Varicelle chez la femme enceinte : quels sont les risques ?

Chargement de votre vidéo
"Varicelle chez la femme enceinte : quels sont les risques ?"

Aussi faible soit-il, le risque d'être contaminée par la varicelle pendant la grossesse existe et ne doit pas être pris à la légère. Quelles sont les conséquences pour la future maman et son bébé ? Existe-t-il des moyens de prévention ? Réponses du Dr Tiphaine Beillat, gynécologue obstétricienne.

Inutile de s'alarmer : la varicelle touche majoritairement les jeunes enfants et 90% de la population est immunisée après l'âge de 10 ans. Mais le risque de contracter cette maladie infectieuse virale est toutefois bien présent chez les futures mamans qui ne sont pas immunisées. Or, les conséquences peuvent se révéler dramatiques, tant pour la mère que pour son bébé. Symptômes, traitements, risques de contamination du fœtus… On fait le point. 

Varicelle chez la femme enceinte : quels sont les symptômes ?

Chez l'enfant, la varicelle est le plus souvent bénigne. Très contagieuse, cette maladie se caractérise par l'apparition de petites vésicules qui peuvent démanger. "Chez l'adulte, les symptômes sont similaires, à savoir éruptions cutanées et fièvre modérée, même s'il y a moins de boutons que chez l'enfant", indique le Dr Tiphaine Beillat, gynécologue obstétricienne et membre de la Fédération Nationale des Collèges de Gynécologie médicale (FNCGM). Une toux et des difficultés respiratoires peuvent aussi se présenter. "Le risque majeur de complication de la varicelle chez l'adulte est de développer une pneumopathie varicelleuse qui est très sévère chez la femme enceinte, surtout si elle fume. Comme c'est le cas dans la grippe et la Covid-19, on observe une nette diminution du volume pulmonaire à cause du ventre, ce peut entraîner des formes très graves de la maladie", précise-t-elle. 

Varicelle chez la femme enceinte : quels traitements ?

Le traitement de la varicelle chez la femme enceinte repose sur la prise d'antiviraux tels que Valaciclovir. Toutefois, ce médicament est loin d'être anodin pendant la grossesse et il doit toujours être approuvé conjointement par l'équipe néonatale et obstétricale selon le rapport bénéfices/risques. "Des immunoglobulines spécifiques anti-varicelle peuvent également être indiquées. Dans certains cas, une hospitalisation pourra être préconisée", précise la gynécologue-obstétricienne. 

Varicelle pendant la grossesse : risque de contamination du fœtus, quand, séquelles ?

La pneumonie varicelleuse est un risque pour la maman mais aussi pour son bébé puisqu'il peut être amené à manquer d'oxygène. Mais la complication la plus redoutée est la transmission materno-fœtale du virus. "Il y a effectivement un risque de contamination du fœtus mais pas n'importe quand, n'importe comment et pas de la même façon. Entre 0 et 20 semaines d'aménorrhée, soit au début du deuxième trimestre de grossesse, la varicelle congénitale (quand le bébé attrape la varicelle dans le ventre de sa mère), est dramatique car la maladie entraîne des malformations en période de développement du fœtus. Cela va notamment avoir des répercussions sur le cerveau et les membres", prévient la spécialiste. Toutefois, cela reste exceptionnel puisque le risque de varicelle congénitale est de 1 à 2% quand la mère est atteinte, et la future maman est touchée dans moins de 1 cas sur 1000, ce qui est donc extrêmement rare. Plus de 90% des femmes ne se rappellent pas avoir eu la varicelle alors que très souvent, elles sont immunisées et donc protégées contre la maladie. "La sévérité de la varicelle congénitale dépend du moment à laquelle la future maman lui transmet. Après 20 semaines et avant 36 semaines, c'est-à-dire avant le terme, la varicelle congénitale est anodine, le seul risque pour le bébé étant de développer un zona dans sa première année de vie. En revanche, au moment de l'accouchement, on parle de varicelle néonatale et le risque d'atteinte pulmonaire du nouveau-né est très élevé, comme le risque de mortalité", précise le Dr Tiphaine Beillat.

Enceinte, que faire en cas de contact avec la varicelle ?

Vous avez été en contact avec un enfant qui a la varicelle ? Avant de paniquer, il faut d'abord vous demander si vous l'avez déjà eue pendant votre enfance. Si oui, vous êtes protégée et il n'y a rien à faire. Si vous ne l'avez pas eue mais que vous êtes vaccinée, vous êtes également immunisée. En cas de doute, une prise de sang pourra être prescrite pour regarder si la maman possède les anticorps anti-varicelle. "Si elle est positive, cela signifie qu'elle est protégée mais si elle est négative, on va lui administrer un traitement en prévention même si on n'est pas sûre qu'elle l'ait, au moins en utilisant les immunoglobulines, détaille la gynécologue-obstétricienne. Le problème avec la varicelle, c'est que le temps d'incubation est assez long et qu'il y a un comptage avant l'apparition des croûtes de 5 jours en moyenne. Autrement dit, il se peut que l'on ait vu une petite fille ou un petit garçon qui ne présentait pas de boutons mais qui était déjà contagieux". 

Comment prévenir la varicelle chez la femme enceinte ?

Le moyen le plus simple de prévenir la varicelle pendant la grossesse serait d'effectuer une prise de sang avant de se lancer mais cela n'est pas préconisé par le corps médical. "Il est vrai que ce serait pertinent mais on ne le fait pas car il y a une telle couverture de la varicelle chez les personnes de manière générale que cela n'aurait pas vraiment de sens, reconnaît le Dr Tiphaine Beillat. D'autant plus que le vaccin ne protège pas aussi bien que la varicelle elle-même et qu'un rappel est souvent nécessaire pour être correctement protégée". Toutefois, si vous savez que vous n'avez pas eu la varicelle dans votre enfance, il est préférable de vous faire vacciner au moins trois mois avant d'entamer une grossesse. De la même manière, la varicelle étant une maladie très contagieuse, mieux vaut éviter de fréquenter les crèches, les écoles et les jeunes enfants qui risquent d'être infectés. 

Suivi médical et maladies pendant la grossesse