Symptômes post-accouchement : ce qui vous attend après la naissance

Le post-partum correspond à la période qui s'étend de la fin de l'accouchement au retour des règles. Cette période d'intenses bouleversements, est marquée par des symptômes qu'il est important de connaître, pour mieux s'y préparer. Saignements, troubles digestifs... Ce qui vous attend après la naissance de bébé.

Symptômes post-accouchement : ce qui vous attend après la naissance
©  Anna Nahabed-123rf

Vous êtes toute à la joie d'avoir enfin votre bébé dans les bras après neuf long mois d'attente.Mais alors que vous pensiez le plus difficile (l'accouchement) enfin derrière vous, les jours qui suivent la naissance se révèlent un peu plus compliqués que prévu. Rien d'anormal à cela ! Mais les suites de couches restent un sujet encore tabou et les jeunes mamans sont bien souvent démunies face à des symptômes post-accouchement qu'elles n'avaient pas imaginés. Alors que pendant la grossesse, la femme enceinte est au centre de toutes les attentions et se prépare à la naissance de son bébé, elle ne s'attend pas toujours à ce qui se passe ensuite, et passe tout à coup au second plan. 

1 - Les lochies : les saignements du post-partum

Si chaque accouchement est unique, toutes les femmes perdent du sang après une naissance. On parle alors de lochies, un terme qui désigne spécifiquement les saignements qui interviennent en post-partum. Pas de panique, ce phénomène est parfaitement normal ! Un accouchement est un traumatisme pour le corps et la zone génitale. Ces pertes sont composées de débris de membranes placentaires, de caillots de sang, mais aussi de petits saignements des plaies du vagin et du col de l'utérus consécutives du passage de bébé. Au départ, le sang ressemble à celui des règles, puis au fil des semaines, les pertes deviennent moins abondantes et plus claires. En règle générale, les lochies durent entre 15 jours et un mois.

Serviette hygiénique Plim, spéciale suites de couche. Prix : 24 euros © Plim
Jusqu'ici les femmes n'avaient d'autres choix que d'acheter des serviettes hygiéniques spéciales, très épaisses et peu confortables. La marque française PliM pense aux jeunes mamans et a imaginé des serviettes hygiéniques lavables, spéciales suite de couches. Fleuries et pratiques elles sont adaptées aux flux très abondants du post-partum. En revanche, si ces pertes de sang sont accompagnées de douleurs constantes et d'une fièvre, mieux vaut consulter rapidement car il pourrait s'agir d'une infection.

2 - La fatigue après l'accouchement

Après l'accouchement, les jeunes mamans expérimentent souvent une fatigue inhabituelle. Cette dernière résulte à la fois de la grossesse, de l'épreuve de la naissance, mais aussi tout simplement des premières nuits courtes avec un nouveau-né. Encore une fois, rien d'anormal à cela. Mais la fatigue est probablement l'un des premiers (et plus grands !) défis de la maternité. Elle est à la fois physique et psychologique et il est très important de ne pas la négliger. Bien entendu, il est extrêmement difficile de se reposer avec un tout petit bébé, lorsqu'il y a parfois un aîné à gérer et une maison à faire tourner. Mais ne vous en demandez pas trop, soyez attentive à votre corps et surtout, n'hésitez à demander de l'aide ou à accepter celle qu'on vous propose. 

3 - Les "tranchées" ou les contractions après l'accouchement

C'est souvent l'une des plus mauvaises surprises du post-partum : les contractions de l'utérus après l'accouchement. On les appelle "tranchées". Si elles sont moins douloureuses que les contractions de travail, vous avez tout à fait le droit de demander un antalgique pour les soulager. Ces contractions surviennent dans les heures qui suivent la naissance et peuvent durer plusieurs jours. Elles sont indispensables au corps car elles permettent à l'utérus de reprendre sa taille initiale, aident également à évacuer les éventuels caillots, et permettent de réduire le risque d'hémorragie. Si vous allaitez, vous aurez certainement à subir des tranchées plus douloureuses. La faute à l'ocytocine !

4 - Mal de dos après l'accouchement

Les tranchées ne sont les seules douleurs qui peuvent survenir après l'accouchement. Il est par exemple fréquent que les jeunes mamans aient mal au dos ou au niveau du bassin. Des ceintures de maintien peuvent vous aider à récupérer les premiers mois, d'autant que vous allez devoir porter bébé régulièrement dans les bras.

