Balenciaga : défilés 2022, histoire, créateurs, collections

Créée il y a plus de 100 ans par Cristóbal Balenciaga, la maison de luxe Balenciaga mixe habilement héritage et modernité. Retour sur l'histoire d'une marque acclamée.

Balenciaga : défilés 2022, histoire, créateurs, collections
© Balenciaga

De Cristóbal Balenciaga à Demna Gvasalia, la maison Balenciaga écrit l'histoire de la mode avec ses collections spectaculaires et architecturales. Découvrez tout l'univers de la griffe parisienne.

Les derniers défilés Balenciaga pour 2022

La maison Balenciaga a présenté sa nouvelle collection le 8 décembre 2021. Intitulé "The Lost Tape", ce show automne 2022 vidéo réunit 61 silhouettes aux influences 90's évidentes. L'idée : diffuser "un message venu du passé" pour évoquer "une époque à laquelle une mode animée d'idées audacieuses -anti-fashion, déconstruction et minimalisme monochrome- était visible aussi bien dans les rangs de l'industrie que dans le milieu underground".

Résultat, dans un film réalisé par l'Américain Harmony Korine (Spring Breakers) se succèdent des looks qui rappellent l'adolescence, les silhouettes de ravers ou "post-grunge" . Des jeans taille basse portés avec des caleçons logotypés apparents, des survêtements à bandes, une kyrielle de total looks noirs (37 sur les 61 de la collection) façon gothique de cour de récré... Pour les équipes créatives, concevoir "The Lost Tape" a dû être un sacré défi, entre l'utilisation d'une méthode de construction inversée pour que les vêtements aient l'air d'être portés à l'envers, les pièces vintage désassemblées puis reconstituées, les ensembles préalablement rétrécis... Une façon de revisiter activement le vestiaire Balenciaga avec un twist résolument éco-responsable puisque 89,6% des textiles de la collection "The Lost Tape" sont certifiés durables tandis que le cuir utilisé sur une partie des vêtements et accessoires est surcyclé. Pour le directeur artistique de la maison, Demna, ce défilé était aussi l'occasion de préciser à la presse, par voie de communiqué, qu'il souhaite désormais être uniquement désigné par son prénom, "distinguant ainsi son titre d'artiste de son nom de naissance afin de mieux séparer son travail créatif et sa vie personnelle".

Lors du défilé printemps-été 2022 de Balenciaga pendant la Fashion week de Paris en octobre 2021, Demna Gvasalia a organisé un show très particulier au théâtre du Châtelet. Le créateur a installé ses invités dans la salle pendant qu'était retransmis sur un écran géant l'arrivée sur tapis rouge de mannequins de luxe. Sur le red carpet se sont ainsi succédé Elliot Page, Isabelle Huppert ou encore Lewis Hamilton. Des célébrités qui prenaient la pose aux côtés de tops de légende comme Naomi Campbell et Amber Valletta. Une fois le défilé de stars terminé, l'audience a pu découvrir la première d'une collaboration d'un nouveau genre puisque sur l'écran est apparu un épisode des Simpsons où la maison parisienne joue un rôle majeur.

Quelques mois plus tôt, Balenciaga s'était illustré lors de la Fashion week haute couture en y faisant son retour pour la première fois depuis la fermeture de la maison de couture en 1968. Pour l'occasion, Demna Gvasalia, le directeur artistique de la marque depuis 2015, a inventé une mode à la fois précieuse et portable dans la vie de tous les jours. "La couture est au-delà des tendances, de la mode, de la production industrielle de vêtements. C'est une expression pure et intemporelle de l'artisanat, de l'architecture des silhouettes qui donne à celui ou celle qui la porte une solide notion d'élégance et de sophistication" explique d'ailleurs le directeur artistique dans un texte publié sur le site de la marque. Pour clôturer le défilé, une robe de mariée dont le voile cache intégralement le visage. Une pièce qui a déjà atteint des sommets de hype fashion puisqu'elle a été portée par une Kim Kardashian en instance de divorce avec Kanye West lors de l'écoute de Donda, le nouvel album du rappeur américain, le 28 août 2021.

Quelle est l'histoire de la maison Balenciaga ?

