Composition du lait maternel : que contient-il ?

De quoi est constitué le lait maternel ? Sa composition évolue-t-elle au fil du temps ? Ce que l'on mange a-t-il un effet sur notre lait ? Le point avec Carole hervé, consultante en lactation.

Composition du lait maternel : que contient-il ?
© 123RF / Evgeny Atamanenko

Lait maternel, que contient-il ?

"Le lait maternel contient la même composition chez toutes les mamans du monde" nous révèle Carole Hervé, consultante en lactation à Paris et autrice de l'ouvrage Mon allaitement sur mesure : le guide essentiel pour apprendre à nourrir son enfant en toute confiance (Ed. Albin Michel). Contrairement à ce qu'on peut nous dire, "il n'existe donc pas de lait non-nourrissant" assure-t-elle. Exception faite des mamans végans qui ne se supplémentent pas en vitamine B12 et pour lesquelles l'allaitement est vivement déconseillé. Cette vitamine est en effet essentielle pour alimenter le cerveau du bébé, or on la trouve dans l'alimentation d'origine animale (produits laitiers, viande, poisson). A la naissance de bébé, la maman produit du colostrum et celui-ci est adapté à la maturité du bébé même en cas d'accouchement prématuré. La composition du lait va ensuite évoluer très rapidement jusqu'au 15e jour suivant l'accouchement, puis elle ne change plus durant les 15 mois suivants. Chaque jour, le bébé reçoit un lait d'une composition stable et dont le volume total de la journée contient :

  •  1% de protéines : dont la lactoférine, un agent anti-infectieux extrêmement puissant.
  • 4% de matières grasses
  • 7 % de lactose (glucides)
  • 88 % d'eau.

Mais le lait maternel contient aussi du lysozyme qui permet d'éliminer les bactéries ou encore des oligosaccharides, qui sont des sucres spécifiques qui luttent contre les infections. "C'est un lait extrêmement riche" note la consultante en lactation. Ainsi, si le volume de lait est plus important le matin, les seins sont d'ailleurs généralement plus gonflés, et qu'à l'inverse le soir on a l'impression d'avoir moins de lait, pas d'inquiétude insiste-t-elle : "sur la journée l'enfant reçoit toute la ration dont il a besoin et la quantité produite est toujours adaptée". Peu importe, donc, le moment de la journée où l'on lui donne le sein (ou que l'on tire son lait). A condition, bien sûr, de laisser l'enfant téter efficacement et régulièrement. D'autre part, en fin de journée, le bébé va téter plus souvent et son lait sera plus concentré en acides gras (dont la mélatonine et le tryptophane) qui vont lui permettre de mieux dormir la nuit. 

Y a-t-il du lactose dans le lait maternel ? 

Le lait maternel contient bien du lactose. La proportion de lactose ingéré par le bébé est d'en moyenne 7 % sur une journée de tétée. A noter, d'ailleurs, que le lait qui arrive en début de tétée est plus chargé en lactose puis, à mesure que la tétée progresse, il s'enrichit davantage en acides gras.

Notre alimentation a-t-elle un impact sur notre lait ?

Si, comme l'explique Carole Hervé, ce que l'on mange n'a pas d'impact sur la composition ni sur la texture de notre lait, les aliments peuvent, en revanche, en modifier le goût. Ainsi, si vous mangez une banane, une heure plus tard, votre lait en aura l'odeur. Et si vous avez l'habitude de manger très varié, votre bébé appréciera une plus grande palette de saveurs. Lorsque l'on allaite, "il faut tout de même veiller à ne pas consommer trop de junk-food" avertit-elle, "sinon le lait contiendra plus de graisses trans que de bonnes graisses". Mais, pondère-t-elle, "ça ne veut pas dire qu'il faille s'imposer un régime particulier, simplement manger de tout, équilibré et varié". 

Quelle est l'hormone de production du lait maternel ? 

La prolactine est l'hormone dite de l'allaitement, car elle permet les sécrétions lactées. Cette hormone est sécrétée par une glande du cerveau appelée l'hypophyse stimulant ainsi la fabrication du lait maternel. Produit en faible quantité le reste du temps, le taux de prolactine augmente durant la grossesse puis dans les semaines suivant l'accouchement pour les femmes qui allaitent. Lors de l'accouchement, une autre hormone entre en jeu dans le bon déroulement de l'allaitement : l'ocytocine qui va permettre l'éjection du lait. 

Quel lait animal se rapproche le plus du lait maternel ? 

On a tendance à dire que la chamelle est l'animal dont le lait est le plus proche du lait maternel. Pour autant, "la chamelle est un mammifère qui n'a pas exactement la même masse de muscles et d'acides gras que le lait de la maman humaine" précise Carole Hervé. "C'est pourquoi, on propose aux mères qui n'allaitent pas plutôt une préparation infantile à base de lait de vache" (transformé pour être digeste et adapté en composition à ce que le bébé humain peut recevoir). Si on utilise le lait de vache, c'est aussi parce qu'il est le plus accessible pour nous.

Allaitement