Comment ne pas transmettre son stress à son bébé ?

Entre la chute des hormones, la fatigue et le stress, les jeunes mamans sont souvent vulnérables. Mais l'enfant peut-il ressentir notre stress, énervement, baisse de moral ? Quel impact cela peut-il avoir sur lui et comment s'assurer qu'il ne pâtisse pas de nos états d'âme ? Eclairage et conseils de la psychologue Catherine Pierrat.

Comment ne pas transmettre son stress à son bébé ?
© 123RF / Evgeny Atamanenko

Comment bébé ressent-il notre stress ? 

"Jusqu'à il y a assez peu d'années, on ne considérait pas le bébé comme une personne à part entière. Or, aujourd'hui, on a pris conscience que, même in utero, l'enfant a déjà des émotions, des relations", note Catherine Pierrat, psychologue à Nice et à Aix-en-Provence. Il ressent les émotions de différentes façons : quand il est dans ses bras, il ressent les battements du cœur de sa maman qui vont s'accélérer en cas de stress et entend quand sa voix augmente ou se module selon son état. Or, l'enfant est une véritable éponge à émotions et particulièrement avec sa maman puisqu'il a vécu dans son ventre pendant 9 mois. "C'est ce que les scientifiques appellent la synchronie, un phénomène de partage et d'interactions qui s'instaure entre la mère et l'enfant dès la grossesse et perdure ensuite donnant lieu à un lien particulier."

Est-ce que bébé ressent quand je pleure dans le ventre ?

Le fœtus peut ressentir la tristesse ou un éventuel état dépressif de sa maman lorsqu'il est encore dans son ventre. A répétition, il peut, à son tour, sur le plan émotionnel, développer un état de tristesse et de mal être. Son taux de cortisol aussi, l'hormone du stress, va s'accroître en fonction de celui produit par sa maman. Cette hausse du cortisol peut également "ralentir la croissance du bébé ou l'accélérer, tout dépend de la période de stress et de l'étape de la grossesse" prévient la psychologue. "Il est tout de même en partie protégé par une enzyme libérée à l'intérieur du ventre de la mère faisant office de bouclier en cas de trop fortes décharges de cortisol" pondère-t-elle.

Stress, déprime : quelles conséquences pour le futur bébé ?

Aussi, si la future-maman est vraiment très angoissée, déprimée ou/et de manière continue, cela peut avoir des conséquences sur le bon déroulement de sa grossesse, engendrer des contractions, voire favoriser un accouchement prématuré. D'autre part, "les enfants nés de mères particulièrement déprimées peuvent tomber eux-mêmes en dépression ou, au contraire avoir tendance à vouloir compenser l'état de leur mère en étant très dynamiques et demandeurs" observe la psychologue. Selon elle, la dépression de la mère peut également affecter la relation mère-enfant, faire barrage à la mise en place d'un bon lien maternel. 

A la naissance, est-ce dangereux pour bébé de s'énerver ?

Elle rassure également : le fait s'énerver, pleurer ou stresser ponctuellement est normal et sans conséquences pour l'enfant. La jeune maman est plus vulnérable émotionnellement avec la chute des hormones, le stress de ce nouveau rôle qui lui incombe et la fatigue des nuits saccadées, "elle ne peut pas constamment se mettre dans une bulle émotionnelle, elle doit continuer à vivre. Et les enfants s'adaptent très bien aussi" observe la psychologue. Selon elle, c'est quand on se sent vraiment en permanence à fleur de peau qu'il faut réagir. 

Maman stressée : comment apaiser son bébé ?

Pour que le bébé se sente bien, il est important que la mère se ménage. A la fois sur le plan physique, affectif et émotionnel. Qu'elle ne culpabilise pas non plus à l'idée que l'enfant ressente ses émotions. L'important, pour vous sentir plus sereine est, dans un premier temps, de ralentir autant que possible votre rythme de travail et vos activités en parallèle. N'hésitez pas non plus à vous initier au yoga, à la médiation, à la sophrologie ou à tester la cohérence cardiaque, des méthodes douces réputées pour leurs vertus apaisantes. Elles permettent de se recentrer, de s'apaiser en évacuant le stress. D'autre part, demander un soutien moral, affectif et dans les tâches à la maison au papa vous aidera à vous sentir moins débordée et plus relaxée. Si malgré toutes ces techniques, vous continuez à vous sentir dépassée par le stress, la colère ou la tristesse, le recours à un psychologue peut s'avérer utile pour ne pas sombrer en burn-out maternel, susceptible d'être nuisible à la fois pour vous et pour votre bébé. 

Conseils bébé