A quel âge peut-on laisser son enfant seul à la maison ?

Une course à faire, un rendez-vous inattendu, l'idée vous trotte dans la tête : mon enfant est-il assez grand pour rester seul à la maison ? Les conseils de Florence Millot, psychologue et psychopédagogue, pour accompagner votre enfant au mieux dans le chemin de l'autonomie.

A quel âge peut-on laisser son enfant seul à la maison ?
©  milkos

Peut-on laisser son enfant seul à la maison ?

 "Tout dépend de qui est notre enfant et de qui nous sommes en tant que parent !", annonce d'emblée Florence Millot. Il faut en préambule se poser un certain nombre de questions :

  • L'enfant a-t-il tendance à faire de petites bêtises, à jouer à des jeux dangereux ?
  • Est-il anxieux ?
  • A-t-il l'habitude de rester seul à la maison avec ses frères et soeurs ?
  • Est-ce un enfant calme, raisonné, en qui on peut avoir confiance ?
  • Est-il capable d'appeler à l'aide ? Est-il à l'aise avec l'utilisation d'un téléphone ? Sera-t-il capable d'appeler un voisin ?
  • Aura-t-il tout de suite les bons réflexes en cas de problème ?

La question est aussi de savoir comment le parent montre l"exemple. Un parent inquiet, qui a peur de tout, cela sera compliqué pour lui de laisser l'enfant seul... et donc forcément plus difficile pour l'enfant lui-même. En revanche si le parent pense que son enfant peut se gérer, naturellement celui-ci va en quelque chose "capter" ça et être autonome plus rapidement. 

A quel âge mon enfant peut-il rester seul à la maison ?

"Concernant l'âge, tout dépend de la durée de l'absence. Si on part moins d'une heure, certains enfants sont prêts à partir de 7/8 ans. En revanche si on s'absente une demi-journée ce sera beaucoup plus tard, généralement à partir de la sixième, parfois fin CM2 si l'enfant est très autonome", explique la psychologue.  

Comment savoir qu'un enfant est prêt à rester seul à la maison ?

La première chose est de savoir si l'enfant est demandeur. Lorsque vous quittez la maison, exprime-t-il son inquiétude ou est-il au contraire très content ? "Il faut également observer si l'enfant est capable d'être seul à l'extérieur de la maison, par exemple pour un goûter d'anniversaire ou une soirée pyjama.", recommande la psychologue. La question est aussi de savoir si l'enfant a besoin d'être constamment surveillé lorsqu'il est en présence de ses parents. A-t-il tendance à grimper partout ou a-t-il au contraire bien intégré les règles ? Un enfant qui fait constamment de petites bêtises, se met en danger, n'est probablement pas encore prêt à rester seul. "La règle la plus importante est néanmoins de savoir si l'enfant est capable de demander de l'aide si quelque chose se passe en votre absence", insiste Florence Millot. 

Laisser son enfant seul à la maison : comment s'y prendre ?

S'il arrive que l'on soit dans l'obligation de laisser son enfant seul au pied levé, l'idéal est plutôt d'y aller étape par étape et surtout, lorsqu'on n'a pas réellement besoin de le laisser seul ! Si on doit partir précipitamment pour une raison ou une autre, c'est souvent la panique et donc plus compliqué pour l'enfant. La psychologue recommande donc au contraire d'en discuter avec l'enfant et de prévoir la sortie en amont. "On fait un premier test quand tout va bien. On peut même lui proposer de rester au téléphone ou en visio le temps de la sortie. Ensuite, progressivement, on va ajuster. Il est important de questionner l'enfant sur son ressenti, ses inquiétudes éventuelles", explique Florence Millot. Si on voit que l'enfant est bien, en confiance, et qu'il n'y a pas de difficultés particulières, alors on peut s'absenter. Surtout, il faut le faire l'esprit tranquille. "Chaque parent a le droit de prendre du temps pour lui seul, il ne faut pas culpabiliser ! Dans la réalité, on ne peut pas toujours emmener son enfant partout", rassure la psychologue.

Peut-il garder son petit frère ou sa petite soeur à la maison ?

Là encore, il faut être attentif au tempérament de l'aîné... mais aussi se souvenir que ce n'est pas forcément son rôle de garder ses frères et soeurs. Certains le font avec plaisir et sont naturellement enclins à s'occuper des plus petits, d'autres au contraire râlent et n'en ont pas du tout envie. L'aîné est-il un aîné qui prend vite ses responsabilités ou un ado en rébellion ? Autant d'éléments qu'il est nécessaire de prendre en considération. "Attention toutefois si le plus petit a des besoins particuliers, par exemple s'il est malade, cela peut être stressant pour l'ainé", nuance la psychologue. "Plus la famille est nombreuse, et plus les enfants sont autonomes. Aussi, si l'aîné a envie de garder les plus petits et qu'il est suffisamment responsable, il n'y a pas de raison d'hésiter", conclut-elle.

Merci à Florence Millot, psychologue et psychopédagogue

Relation parents-ados et prévention