C'est le 21 janvier 1895 que naît Cristóbal Balenciaga à Getaria dans le pays basque espagnol. Il a 10 ans quand son père, capitaine de bateau, meurt. Sa mère commence alors à travailler comme couturière et Cristóbal Balenciaga apprend à ses côtés les bases du métier. Un voyage à Paris, la capitale de la mode, à l'âge de 15 ans le décide à devenir couturier. Quelques années plus tard, en 1917, il lance sa propre enseigne, Eisa (le nom de jeune fille de sa mère) dans la station balnéaire de San Sebastian. En un peu plus d'une décennie, Cristóbal Balenciaga devient le créateur le plus en vue dans son pays natal et ouvre des boutiques à Madrid et Barcelone. Mais la grande histoire se mêle à sa biographie et tandis que la guerre d'Espagne met à l'arrêt son activité, il décide de déménager à Paris où il installe sa maison de couture au 10, avenue George V.

Le créateur Cristóbal Balenciaga © Efe Agencia/Sipa

Dès sa première collection dans la capitale française, il fait l'unanimité et les critiques saluent son habileté à construire des vêtements comme s'il s'agissait de pièces architecturales. Une façon de travailler qui ne concerne pas que la coupe et le montage des habits. Les matières aussi, ont de l'importance : les tissus cloqués, le velours ou encore le gazar, une étoffe créée à sa demande, habillent ses créations… Autre caractéristique de la haute couture signée Balenciaga : elle est le plus épurée possible. Les pièces présentent un minimum de coutures, le noir est la couleur reine et la culture hispanique du créateur n'est jamais bien loin. En fait, sa couture est infusée par ses origines ibériques. Avec sa robe Infanta aux hanches hautes et marquées, inspirée par un tableau du peintre Velasquez, le designer revisite par exemple les tenues de la cour d'Espagne. Il inclut également dans ses collections des références aux costumes des danseuses de flamenco, des galons de matadors sur les vestes ou encore de la dentelle noire qui évoque les mantilles des femmes pieuses…

Des pièces cultes

Au cours de sa carrière, Cristóbal Balenciaga a imaginé de nombreux hits mode. En 1947 sort ainsi la ligne Tonneau, où l'on aperçoit les premiers jeux sur les volumes au niveau de la taille et du dos. Les années 50 sont celles des créations novatrices : le tailleur boxy, mais aussi la robe chemise, les tailleurs semi ajustés, cintrés devant et fluide à l'arrière, les manches ballons XXL, la robe Baby Doll en 1958... Et surtout, la robe sac, qui ne marque aucune partie du corps et va à rebours des tendances de l'époque; à cette même époque, Christian Dior popularise le New Look qui insiste au contraire sur les courbes du corps. Le Daily Mirror commente d'ailleurs "Difficile d'être sexy dans un sac" puisque derrière cette pièce, le corps disparaît totalement. Une abstraction que réussit une nouvelle fois Balenciaga avec la robe Enveloppe et ses quatre angles droits.

Un alchimiste de la couture acclamé

Distingué par la Légion d'honneur en 1958, Cristóbal Balenciaga compte parmi ses fans l'actrice hollywoodienne Ava Gardner, la socialite Gloria Guinness ou encore la richissime Mona von Bismarck, adepte de ses robes de bal et de ses shorts de jardinage. Cette dernière aimait d'ailleurs tellement la marque que quand Balenciaga mit fin à sa maison de couture en 1968, elle se serait enfermée pendant trois jours dans sa chambre sans en sortir. Egalement révéré par ses pairs, le couturier, qui n'a donné qu'une seule interview à la presse de toute sa carrière, a même fait dire à Coco Chanel : "Balenciaga est l'unique véritable couturier. Seulement lui peut couper le tissu, assembler une création et la coudre à la main. Les autres sont simplement des designers de mode". Emanuel Ungaro, qui comme André Courrèges a fait ses armes aux côtés de Cristóbal Balenciaga, disait quant à lui du créateur qu'il avait posé les bases de la couture moderne.

La fin d'une ère

Alors que la mode se démocratise à la fin des années 60, qu'Yves Saint Laurent fait du prêt-à-porter pour habiller toutes les femmes et que Saint-Germain-des-Prés vit au rythme de mai 68, Cristóbal Balenciaga ferme sa maison de couture. Pour lui, qui vient de signer les uniformes des hôtesses de l'air d'Air France, la couture n'est plus compatible avec ce "nouveau monde". Il meurt quatre ans plus tard, le 24 mars 1972 à Jaeva en Espagne.

Quels créateurs ont succédé à Cristóbal Balenciaga ?

