Coloration enceinte : peut-on faire une couleur de cheveux ?

Faire une couleur n'est pas conseillé pendant la grossesse. Et si la chevelure des futures mamans est souvent magnifique, les cheveux blancs sont toujours là. Comment les masquer sans danger pour la santé de bébé ? Le point avec le Dr Dominique Eraud.

Coloration enceinte : peut-on faire une couleur de cheveux ?
© iakovenko -123RF

Pourquoi est-il déconseillé de se colorer les cheveux enceinte ?

Coloration et grossesse ne font pas bon ménage. Si l'acétate de plomb, le nitrate d'argent ou les cyanures métalliques ne sont heureusement plus utilisés pour colorer les cheveux, ils sont parfois remplacés par d'autres substances (peu recommandées) dans les colorations classiques. Parmi elles, on trouve l'ammoniaque qui est encore utilisé pour décolorer les cheveux, car il sert de catalyseur : l'ammoniaque fait gonfler la fibre capillaire et ouvre les écailles qui recouvrent le cheveu, pour que les produits de coloration puissent y pénétrer. Autre substance dangereuse, le paraphénylènediamine, ou PPD qui permet de faire pénétrer l'agent colorant à l'intérieur de la fibre capilaire et de faire tenir la couleur plus longtemps. S'il est interdit dans tous les produits cosmétiques, il est encore toléré dans les colorations capillaires comme révélateur à hauteur de 6%. et les fabricants ont "seulement" l'obligation d'informer les consommateurs concernant ses risques. Enfin, le résorcinol, le p-Aminophenol, le Toluene 2,5, le Diamine Sulfate et le 1-naphtol sont également sur le banc des accusés.

Coloration grossesse : quels sont les risques ?

"Les colorations chimiques contiennent un nombre important de substances dangereuses. Certaines d'entre elles sont de potentiels perturbateurs endocriniens. C'est comme si vous appliquiez directement un pesticide sur le crâne ! " confie le Dr Dominique Eraud, médecin généraliste et présidente de la CNMSE (Coordination Nationale Médicale Santé Environnement). "Ces substances provoquent notamment des allergies et des éruptions cutanées qui persistent, mais aussi des problèmes respiratoires chez les professionnels de la coiffure", ajoute le médecin. Ces substances sont encore plus dangereuses pendant la grossesse car elles peuvent franchir la barrière du placenta par le biais de la circulation sanguine. Certaines d'entre elles sont susceptibles de provoquer des troubles hormonaux ou neurologiques, des malformations, ou encore des retards de croissance in utero. "Les colorations classiques sont déconseillées pendant la grossesse car, plus que la dose, c'est le moment d'exposition à ces substances toxiques qui importe. Les effets délétères de ces substances sont donc augmentés pendant la grossesse et les femmes enceintes ont plus de chances que les autres de développer des pathologies", confirme le Dr Dominique Eraud.

Grossesse : peut-on utiliser une coloration sans ammoniaque ?

Le médecin recommande aux futures mamans de ne pas se fier au colorations sans ammoniaque, car il faut savoir que toutes les colorations classiques doivent contenir un produit chimique catalyseur pour ouvrir les écailles du cheveu. En l'absence d'ammoniaque, c'est une autre substance chimique qui est utilisée.

Et la coloration végétale pendant la grossesse ?

Enceinte, peut-on alors utiliser une coloration végétale ? Grâce aux pigments végétaux issus des plantes lyophilisées, il est possible d'obtenir une belle palette de couleurs grâce aux colorations végétales, comme la marque Biocoiff' par exemple. Parmi leurs composants, on trouve le henné d'Egypte, l'indigo, le campêche, la rhubarbe, le henné neutre, le brou de noix, le curcuma, le châtaigner ou encore la sauge ou l'indigotier. "Contrairement aux colorations traditionnelles, les colorations végétales ne pénètrent pas dans le cheveu et ne passent pas dans la circulation sanguine. Elles se posent sur le cuir chevelu et englobent le cheveu. Elles sont donc tout indiquées pendant la grossesse ! Elles n'ont certes pas le même pouvoir couvrant que les colorations chimiques, mais permettent d'obtenir un effet de transparence", explique Anne Laure Caoudal, coloriste chez Coiffure et Nature, l'un des salons parisiens précurseurs dans le domaine de la coloration végétale. "On ne peut pas obtenir toutes les teintes avec les colorations végétales car il faut obligatoirement de l'eau oxygénée pour éclaircir. Cependant, elles permettent de foncer légèrement, d'apporter des reflets plus ou moins intenses en fonction de la base, de la brillance, mais aussi un effet gainant et texturisant ", ajoute la spécialiste. La coloration végétale demande aussi un temps de pose plus long.