Alimentation de l'enfant après trois ans : ses besoins selon son âge

Terminés les biberons et les purées, votre enfant mange désormais (presque) comme vous. Mais même après 3 ans, il a toujours des besoins bien spécifiques. Alimentation équilibrée, aliments à éviter, consommation de sucre... Les conseils d'Olivia Beziat, diététicienne spécialisée en pédiatrie.

Alimentation de l'enfant après trois ans : ses besoins selon son âge
© Dmytro

L'alimentation de l'enfant est l'un des sujets qui préoccupe le plus les parents. Comment donner à son enfant une alimentation équilibrée tout en gardant le plaisir de manger, comment l'initier aux différentes saveurs et lui donner l'envie de goûter à tout ? Autant de questions qui demandent parfois aux grands de repenser eux aussi leur alimentation... pour le bien des plus petits.

Nos dernières actualités sur l'alimentation de l'enfant

Quels besoins nutritionnels à partir de trois ans ?

Après trois ans, le rythme des repas est normalement acquis, l'enfant fait 3 repas par jour plus un goûter dans l'après-midi. Mais cette période est aussi marquée par un changement de taille. "L'enfant entre généralement en collectivité et le groupe de copains va commencer à avoir une influence sur le contenu de son assiette", observe Olivia Beziat. Les parents quant eux, peuvent avoir tendance à relâcher leur attention car l'enfant semble manger comme eux. Un point sur lequel la diététicienne appelle justement à la vigilance. "Les petits sont en phase de pleine croissance, il faut veiller à répondre à leurs besoins nutritionnels spécifiques pendant encore une dizaine d'années ! Le rôle des parents est donc de garantir la qualité du contenu de leur assiette avec des aliments sûrs, sains et en quantité adaptée à leur âge.", explique-t-elle.

Une alimentation équilibré dès trois ans

Les aliments nous fournissent des nutriments indispensables au bon fonctionnement de notre organisme. "Il faut manger très varié, des aliments peu ou pas transformés, dès le plus jeune âge et durant toute la vie !", recommande la diététicienne. 

Le sucre, ami ou ennemi ?

"Rien ne sert de diaboliser le sucre, mais il n'est pas utile et ne doit pas être vu comme un produit à bonheur immédiat. Un gâteau, un chocolat fait plaisir s'il n'est pas quotidien, mais ce ne doit pas non plus être une récompense à un chantage.", explique la diététicienne. Si le sucre est trop présent dans la journée de l'enfant, aux repas, au goûter, aux récréations, il est fort probable que ses autres besoins en calcium, fer, vitamines ne soient pas couverts. Les aliments contiennent naturellement des sucres ou glucides et il n'est pas utile de consommer des produits sucrés supplémentaires. Les études scientifiques montrent pourtant aujourd'hui que les enfants consomment trop de sucres ajoutés (boissons sucrées, jus de fruits, biscuits, pâtisseries et même desserts sucrés). Il revient aux parents d'habituer très tôt leurs enfants à ne pas terminer un repas obligatoirement sur une "note sucrée". 

L'idéal est donc de conserver les produits sucrés naturels qui agrémentent une alimentation saine : confiture sur la tartine, le chocolat dans le pain du goûter ou le sucre de coco sur les fraises par exemple. Mais peut-on s'autoriser une glace, un bonbon ou un gros gâteau de temps en temps ? Bien sûr ! "Montrer l'exemple à votre enfant ne signifie pas tout faire parfaitement en permanence. Sortir du cadre occasionnellement en s'autorisant un repas spécial ou une gourmandise sous-entend que des principes sains sont établis et égaux pour chaque membre de la famille.", conclut-elle. 

Le calcium : un indispensable !

Les  biberons ont été remisés au placard et votre enfant boit de moins en moins de lait. Il faudra alors veiller à compenser en lui proposant un produit laitier à chaque repas. "Les besoins en calcium ne font qu'augmenter jusqu'à la fin de l'adolescence pour atteindre, en fin de croissance, un pic de masse minérale osseuse optimal", explique la diététicienne. Le calcium est apporté par des sources végétales (légumes à feuilles et légumineuses), minérales (eaux) mais surtout grandement facilité par la consommation de produits laitiers (lait, laitage, fromage). Vous pouvez donc facilement varier les sources de calcium. 

Les protéines : quelle quantité de viande, poisson ou œuf selon son âge ?

Les  enfants adorent les viandes, poissons et œufs. La grande question est toutefois celle de la quantité à leur donner en fonction de leur âge. "Gardez en tête qu'entre 4 et 6 ans, on ne dépasse pas les trois-quarts de steak haché, escalope ou filet de poisson et ce n'est qu'autour des 8 ans qu'on peut considérer qu'il le mangera en entier", explique Olivia Beziat. La viande, le poisson et les œufs ne sont pas les seules sources de protéines et lui en proposer trop va lui donner l'habitude d'en consommer au-delà de ses besoins, et souvent au détriment du reste de l'assiette. Il faut donc être vigilant et en consommer avec modération.

Quels aliments éviter à partir de 3 ans ?

La diététicienne évoque deux problématiques : le danger induit par l'aliment lui même, en raison de sa forme ou de sa consistance, et la présence d'additifs potentiellement nocifs dans leur composition. "Au-delà de 3 ans, la mastication des aliments est bien avancée mais il faut toutefois rester prudent sur les aliments sphériques et lisses qui peuvent obstruer les voies respiratoires par fausse route. C'est le cas des bonbons durs, cacahuètes, tomates cerises, grains de raisins ou boules de knacki par exemple.", alerte-t-elle. Olivia Beziat recommande aussi d'être particulièrement attentif aux "additifs, colorants et produits chimiques que l'on retrouve dans les aliments car une surconsommation de ces substances peut perturber l'organisme fragile des enfants."

Comment aider son enfant à manger de tout ?

Pour Olivia Beziat, le secret pour que les repas se passent bien et que l'enfant apprenne à manger de tout est de suivre les quelques principes suivants le plus tôt possible, dès la diversification :

Manger à table, en famille jusqu'au dessert, en étant bien installé pour bien manger : chaise avec dossier et pieds en appui.

Respecter l'appétit de l'enfant, être à son écoute et le laisser décider des quantités consommées. Dès que possible laisser l'enfant se servir seul avec des outils adaptés à ses mains.

Proposer à l'enfant des choix dont vous maîtrisez la qualité nutritionnelle. Ce n'est pas crème dessert ou banane ? Mais plutôt yaourt ou petit suisse, banane ou pêche, carottes râpées ou carottes gratinées, etc. Il doit sentir que qu'il peut décider parmi des aliments sélectionnés. 

Donner l'exemple ! Mangez-vous ce que vous lui demandez de consommer ? En effet c'est à nos côtés et avec l'exemple que nous leur donnons, que nos enfants acquièrent des comportements et habitudes de vie qui seront conservés tout au long de leur vie.

Merci à Olivia Beziat, diététicienne spécialisée en pédiatrie.

Nos conseils sur l'alimentation de l'enfant

Des recettes pour enfants variées et équilibrées

"Les fruits, il en mange quelques-uns", "les légumes, c'est de temps en temps"... "Quant aux crudités et poissons, on ne peut pas dire que ce soit sa tasse de thé !" Difficile de lui faire manger carottes râpées, concombres, chou rouge, radis ou betterave ! Pourtant, avec un peu d'imagination ou en réalisant des recettes originales et régressives, vous pouvez facilement leur mettre l'eau à la bouche et en profiter pour leur faire découvrir de nouvelles saveurs. Nos astuces et idées de recettes pour lui faire manger des légumes, fruits et entrées, l'air de rien.