#MonPostPartum : les mères brisent enfin le tabou après l'accouchement

Pour sensibiliser aux difficultés du post-partum, les femmes s'emparent des réseaux sociaux pour se confier sur leur expérience à la suite de leur accouchement, avec le hashtag #MonPostPartum. Enfin la fin d'un tabou ?

#MonPostPartum : les mères brisent enfin le tabou après l'accouchement
© Natalia Deriabina

Pendant la grossesse, la femme enceinte est l'objet de toutes les attentions. On prend soin d'elle, on la chouchoute, on veille à son alimentation et à sa santé. On la prépare à l'accouchement, on évoque avec elle l'allaitement, les soins au bébé. Mais lui parle-t-on de l'intense bouleversement qu'elle s'apprête à vivre ? Non pas celui de la venue au monde de son bébé, mais bien de ce qui arrive après l'accouchement, cette période nimbée de mystère qu'est le post-partum. Le terme lui-même est presque un mystère à l'oreille de beaucoup de futurs parents. Comme un tabou ultime dont il ne faut pas parler. Après la cérémonie des Oscars, la marque américaine Frida Mom, spécialisée dans les produits post-accouchement, a révélé que la Motion Picture Academy avait censuré sa publicité jugée trop "explicite". Un spot qui met en scène une femme qui vient d'accoucher. Son bébé pleure en pleine nuit, elle se lève pour aller aux toilettes. Sa démarche est hésitante et douloureuse, son ventre encore très arrondi et elle porte une serviette hygiénique épaisse dans une culotte filet. Glamour ? Non. Réaliste ! Nécessaire ? Absolument. 

Le hashtag #MonPostPartum pour témoigner de la réalité après l'accouchement

Depuis quelques jours, on a vu émerger sur le hashtag #monpostpartum sur les réseaux sociaux. Une occasion unique pour des centaines de femmes de partager leur expérience et de parler de tout ce qu'on ne dit pas : les pertes de sang, les caillots, les douleurs, les pleurs, l'impossibilité de s'asseoir, les contractions, les difficultés à aller à la selle, les fuites urinaires, la cicatrice d'épisiotomie qui tire, ce ventre vide pourtant encore très rond... Des témoignages qui poussent à réfléchir et à se demander pourquoi le post-partum demeure aussi tabou. En effet, beaucoup de mères font le même constat : elles se sont senties très seules après la naissance de leur enfant et surtout complètement démunies face à des symptômes physiques et psychiques qu'elles n'avaient pas imaginés. Et que dire de cet instinct maternel que l'on vante tant et qui est pourtant une illusion. Espérons que ce hashtag permette aux mères de parler enfin. Pour exorciser mais aussi pour sensibiliser les autres femmes, et aussi les hommes. Comme le dit Masha, la co-créatrice du mouvement : "#MonPostpartum n'est pas un concours sur qui a le plus souffert comme j'ai pu le lire. Ce # sert à libérer une parole cadenassée".

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Illana Weizman (@illanaweizman) le