insiste notamment sur l'aberration que représentent l'accouchement sur le dos et le monitoring permanent, et la psychologie. 

  • Le CIDN (contrôle inhibiteur diffus nocitentif)  : L'objectif va être de créer une deuxième douleur sur une autre partie du corps que le ventre rendu douloureux par la contraction. "On va appuyer sur des points d'acupression au niveau des mains, pieds, mollets, sacrum pour que le cerveau se concentre sur une autre zone que celle qui est douloureuse",  détaille la sage-femme. Cela implique évidemment le papa qui sera chargé de faire des massages, d'appuyer sur ces points.
  • La théorie du portillon : Il s'agit d'une autre famille de modulation de la douleur, mais cette fois on va créer une sensation agréable sur une zone douloureuse : bain, douche, souffle, bouillote sur le ventre etc. "Le cerveau va ainsi diluer le message de la douleur, et se concentrer sur le message non douloureux.", explique Anh-Chi Ton. 
  • Moduler la douleur par la déviation de l'attention : Grâce à la méditation, relaxation, le chant prénatal, la future maman va focaliser son esprit sur autre chose que la douleur des contractions

Quel est le rôle du papa dans la méthode Bonapace ?

Dans le cadre de son métier de médiatrice familiale, Julie Bonapace s'est rendue compte que beaucoup de couples se séparaient dans l'année suivant la naissance de leur enfant. "Elle en est venue à penser que le manque d'implication du père, ou sa relative passivité, lors de la grossesse de sa compagne allait se répercuter en post-natal. Elle met donc le papa au cœur de la méthode, et il est notamment invité à prendre part à chaque séance afin de comprendre comment il pourra aider et soutenir sa compagne le jour de l'accouchement", explique la sage-femme. Plus le futur papa sera impliqué pendant la grossesse, plus il le sera après la naissance du bébé. Son rôle est donc fondamental et la méthode Bonapace voit la grossesse comme une expérience à vivre à deux, afin d'assurer une transition réussie vers la parentalité.

Méthode Bonapace : donner confiance à la future maman

"Si l'accouchement est avant tout instinctif et qu'il est parfois difficile d'appliquer à la lettre les méthodes apprises lors de la préparation, la méthode Bonapace est intéressante car elle aide la femme à prendre confiance en elle, à se sentir plus forte", conclut Anh-Chi Ton. 

Merci à Anh-Chi Ton, sage-femme

Avant l'accouchement