Comment prévenir la chute de cheveux après l'accouchement ?

Si fatigue et stress accompagnent souvent les premières semaines de la vie d'une jeune maman, la baisse des hormones suite à l'accouchement peut aussi provoquer une alopécie post-partum. Que faire et comment prévenir cette chute de cheveux après la naissance de bébé ? Le point avec la dermatologue Ségolène Fays-Michel.

Comment prévenir la chute de cheveux après l'accouchement ?
© 123RF / gstockstudio

Quel est le cycle de vie d'un cheveu pendant la grossesse ?

La vie d'un cheveu comporte 3 étapes : la phase de croissance dit "anagène" (la pousse est de 1 mm par jour et dure entre 3 à 7 ans), la phase d'activité dit "catagène" (le cheveu s'arrête de pousser et cette période dure environ 3 semaines), et enfin la phase dite "télogène" (le cheveu meurt, progressivement délogé et remplacé par un nouveau cheveu. Cette étape dure 2 à 3 mois). Cependant, "durant la grossesse, ces cycles sont perturbés car les œstrogènes sont alors produits en grande quantité" explique la dermatologue Ségolène Fays-Michel. Ces hormones sont bénéfiques sur le cuir chevelu en augmentant la vascularisation du bulbe capillaire. Conséquence : la phase télogène est rallongée et les cheveux tombent beaucoup moins qu'en temps normal. Votre chevelure est d'ailleurs souvent plus belle et abondante durant la grossesse. 

Quelles sont les causes de la chute de cheveux après l'accouchement ?

Les causes de l'alopécie post-partum sont donc avant tout hormonales. À l'accouchement, la baisse brutale du taux d’œstrogène met fin à ce phénomène, et trois mois plus tard environ (fin de la phase télogène normale), les cheveux se mettent à tomber abondamment. Mais les hormones ne sont pas l'unique cause de la chute de cheveux du post partum. Se cumulent aussi le stress lié à l'accouchement et la fatigue des premiers mois de vie avec votre bébé. "Le stress qu'il soit physique ou psychologique provoque une désynchronisation du cycle et le passage brutal en phase de repos des cheveux, qui se mettent alors à tomber" explique le Dr. Fays-Michel. L'alimentation des jeunes mamans n'est pas forcément non plus optimale souvent par manque de temps. Et le retour de couche et ses pertes sanguines abondantes, vient majorer une carence en fer déjà fréquemment provoquée par l'accouchement. Enfin, "voir ses cheveux tomber peut créer un stress aggravant l'ensemble"  ajoute Ségolène Michel. 

Combien de temps peut durer cette perte de cheveux ? 

"Une alopécie peut durer jusqu'à 4 mois, voire 8 mois après l'accouchement dans les cas les plus graves" comme le souligne la dermatologue.

Quels traitements peut-on envisager pour prévenir la chute de cheveux ?

Il existe trois types de traitements contre l'alopécie post-partum. Ils peuvent être :

  • Locaux : Vous appliquez une lotion à base de kératine et de vitamines du groupe B (B5, B6, B8) qui protège le bulbe et solidifie la fibre capillaire. Par ailleurs, procéder à un massage du cuir chevelu au moment du shampoing a aussi un effet stimulant de la pousse des cheveux, en prenant soin de ne pas le frictionner pour ne pas sensibiliser le cheveu déjà fragilisé. 
  • Oraux : Un traitement à base d'oligo-éléments peut aussi aider à palier d'éventuelles carences minérales et vitaminiques. Ils sont généralement à base de vitamines A, B, E, de zinc et de magnésium, et participent à la formation et au renforcement de la kératine capillaire. Cependant, certains compléments alimentaires ne sont pas recommandés en cas d'allaitement, il faudra demander l'avis de son médecin ou pharmacien.
  • Hormonaux : Un traitement vous sera prescrit en cas de déséquilibre hormonal persistant diagnostiqué par un spécialiste.

Perte de cheveux après la naissance de bébé : que faire, quand consulter ?

Cette alopécie post-partum peut passer toute seule, toutefois "si la chute de cheveux persiste au delà de 4 mois, il vaut mieux prendre rendez-vous chez votre médecin qui vous prescrira un traitement" conseille la dermatologue. Il est préférable aussi de consulter si cette chute de cheveux vous inquiète, si elle dure au delà de 4 à 5 mois ou si vous constatez une diminution de la densité de vos cheveux.

Comment prévenir cette perte de cheveux ?

Toutes les jeunes mamans sont confrontées à la diminution œstrogénique, de fait, la chute de cheveux est quasi inévitable. Cependant, "elle peut varier en intensité selon les femmes allant parfois jusqu'à impacter sur 30 % de la masse capillaire" note le Dr. Fays-Michel. Aussi, pour limiter l'intensité ou/et la durée de cette alopécie post-partum, la dermatologue suggère, en sus des traitements si nécessaire, d'inciter la jeune maman à prendre soin d'elle, à s'accorder un peu de temps pour se relaxer, se détendre et à adopter une alimentation équilibrée et variée

Beauté et forme