Lait de chèvre : bienfaits, différence avec le lait de vache

Il existe des préparations infantiles à base de lait de chèvre. Que valent-elles ? Sont-elles meilleures que celles à base de lait de vache ? Le professeur Tounian, chef du service de Nutrition et gastroentérologie pédiatriques de l'hôpital Trousseau, répond à vos questions.

Lait de chèvre : bienfaits, différence avec le lait de vache
© yanlev

En Europe, plusieurs types de préparations infantiles sont autorisées sur le marché. Elles ont été étudiées et validées pour permettre à l'enfant, depuis la naissance jusqu'à l'âge de six ans, d'apporter tous les éléments que contient le lait maternel. Il y a d'une part les plus connues à base de lait de vache, et celles conçues à partir des protéines végétales, comme le soja. Plus récemment, les préparations infantiles à partir de protéines de riz ont été homologuées. En août 2013, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a ratifié les protéines à base de lait de chèvre. Ce dernier lait animal est-il plus intéressant que les autres, moins allergène ? Le professeur Tounian, chef du service de Nutrition et gastroentérologie pédiatriques de l'hôpital Trousseau, donne son point de vue sur la question. Plusieurs marques de lait en poudre proposent des gammes à base de ce type de lait, telles que Prémibio et son lait Prémichèvre, le lait infantile de chèvre de Junéo ou encore la gamme Capricare, distribuée en France par le laboratoire PediAct

Les préparations à base de lait de chèvre sont-elles aussi sûres que celles à base de lait de vache ? 

Patrick Tounian : "Tout à fait. La réglementation européenne qui les autorise sur le marché s'assure que les préparations à base de lait de chèvre soient tout aussi sûres, et évitent aux bébés et enfants jusqu'à six ans de souffrir de carences diverses. Sans recommander l'une des préparations plus que l'autre, il faut tout de même noter que les laits infantiles issus de la chèvre ont certains avantages"

Quels sont les avantages des laits infantiles issus de la chèvre ?

La façon de les préparer est différente. Lorsque le lait de vache est préparé après avoir été tiré, l'intégralité de ses matières grasses lui sont retirées. Elles sont ensuite vendues séparément, sous forme de beurre par exemple. Pour conserver des matières grasses, on substitue les naturelles par des graisses végétales, de l'huile de palme notamment. Ces graisses sont essentielles pour que le lait se rapproche de la composition de celui de la mère. Il n'y a pas de raison scientifique à ce traitement du lait, il s'agit surtout d'une logique commerciale. A l'inverse, on ne se sert pas des graisses du lait de chèvre. Quand celui-ci est tiré, on lui laisse donc ses acides gras saturés naturels. Ceux-ci permettent aux préparations qui en contiennent de se rapprocher encore davantage de la composition du lait maternel, qui est le standard de référence.

Cela change-t-il quelque chose du point de vue gustatif ?

Oui tout à fait. C'est la teneur en graisse d'un aliment qui lui confère sa valeur hédonique, le plaisir du goût donc. Le lait de chèvre subit moins d'étapes de transformation. Si vous goûtez du lait en poudre à base de chèvre et que vous comparez à celui de la vache, vous verrez la différence. Ils n'ont cependant pas du tout le goût de la chèvre, comme peuvent l'avoir les laits ou yaourts à base de chèvre, c'est simplement que le profil lipidique de la graisse animale permet d'avoir un aspect gustatif plus agréable. Cela dit, les tout-petits ne font pas forcément la différence, la question gustative est moins importante que pour nous, adultes. Il a un intérêt lorsque les enfants grandissent, c'est intéressant dans la mesure où ces laits infantiles sont conseillés jusqu'à l'âge de 6 ans. 

Les préparations à base de lait de chèvre sont-elles plus digestes pour les bébés ?

On ne peut pas affirmer que les préparations infantiles à base de lait de chèvre soient plus digestibles que celles à base de lait de vache. Sur le papier, certains éléments permettent de le penser. Notamment parce que la protéine la plus allergisante du lait de vache, la caséine alpha-S1 (présente en grande quantité dans celui-ci) existe en bien moindre dose dans le lait de chèvre. Nous pourrions donc estimer que ceux-ci s'en trouvent potentiellement moins allergisants. Mais cela n'a pas encore été prouvé scientifiquement. On remarque tout de même que la plupart des enfants allergiques aux préparations à base de lait de vache le sont aussi pour celles à base de lait de chèvre. 

Allaitement