5 - Des cicatrices douloureuses

Après une épisiotomie

Si vous avez subi une épisiotomie, il est possible que la zone soit un peu douloureuse pendant plusieurs jours. La cicatrisation se passe généralement très bien, les fils tombent tout seuls, mais il est important de surveiller que tout va bien. Règle numéro 1, veillez à l'hygiène impeccable de la cicatrice. Après chaque passage aux toilettes, changez de serviette hygiénique (pas très écolo, mais indispensable, surtout si vous saignez beaucoup). Appliquez un peu d'eau thermale avec un brumisateur puis tamponnez délicatement avec un linge propre. Après la douche, on bannit les bains pour l'instant, vous pouvez tamponner la cicatrice avec une compresse stérile enduite de bétadine gynécologique. En revanche, oubliez l'astuce du sèche-cheveux ! Si vous avez mal, surtout parlez en avec votre sage-femme ou le personnel de la maternité. Il est tout à fait possible de prendre des anti-inflammatoires compatibles avec l'allaitement, ils vous soulageront efficacement.

Après une césarienne

Les premiers jours peuvent être un peu délicats. Les tranchées sont généralement plus douloureuses que lors d'un accouchement par voie basse et vous n'échapperez pas non plus aux lochies. Lorsque la césarienne n'était pas prévue, elle peut  être psychologiquement mal vécue par les jeunes mamans. Il est plus que jamais important d'en parler, le psychologue est là pour ça. Sur le plan pratique, vous pourrez vous lever après quelques heures. Attention toutefois à ne pas solliciter les abdominaux et à vous lever en douceur. Comme pour la cicatrice d'épisiotomie, la cicatrice de césarienne doit faire l'objet de soins quotidiens. Vous devez nettoyer la plaie avec du savon de Marseille ou un savon dédié à l'hygiène intime puis sécher délicatement avec une serviette uniquement dédiée à cet usage. La cicatrice peut saigner ou suinter sans que cela soit inquiétant. Durant les premières semaines, il est important que vous soyez attentive aux moindres signes d'infection. Une sage-femme doit vérifier régulièrement que tout va bien. Cette dernière pourra éventuellement prescrire des soins locaux si nécessaire.

6 - Constipation post-partum : les problèmes intestinaux font leur retour

Votre utérus reprend sa place initiale, et il en va de même pour votre appareil digestif. Il est donc tout à fait normal que vous expérimentiez quelques petits désagréments de ce côté là et que le transit soit de nouveau perturbé après l'accouchement. Les femmes sont couramment constipées pendant la grossesse, mais elle peuvent aussi l'être après la naissance de bébé. Veillez à boire beaucoup d'eau, à favoriser les aliments riches en fibres et surtout, ne forcez pas, vous risqueriez de malmener votre périnée et de provoquer une fissure anale. Votre médecin ou votre sage-femme pourra également vous prescrire un suppositoire à la glycérine ou un laxatif doux pour remettre en route la machine. 

7 - Des hémorroïdes après l'accouchement 

On sait également qu'environ 20 % des femmes vont souffrir d'hémorroïdes après un accouchement. Il faut donc veiller à relancer le transit rapidement, mais aussi à soulager la douleur avec des crèmes des anti-inflammatoires, voire des corticoïdes ou un anesthésique local. N'hésitez pas à demander conseil auprès de votre sage-femme.

8 - Et le moral dans tout ça ? Baby Blues et dépression du post-partum

Contrairement aux idées reçues, le baby blues et la dépression du post-partum ne désignent pas la même chose. Le premier, que l'on appelle aussi "syndrome du troisième jour",  est causé à la fois par la chute hormonale et par l'intense bouleversement que représente l'arrivée d'un bébé. Pleurs, déprime, peur de ne pas y arriver, le baby-blues est un mauvais moment à passer, mais il ne dure jamais plus de quelques jours. D'autant plus que les femmes enceintes, habituées à ressentir leur bébé, ont cette soudaine sensation de ventre vide. A l'inverse, la dépression du post-partum est une véritable dépression qui doit être prise en charge comme telle. Elle peut avoir de graves conséquences pour la jeune maman, mais aussi pour l'établissement du lien mère-enfant. Il faut donc consulter rapidement si la déprime s'installe et a un véritable impact sur le quotidien.

Accouchement