Vêtements en coton bio : définition, labels et idées reçues

Vous aussi, vous voyez de plus en plus les mots "coton bio" apparaître sur les étiquettes de vos vêtements ? On vous dit tout au sujet de cette alternative au coton conventionnel, hyper polluant.

Vêtements en coton bio : définition, labels et idées reçues
© 123RF/Olena Rudo

Le coton bio a le vent en poupe ces dernières saisons. Selon l'association britannique Oxfam, le coton est la première culture non vivrière dans le monde et concerne 5% des surfaces cultivables de la planète. Exploité depuis au moins 5 000 ans, le coton dit conventionnel a beau être une matière naturelle, sa production n'est pas sans conséquence sur l'environnement, puisqu'elle est nécessite l'utilisation de volumes d'eau considérables ainsi que d'engrais, de produits et de pesticides chimiques. Les marques de mode adoptent de plus en plus sa version "bio" au sein de leurs collections et communiquent abondamment à ce sujet. Mais c'est quoi, au juste, le coton bio ? On vous dit tout.

Coton bio vs coton "conventionnel"

Parmi les chiffres avancés, certains affirment qu'à elle seule, la production de coton conventionnel concentre 25% des insecticides, fongicides et herbicides utilisés dans l'agriculture mondiale. Des chiffres qui donnent le tournis. Le volume d'eau nécessaire à la fabrication d'un T-shirt et d'un jean peut monter jusqu'à 20 000 litres, soit l'équivalent de ce que boit une personne en 13 ans (!), toujours selon Oxfam. 

Une alternative à ce coton conventionnel particulièrement énergivore a vu le jour dans les années 90. Dit "coton bio", il a pour définition d'être produit sans agents chimiques, avec un usage de l'eau grandement limité au cours des étapes de fabrication puisque le volume descend à 100 litres pour un T-shirt en tissu de coton bio selon certains chiffres avancés par les agents du secteur. Enfin, contrairement au coton conventionnel, ce coton bio n'est pas blanchi au chlore, mais à l'eau oxygénée.

En 2017, selon l'Organic Trade Association, une entité américaine consacrée au commerce de produits biologiques, 19 pays fabriquaient du coton bio dont 7 concentraient 98% de la production. Toujours selon l'Organic Trade Association, en 2017, parmi les 10 marques qui utilisaient le plus de coton bio dans leurs collections, on retrouvait Nike, H&M et Inditex. Pourtant, selon We Dress Fair, site multimarque de vêtements responsables, seules 2 millions de tonnes de coton bio sont vendues chaque année contre 17 milliards de coton conventionnel. La route est encore longue avant un remplacement complet du coton conventionnel par son alter ego éco-responsable.

GOTS et autres labels fiables

Pour savoir si l'on porte des vêtements en coton bio ou non, il faut attentivement scruter leurs étiquettes. Deux principaux labels permettent de garantir une production responsable et respectueuse de l'environnement : GOTS et Oeko-Tex. GOTS, pour Global Organic Textile Standard, certifie un coton biologique équitable puisque ce label s'accompagne d'un cahier des charges complet. Il garantit l'utilisation de fibres biologiques, mais aussi l'abandon des produits chimiques au cours du processus de production et le respect des travailleurs. Au total, pour qu'un produit remporte son étiquette GOTS, il doit présenter 95% de fibres biologiques certifiées.

Oeko-Tex, de son côté, labellise les produits qui n'utilisent pas ou très peu de produits chimiques.

En revanche, il faut bien faire attention aux labels que les marques s'auto-attribuent, en donnant aux lignes qu'elles promeuvent comme éco-responsables des noms équivoques. Le recours au greenwashing (jouer la carte écologique à des fins marketing) est pour certaines entreprises, notamment de fast-fashion (mais pas que), une activité à plein temps.

Les avis divergents sur le coton bio 

Il ne suffit pas d'avoir des produits qui utilisent du coton bio pour être devenue une entreprise qui respecte l'environnement ! Des marques peu scrupuleuses jouent sur l'ambiguïté, prônant l'usage du coton bio tout en utilisant des colorants chimiques à gogo. D'autres fabriquent des vêtements à partir de cotons mélangés dans lesquels la part de fibres bio est minime. Enfin, un label coton bio ne garantit pas une chaîne de production responsable.

Niveau provenance, pas de coton bio de France ! Les principaux pays où se cultive le coton bio sont l'Inde, la Chine, la Thaïlande ou encore le Mali. En Europe, seules la Grèce et la Turquie en produisent à petite échelle. Pas forcément le must niveau proximité, d'autant plus que les usines de fabrication de vêtements sont souvent réparties aux quatre coins du monde. De quoi augmenter la note niveau pollution engendrée par les transports.

En termes de prix, le coton bio ne revient pas forcément plus cher à l'achat pour les consommateurs finaux. Certaines enseignes comme H&M arrivent à proposer des tarifs similaires pour leurs vêtements fabriqués à partir de coton bio et ceux en coton conventionnel.

Alors, coton bio ou pas ? Ce qui est sûr, c'est qu'il vaut mieux acheter moins et mieux, soit des produits qui respectent autant la planète que ceux qui les fabriquent et ceux qui les portent.

Comment choisir