Grossesse et Covid : "La transmission du virus en cours de grossesse est avérée"

Pour la première fois, une étude française prouve que les femmes enceintes peuvent transmettre le Covid-19 au fœtus. "Le virus a été retrouvé dans des quantités importantes dans le placenta, le liquide amniotique, le sang maternel, le sang de cordon et en post-natal" nous précise Christelle Vauloup Fellous, co-auteure de l'étude.

Grossesse et Covid : "La transmission du virus en cours de grossesse est avérée"
© Panupat Ratanawechtrakul-123rf

[Mise à jour du 15 juillet à 18h45]. Le coronavirus peut-il se transmettre pendant la grossesse ? La réponse est oui ! Au début du confinement, les spécialistes s'accordaient à dire que la transmission du Covid-19 de la mère à l'enfant ne pouvait avoir lieu via le placenta, mais qu'une contamination pouvait se faire pendant ou après l'accouchement. "On pense que s'il y a une transmission, elle a lieu au moment de l'accouchement, car la patiente peut émettre le virus dans l'air, éventuellement par les selles (car le virus pourrait aussi être présent dans les selles)", nous précisait le Pr Olivier Picone, gynécologue obstétricien. Aujourd'hui, les données ont évolué, précise-t-il. "Les connaissances se sont améliorées" et plusieurs articles scientifiques avancent le fait que le virus peut se transmettre in-utero, via le placenta. 

Une femme enceinte peut transmettre le virus à son bébé in-utero

Une étude française parue ce 14 juillet dans la revue Nature Communications vient confirmer pour la première fois qu'une contamination intra-utérine est possible. Après avoir analysé les prélèvements sanguins d'une maman ayant accouché d'un petit garçon en mars dernier et porteuse du Covid-19, les médecins concluent qu'une transmission in-utero est bien possible. Après l'accouchement, le nouveau-né, né par césarienne, présentait des symptômes sévères "similaires à ceux décrits chez un patient adulte", précisent les chercheurs (membres rigides, lésions du système nerveux...). "Il s'agit d'un cas isolé pour lequel nous avons pu prouver la présence du virus dans différents compartiments maternels et néo-nataux. La possibilité de transmission du virus en cours de grossesse est donc avérée", nous confirme Christelle Vauloup Fellous, virologue et co-auteure de l'étude. "Le virus a été retrouvé dans des quantités importantes dans le placenta, le liquide amniotique, le sang maternel, le sang de cordon et en post-natal" ajoute la spécialiste. Néanmoins, "des études complémentaires permettront de préciser si cette transmission est possible quel que soit l'âge gestationnel et quel que soit la gravité de l'infection maternelle. De plus, ce cas ne nous permet pas de prédire les conséquences à long terme pour cet enfant. 

Une autre étude publiée ce 9 juillet montre également que le risque de transmission materno-foetal est possible. Les chercheurs italiens ont suivi 31 femmes enceintes positives au Covid-19 et ont trouvé la présence du virus dans le cordon ombilical, le placenta à terme, le vagin d'une patiente ainsi que dans le lait maternel. Pour Claudio Fenizia, chercheur à l'Université de Milan et principal auteur de l'étude, "bien que la transmission in utero semble possible, il est trop tôt pour évaluer clairement le risque et les conséquences potentielles" a-t-il déclaré à l'AFP. Car aucun bébé né durant l'étude n'a été testé positif au coronavirus. "Notre étude vise à sensibiliser et à inviter la communauté scientifique à considérer la grossesse chez les femmes séropositives comme un sujet urgent à caractériser et décortiquer davantage", prévient le Pr Fenizia. "Je crois que la promotion de la prévention est le conseil le plus sûr que nous pourrions éventuellement donner dès maintenant à ces patientes".

Je suis enceinte, dois-je m'inquiéter pour mon bébé ?

Que sait-on aujourd'hui ? En France, plusieurs études sont donc concordantes "avec des cas authentifiés de transmission materno-foetale" nous explique le Pr Olivier Picone. "On sait désormais que ça peut arriver, qu'il y a un risque plus important de transmission foetale, mais que ça reste rare". Des recherches complémentaires sont en cours, mais pour l'heure, il n'y a pas de signal d'alerte concernant une malformation in utero. "Il faut donc rester rassurant, mais aussi vigilant et prudent". En outre, les femmes enceintes aux 1er et 2e trimestre accouchent bientôt, et il faudrait attendre en moyenne octobre ou novembre 2020 pour avoir le recul nécessaire, estime le gynécologue. Ce que l'on sait avec les dernières données, c'est qu'il y a une tendance de formes plus graves au troisième trimestre de la grossesse. Néanmoins, "ce n'est pas parce qu'on trouve le virus qu'il est contaminant ou infectant" rassure le Professeur Picone. Par conséquent, "les femmes enceintes, sans s'inquiéter outre mesure, doivent appliquer scrupuleusement le respect des mesures barrières, et doivent, en cas de Covid-19, bénéficier d'un suivi obstétrical et échographique spécifique" recommande Christelle Vauloup Fellous.

