Vinted reprend du service : acheter, vendre, être livré va être possible à nouveau

En pause depuis le début du confinement, Vinted rouvre sa plateforme. Si la reprise est annoncée, le confinement, lui, n'est pas terminé. Découvrez les détails concernant les achats, ventes et livraisons en quarantaine.

Vinted reprend du service : acheter, vendre, être livré va être possible à nouveau
© Vinted

Le confinement pour la seconde main, c'est terminé. "Les achats et ventes sur Vinted reprennent" voila le message qu'ont reçu les millions d'utilisateurs de la plateforme en débute de semaine. Date de reprise de Vinted : le jeudi 9 avril. La plateforme avait suspendu ses activités au début de la quarantaine. Or ses partenaires de transport comme La Poste qui livre toujours ou Mondial Relay qui reprendra le 15 avril (sauf contre-indication) s'activent, ce qui pourrait expliquer ce retour. 

Mais sous quelles conditions s'opère cette reprise ? La politique en matière d'achats sur Internet en confinement varie selon les sites de e-commerce. Si les transactions peuvent reprendre sur la plateformes, elles sont tout d'abord réservées à la France. Alors que les consignes quant aux sorties se durcissent selon les communes et que le virus fait toujours rage, quid des déplacements pour aller chercher ou déposer des commandes Vinted ? Une prolongation des délais a été mise en place par la société qui précise à ses utilisateurs "Nous te demandons de ne pas déposer ou de récupérer des articles tant que les restrictions de déplacements ne sont pas levées". Néanmoins, pour celles qui veulent prolonger officiellement leur pause sur le réseau de vente, un bouton "vacances" est à leur disposition.

Vinted en quelques chiffres 

  • 2,2 : c'est le nombre de pièces vendues par seconde en France sur Vinted
  • 15 euros : c'est le prix moyen d'un article sur Vinted
  • 10 millions : c'est le nombre de membres Vinted en France, 23 millions au total
  • 1,3 milliards d'euros : c'est le total des bénéfices générés par les membres sur Vinted en 2019
  • 11 : c'est le nombre de pays où l'appli est présente en Europe, avec désormais la possibilité de faire des achats hors de son pays d'origine

L'histoire de Vinted

La genèse de Vinted est d'une simplicité déconcertante. Milda Mitkute, jeune lituanienne, doit déménager. Elle chercher à se débarrasser de quelques vêtements en trop mais ne trouve pas de plateforme pour le faire facilement. Avec son ami Justas Janauskas, elle décide donc de la créer. Ainsi naquit Vinted à Vilnius en 2008. L’engouement est immédiat et rapidement, la Lituanie devient trop petite pour Vinted. En racontant son aventure à deux Allemandes atterries chez lui en pratiquant le couchsurfing, Justas Janauskas fait des premiers disciples étrangers. Elles ramèneront l'idée dans leurs bagages et participeront au développement du site en Allemagne. S'ensuivent la France, la Belgique, l'Espagne et bien d'autres. L'offre s'élargit aussi, avec de l'enfant, de l'homme, des produits high-tech et de la beauté. La succès story made in Vilnius est lancée. 

Pourtant en 2015, les affaires ne vont pas fort. Malgré sa présence dans plusieurs pays, la plateforme est en péril. Entre alors en scène l'homme providentiel, Thomas Plantenga. Sollicité par les investisseurs, le nouveau PDG opère quelques changements clés comme rassembler les équipes à Vilnius, mais surtout baisser drastiquement les frais pour les vendeurs et les acheteurs. Vinted est reparti de plus belle.

Comment Vinted gagne de l'argent ?

Avec aucun frais pour le vendeur, difficile de comprendre comment Vinted gagne de l'argent. Tout se passe en réalité du côté de l'acheteur. Celui-ci se voit prélever 5% du prix la vente, plus 70 centimes (fixes) par vente. Du reste, Vinted propose des "boosts", mises en avant temporaires d'articles, payants, ainsi qu'un peu de publicité. Le tout est réinjecté dans le développement de la plateforme qui, bien que soutenue, n'est toujours pas rentable. 

Le service client de Vinted

Vinted ne se revendique pas comme une entreprise de mode. La plupart des 300 employés sont dédiés à faire fonctionner et améliorer l'expérience du client. Pourtant, il n'est pas rare d'entendre des utilisateurs témoigner de leurs doutes et leurs incompréhensions. Comment faire un retour ? Quel recours en cas de litige ? Qui contacter ? Autant de questions fréquemment posées sur Google. Pour y répondre, un "centre d'aide Vinted" sous forme de forum est animé par des experts, des utilisateurs de la première heure. Si elle n'est pas impliquée dans ce forum, de son côté l'entreprise s'applique à parfaire les processus de vente, d'articles de luxe coûteux, par exemple, pour les rendre 100% fiables.
Et puis, il y a les échanges désagréables ou cocasses avec des acheteurs. Devenus illustres, ces conversations aberrantes dont chaque utilisateur a pu faire l'expérience sont compilées sur un compte Instagram, le bien nommé "Les Casse Couilles de Vinted". Quand on l'interroge sur cette mauvaise réputation, le PDG Thomas Plantenga sourit. "Il y a un bouton "signaler", vous savez ! Du reste, c'est très constructif pour nous d'observer les failles, et même si on ne peut pas réguler tous les échanges, on le regarde avec attention pour s'améliorer". Pas de doute, Vinted reste le nez dans les (bonnes) affaires.