Césarienne d'urgence : comment ça se passe ?

Il arrive qu'une césarienne doive être réalisée en urgence, parce que l'état de la femme enceinte ou de son bébé le nécessite. Afin de rassurer les futurs parents, Cécile Pénager, gynécologue-obstétricienne, nous explique en détail le déroulement de cette intervention.

Césarienne d'urgence : comment ça se passe ?
© Irina Schmidt

La césarienne est la hantise de beaucoup de futures mamans, souvent en raison d'une certaine méconnaissance de la procédure elle-même. "Il s'agit d'un mode d'accouchement comme un autre. Cela reste une bonne nouvelle, c'est une naissance ! Mais il y a beaucoup d'idées reçues et c'est pour cela qu'il est important d'aider les femmes à l'appréhender de manière positive", annonce d'emblée le Dr Cécile Pénager, gynécologue-obstétricienne. 

Césarienne d'urgence : qu'est-ce que c'est ?

 "Une césarienne en urgence est une césarienne réalisée de manière non programmée. Que ce soit pour une raison maternelle ou foetale, l'enfant doit naître dans un délai plus ou moins rapide en fonction du problème", explique la gynécologue. 

Pourquoi réalise-t-on une césarienne en urgence ?

La césarienne en urgence peut être réalisée dans deux cas de figure, soit lorsque la femme est déjà en travail, soit en dehors du travail.

► La césarienne en urgence réalisée en cours de travail

La future maman a déjà ressenti des contractions, le col commence à se dilater et survient un problème au cours du travail qui nécessite la naissance par césarienne. La cause peut être maternelle, la plus fréquente est celle d'une stagnation du travail lorsque le col de l'utérus cesse de se dilater. "Le problème concerne parfois le bébé qui peut présenter des anomalies du rythme cardiaque, avoir du mal à supporter le travail", ajoute la gynécologue. "C'est pour cette raison que l'on surveille le rythme tout au long du travail. Si l'état de bébé se détériore, on peut être amené à faire une césarienne.", précise-t-elle. Il existe également d'autres causes fœtales beaucoup plus rares et graves, par exemple un gros décollement du placenta ou une procidence du cordon, lorsque ce dernier passe avant la tête et risque d'être comprimé. 

► La césarienne en urgence réalisée en dehors du travail 

 "On va décider de réaliser la césarienne de manière urgente à terme ou avant terme parce qu'on détecte une pathologie chez la maman ou en raison d'une indication foetale", explique la gynécologue. Chez les femmes, la cause la plus fréquente est celle d'une pathologie qui s'aggrave, le plus souvent la prééclampsie qui se caractérise par une hypertension mettant en jeu la vie de la maman. L'indication fœtale la plus fréquente est celle d'une bébé qui présente  un retard de croissance, a du mal à grossir. Il existe également d'autres indications beaucoup plus rares, comme un saignement du placenta.

Comment se déroule une césarienne en urgence ?

La première chose à savoir est qu'une césarienne ne se passe pas en salle de naissance mais au bloc opératoire.  "En fonction de l'indication de la césarienne, cela peut aller très vite et être très perturbant et stressant pour les parents. On essaie d'expliquer les choses, mais parfois on manque de temps", concède le Dr Pénager. "Beaucoup de monde arrive dans la salle de naissance, notamment l'anesthésiste, puis on pose une sonde urinaire et la maman est transférée au bloc opératoire", détaille la gynécologue. Il fait froid, il y a beaucoup de monde, des instruments. L'ambiance peut être un peu anxiogène pour la maman qui bien souvent ne sait pas à quoi s'attendre.

"L'équipe d'anesthésie va se placer près de la tête de la maman, l'équipe chirurgicale au niveau du ventre. On va désinfecter le ventre et poser les champs stériles. Il y a toujours un champ dressé entre la tête et le ventre, afin que personne ne voit ce qui se passe du côté chirurgical", explique le médecin. Avant de faire l'incision, le chirurgien réalise toujours un test pour s'assurer que la patiente est suffisamment anesthésiée. "L'incision, qui fait à peu près 10 cm, est réalisée juste au-dessus de l'os du bassin, qui s'appelle la symphyse, au ras des poils du pubis", précise le Dr Pénager. 

La première partie de l'intervention est assez rapide, en quelques minutes le bébé vient au monde. Si tout va bien, la sage femme va ensuite le présenter à la maman et à son partenaire. Si bébé est en revanche un peu sonné, il sera amené vers les pédiatres et le partenaire repartira avec la sage-femme pour accompagner le bébé. "Les tissus sont recousus les uns après les autres puis la peau est refermée avec des fils ou des agrafes. La maman est ensuite conduite en salle de réveil ou en salle de naissance pour une surveillance afin de s'assurer qu'il n'y a pas de saignements', ajoute la gynécologue. 

Césarienne en urgence : mon partenaire pourra-t-il être présent ?

Voilà une question qui préoccupe particulièrement les femmes qui sont nombreuses à redouter d'affronter seule l'épreuve de la césarienne. Difficile pourtant de répondre à cette question car comme l'explique le Dr Pénager, cela dépend des équipes, mais aussi des circonstances. "S'il y a une urgence absolue, on préfère laisser l'accompagnant en salle de naissance afin qu'il accueille le bébé après la naissance", précise-t-elle. 

Césarienne en urgence et anesthésie : péridurale, rachianesthésie ou anesthésie générale ?

  • Les futures mamans sont bien souvent inquiètes de savoir quel est le mode d'anesthésie privilégié lorsque la césarienne est réalisée en urgence. Comme l'explique le Dr Pénager, plusieurs cas de figure sont possibles. "Si la césarienne est réalisée en cours de travail et que la future maman est sous péridurale, l'anesthésiste va réinjecter du produit pour anesthésier plus profondément la zone. Elle ne sentira rien ni au niveau du ventre, ni des jambes", détaille la gynécologue. 
  • On peut également réaliser directement une rachianesthésie, dans le dos comme la péridurale. Elle est toutefois plus profonde et le produit est injecté est une fois, à l'inverse de la péridurale où la dose peut être administrée en continu ou de façon répétée.
  • "Si jamais l'anesthésie n'est pas suffisante, que la maman ressent les choses, on peut être amené à faire une anesthésie générale.", ajoute-t-elle. Dans certains cas plus rares, lorsqu'on manque de temps pour faire une rachianesthésie et que la naissance doit être extrêmement rapide, on peut également décider de faire directement une anesthésie générale. 

Césarienne et code rouge : de quoi s'agit- il ?

"Cette codification avec les couleurs sert à décrire le degré d'urgence de la césarienne afin de le transmettre à l'équipe.", explique la gynécologue. Le protocole sera alors légèrement différent si on parle de code vert, orange ou rouge.

  • Césarienne et code vert : La césarienne doit être réalisée rapidement mais il ne s'agit pas d'une urgence. L'enfant doit naître en moins de 60 minutes à partir du moment où on a pris la décision de faire une césarienne. Exemple : une ouverture du col qui stagne en cours de travail.
  • Césarienne et code orange : La naissance doit avoir lieu dans les 30 minutes. Il existe un risque vital pour la mère et/ou l'enfant, mais il n'est pas imminent. Exemple : l'enfant fatigue pendant le travail, anomalies du rythme fœtal. 
  • Césarienne et code rouge : Il existe un risque vital pour la mère et/ou l'enfant. Tout va extrêmement vite et la naissance doit avoir lieu dans les 15 minutes. Exemple : hémorragie sévère chez la mère, rythme cardiaque fœtal très pathologique.

Merci au Dr Cécile Pénager, gynécologue-obstétricienne 

Accouchement