Une transmission possible pendant ou après l'accouchement

La transmission du coronavirus peut se faire par voie aérienne, lors d'éternuements et de toux, ou en cas de contact avec des objets contaminés par ces sécrétions. "Une transmission périnatale (pendant ou juste après l'accouchement), est aussi possible au moment de la naissance, car la patiente peut émettre le virus dans l'air, éventuellement par les selles (car le virus pourrait aussi être présent dans les selles)", nous précisait le gynécologue-obstétricien. Aujourd'hui encore, les spécialistes sont unanimes : pas question de séparer la mère de son bébé à la naissance comme en Chine ou en Italie (sauf cas exceptionnels) et l'allaitement reste recommandé à la naissance.

Les femmes enceintes font partie des personnes à risque, selon le Haut conseil de la santé publique (HCSP). Elles doivent donc se prémunir en adoptant les gestes barrière face au coronavirus. Le HCSP leur recommande d'appliquer, à partir du troisième trimestre de grossesse, les mesures préventives applicables aux personnes fragiles.

Coronavirus et grossesse : quels risques ?

Le coronavirus augmente-t-il les risques d'accouchements prématurés ?

"On peut en effet avoir le coronavirus en étant enceinte, mais dans l'immense majorité des cas, il ne se passera rien", rassure le gynécologue. "Néanmoins, tout syndrome infectieux pendant la grossesse, quel qu'il soit peut avoir des complications. On sait par exemple que cela peut favoriser un accouchement prématuré. Si on fait le parallèle avec la grippe, les futures mamans ont aussi plus de risques de développer une forme grave pulmonaire", notamment au troisième trimestre de la grossesse.

Coronavirus et grossesse : quelles recommandations ? 

Le Professeur Olivier Picone rappelle aux futures mamans qu'il n'y a pas de risque de malformation. Néanmoins, comme pour tous risques infectieux, il convient de rester prudent et de respecter les mesures d'hygiène et de précaution, notamment en l'absence de vaccin :

  • se laver les mains régulièrement à l'eau et au savon et utiliser un gel antibactérien 
  • Porter un masque 
  • Respecter les mesures de distanciation sociale. Il est également recommandé aux Français de ne pas rester en contact avec les personnes fragiles, notamment les femmes enceintes. 
  • Ne pas serrer la main ou faire la bise
  • En cas de symptômes (toux, fièvre, difficultés à respirer), n'hésitez pas à contacter votre médecin. 
  • Poursuivre leur suivi de grossesse (échographies, visites prénatales et rendez-vous gynécologiques).

Coronavirus et allaitement : peut-on continuer de donner le sein à son bébé ?

"A ce jour, les investigations sur le lait maternel n'ont pas permis d'y retrouver le virus" rassure Christelle Vauloup Fellous. "Les investigations que nous avons mené sur cette patiente et d'autres n'ont pas permis de retrouver le virus. En revanche il semble que l'équipe italienne a des cas avec du virus dans le lait. À nouveau, comme la transmission transplacentaire, c'est sans doute un événement rare mais possible, précise-t-elle.

 Par ailleurs, "compte tenu des bienfaits de l'allaitement et du rôle insignifiant du lait maternel dans la transmission d'autres virus respiratoires, la mère peut continuer d'allaiter, tout en observant les précautions nécessaires", précisait déjà l'Unicef au début de la crise sanitaire. En outre, les sociétés françaises de néonatologie et un groupe d'infectiologie pédiatrique confirment qu'il est tout à fait possible d'allaiter son bébé, en mettant un masque, et en respectant les mesures d'hygiène en fonction des situations.

Les mères présentant des symptômes, mais qui vont suffisamment bien pour allaiter, doivent porter un masque à proximité de leur enfant (y compris pendant qu'elles le nourrissent), se laver les mains avant et après avoir été contact avec lui (y compris pendant qu'elles le nourrissent) et nettoyer/désinfecter les surfaces contaminées, comme doit le faire toute personne infectée de manière présumée ou confirmée par la COVID-19 et en contact avec d'autres personnes, notamment des enfants.

En revanche, les mères trop malades pour allaiter doivent être encouragées à tirer leur lait et à le donner à leur enfant à l'aide d'une coupelle et/ou d'une cuillère propres – tout en observant les mêmes méthodes de prévention de l'infection.

Le Professeur Olivier Picone précise qu'une jeune maman qui n'a pas de symptômes doit "continuer à vivre normalement avec son bébé, pour ne pas créer des problèmes de relation mère-enfant". Ce qui est recommandé chez les nouveau-nés en revanche, "c'est de ne pas placer le berceau juste à côté du lit des parents, mais un peu plus éloigné, à deux mètres par exemple"