Hormones de grossesse : à quoi servent-elles ?

Les hormones ont un rôle fondamental pendant la grossesse, mais aussi au moment de l'accouchement. HCG, progestérone, œstrogène, prolactine, ocytocine... On fait le point avec Anh-Chi Ton, sage-femme.

Hormones de grossesse : à quoi servent-elles ?
© Andbz Abaca

Pendant la grossesse, le corps de la femme enceinte est soumis à un véritable chamboulement hormonal. Chaque hormone de grossesse a un rôle bien précis, et elles vont œuvrer de concert pour offrir à l'embryon, puis au fœtus, un environnement favorable à son développement. Du côté de la future maman en revanche, ces changements sont parfois rudes tant les hormones influent sur tous les aspects de la physiologie.

HCG : l'hormone du début de grossesse

L'hormone HCG (Gonade Chorionique Humaine) est la plus connue des hormones de la grossesse. C'est elle qui est dosée lors d'une prise de sang ou un test urinaire si on suspecte une grossesse. Elle permet donc de confirmer et dater une grossesse.
"Elle est sécrétée peu de temps après la fécondation et son taux augmente de façon considérable (donc fiable) après deux semaines de grossesse, soit approximativement avec la date présumée des prochaines règles. Elle va augmenter progressivement jusqu'à trois mois de grossesse et redescendre peu à peu", précise Anh-Chi Ton, sage-femme. Son rôle est de maintenir le corps jaune actif dans l'ovaire afin qu'il produise de la progestérone et des œstrogènes en attendant que le placenta prenne le relais à la fin du premier trimestre. Les nausées surviennent en même temps que cette hormone. Leur apparition (et donc leur disparition) sont donc largement corrélées au taux d'HCG dans l'organisme. Les nausées disparaissent donc généralement lorsque le taux descend à la fin du 1er trimestre de la grossesse. 

Progestérone : l'hormone qui facile l'implantation de l'embryon 

La progestérone est une hormone très importante de la grossesse puisque c'est elle qui aide à l'implantation de l'embryon en épaississant l'endomètre. Comme les œstrogènes, la progestérone est sécrétée par le corps jaune, avant que le placenta ne prenne le relais à la fin du 1er trimestre. La doser pendant la grossesse permet justement de mesurer la bonne activité du placenta. Elle permet également au corps de s'adapter à l'augmentation du volume sanguin, mais peut aussi provoquer quelques petites désagréments : problèmes digestifs, remontées acides, chutes de tension, problème de retour veineux. La progestérone est également capitale pour la préparation de la poitrine en prévision de l'allaitement car elle va favoriser l'augmentation des glandes mammaires. En fin de grossesse, le taux de progestérone va chuter. Un phénomène qui va notamment induire la survenue des contractions !

Œstrogène : l'hormone indispensable du début à la fin de la grossesse

Les œstrogènes sont sécrétées par le corps jaune au tout début de la grossesse puis par le placenta après la huitième semaine de grossesse. On l'ignore souvent, mais les glandes surrénales du fœtus vont elles aussi participer à la production d’œstrogènes. Elles participent à la relaxation des tissus du corps et à la croissance de l'utérus. Les œstrogènes ont elles aussi une action relaxante sur les différents tissus du corps et favorisent la croissance de l'utérus. Elles augmentent la fréquence et le débit cardiaque ainsi que les débits circulatoires et la contractilité du myocarde. Comme la progestérone, elles participent à la préparation des seins à l'allaitement.

Prolactine : l'hormone de l'allaitement

La prolactine est produite au niveau de l'hypophyse. Son taux augmente pendant la grossesse et après l'accouchement et c'est grâce à son action conjointe à celle d'autres hormones que va être produit le lait maternel. Sa présence à haute dose dans l'organisme en cas d'allaitement va bloquer alors l'ovulation. Rappelons qu'en dehors de la grossesse, la prolactine est présente à faible dose dans l'organisme. Chez la femme bien sûr, mais aussi chez l'homme.

Ocytocine : l'hormone de grossesse qui favorise les contractions

L'ocytocine est une hormone synthétisée naturellement par l'organisme au niveau du cerveau, plus précisément par l'hypothalamus. Elle est ensuite stockée dans l'hypophyse qui la libère quand elle est nécessaire. Cette hormone de grossesse est impliquée dans de nombreuses fonctions émotionnelles et relationnelles de l'organisme. Toutefois, l'ocytocine est surtout connue pour accélérer l'accouchement en influant sur les contractions de l'utérus. Le nom même d'ocytocine signifie d'ailleurs littéralement "accouchement rapide". Son importance est également fondamentale après l'accouchement lors de la délivrance pour faciliter l'expulsion du placenta, réduisant ainsi les risques d'hémorragie du post-partum. Par ailleurs, une forme proche de l'ocytocine peut être fabriquée en laboratoire et son utilisation principale se fait au moment de l'accouchement, pour faciliter la naissance de bébé en renforçant les contractions utérines déjà sous l'influence de l'ocytocine naturelle. Son utilisation est toutefois de plus en plus sujette à caution.