En 1986, le groupe Jacques Bogart acquiert la marque et Michel Goma, un créateur toulousain, est nommé à sa tête. Il est ensuite remplacé en 1991 par le néerlandais Josephus Thimister, qui lance la ligne de prêt-à-porter Le Dix en hommage au parfum du même nom sorti en 1947. En 1997, c'est au tour de Nicolas Ghesquière d'occuper le poste de directeur artistique de Balenciaga. Quatre ans plus tard, le groupe Gucci, qui appartient alors à 42% à PPR (Pinault-Printemps-Redoute) rachète la marque à Jacques Bogart. La maison française intègre alors l'entreprise de luxe qui est aujourd'hui devenue Kering. Sous le règne de Nicolas Ghesquière, Balenciaga revit et atteint des sommets de popularité : it bags en série (le Classic), ligne masculine en 2004, égéries d'exception (comme son amie Charlotte Gainsbourg)… En novembre 2012, son départ de la maison est néanmoins annoncé et Nicolas Ghesquière est remplacé par Alexander Wang. L'Américain reste trois ans à la tête de la maison de couture. Jusqu'en 2015, année au cours de laquelle le Géorgien über cool Demna Gvasalia est choisi pour insuffler une nouvelle énergie à la maison Balenciaga. Connu pour son label pointu Vetements, le créateur va repousser les limites de la marque et, selon ses dires lors du Vogue Paris Fashion Festival de 2018 "[transposer] les archives Balenciaga des années 50 à aujourd'hui, [pour les adapter] à 2018, 2019, au futur...". La maison Balenciaga, présidée par Cédric Charbit depuis 2016, ne cesse de créer l'événement lors de ses défilés qui se déroulent en petit comité. Derniers coups d'éclat en date : après avoir organisé le premier défilé masculin de la marque en 2016, Demna Gvasalia a réinitialisé la couture avec une collection honorant plus que jamais l'héritage de Cristóbal Balenciaga pour l'automne-hiver 2021-2022.

Quelles sont les créations iconiques de la marque ?

Ces dernières années, Demna Gvasalia a développé toute une gamme de produits incontournables. Parmi ceux-ci, on dénombre les baskets Triple S, dotées d'une épaisse semelle graphique, mais aussi les sneakers Track, archétypes de la dad shoes dans toute sa splendeur. Les baskets sans lacets Speed, qui s'enfilent et remontent sur la cheville comme des chaussettes, ont également ravi les fans de sportswear. Rayon sac à main, la marque a fait du Barbès, ce cabas en cuir qui ressemble à s'y méprendre aux grands sacs en plastique rayés de Tati, un hit de la maison. Le Néo Classic, lui, réactualise le design du it bag des années 2010 de Nicolas Ghesquière tandis que Le Cagole le décline en version sac baguette.

Dans ses collections pour Balenciaga, Demna Gvasalia présente des vêtements de tous les jours qu'il twiste façon couture. Le trench se pare d'une encolure qui se porte sur les épaules, les doudounes sont extra extra larges, les robes chemises sont littérales, une moitié robe une moitié chemise… Bref, la mode de Demna Gvasalia est audacieuse mais portable, intellectuelle mais abordable.

À quoi ressemble le logo de la marque ?

En septembre 2017, le logo Balenciaga change. Introduit pour la collection printemps-été 2018, il correspond au nom de la marque en toutes lettres et en majuscules. Il a pour inspiration majeure : "la clarté des supports de signalisation installés dans les transports publics" dixit un communiqué de la marque. Il s'imprime désormais sur les sweatshirts ou encore les écharpes monogrammées de la griffe. En plus, un logo aux B entrelacés rehausse de nombreuses créations de la maison. Des ceintures, des boucles d'oreilles, des lunettes de soleil et même des casquettes arborent ce monogramme nommé "Interlocked BB".

Quelles sont les dernières collaborations de Balenciaga ?

Depuis que Demna Gvasalia est le directeur artistique de la marque, les collaborations se multiplient. Le créateur a à deux reprises travaillé avec Crocs à l'occasion de défilés (en 2018 et 2021), mais aussi avec la drag-queen américaine RuPaul, la Nasa ou encore le groupe de métal Rammstein. Sans oublier la collaboration qui a le plus fait parler d'elle en 2021 : "The Hacker Project" qui lie Balenciaga à Gucci. Surnommée Gucciaga, cette collaboration mixe les codes et les logos des deux marques comme pour dénoncer avec humour l'uniformisation des créations dans le monde de la mode et interroger la notion de vrai ou de faux dans le luxe.