Rentrée scolaire 2021 : qu'est-ce qui change en septembre ?

A quoi s'attendre pour l'année scolaire 2021-2022 ? Dates de rentrée et de vacances, protections hygiéniques gratuites pour les étudiantes, école obligatoire dès 3 ans, éducation prioritaire et spécialités au bac... On fait le point sur les grands changements de la rentrée.

Rentrée scolaire 2021 : qu'est-ce qui change en septembre ?
© choreograph - 123RF

[Mise à jour du 23 février 2021 à 15h59]. En décembre dernier, le gouvernement a annoncé les mesures pour l'année scolaire 2021-2022, ainsi que les grands changements et les dates à retenir. Concrètement, qu'est-ce qui va changer pour les élèves, de la maternelle au lycée ?

Qu'est-ce qui va changer pour la rentrée de septembre 2021 ?

L'année scolaire 2021-2022 sera marquée par certains changements. A commencer par l'âge de scolarisation obligatoire, qui sera désormais fixé à 3 ans. D'autre part, un nouvel enseignement de spécialité en "éducation physique, pratiques et culture sportives" sera proposé aux lycéens de la voie générale dès la classe de première. Les élèves de seconde intéressés par cette nouvelle spécialité pourront choisir cette option dans les vœux qu'ils formuleront au deuxième trimestre de l'année scolaire 2020-2021. Au-delà de la pratique sportive, cette spécialité permettra d'abord d'autres champs disciplinaires (sciences, humanités…) afin d'ouvrir à certains métiers dans le domaine de la santé et du bien-être, de l'enseignement, l'entraînement, la gestion, la communication, le secteur événementiel, la recherche et la sécurité.  A l'université également, de nouvelles mesures sont prévues. Ce 23 février, Frédérique Vidal a annoncé la mise en place de la gratuité des protections hygiéniques pour les étudiantes... On fait le point sur ce qui va changer dès septembre 2021.

Dates clés et vacances scolaires 

Le calendrier scolaire de la rentrée 2021 comprendra une pré-rentrée pour les enseignants le 1er septembre 2021, et une rentrée le jeudi 2 septembre pour les enfants. Pour les vacances scolaires, voici comment elles seront réparties : 

  • Vacances de la Toussaint : du 23 octobre eu 8 novembre
  • Vacances de noël : du 18 décembre eu 3 janvier 2022
  • Vacances d'hiver : du 12 au 28 février pour la zone A, du 5 au 21 février pour la zone B, du 19 février au 7 mars pour la zone C. 
  • Vacances de printemps : du 16 avril au 2 mai pour la zone A, du 9 au 25 avril pour la zone B, du 23 avril au 9 mai pour la zone C. 
  • Vacances d'été : à compter du 7 juillet 2022. 

La répartition des zones se fera de la sorte

  • Zone A : Académies de Bordeaux, Besançon, Clermont-Ferrand Dijon, Grenoble, Limoges, Lyon, Poitiers
  • Zone B : Académies d'Amiens, Aix-Marseille, Lille, Nancy-Metz, Nantes, Nice, Normandie, Orléans-Tours, Reims, Rennes, Strasbourg
  • Zone C : Académies de Créteil, Montpellier, Paris, Toulouse, Versailles

Quels moyens pour l'enseignement ?

Le gouvernement mise sur le premier degré en renforçant les moyens, notamment humains. Cela signifie qu'il y aura davantage de professeurs des écoles. L'objectif est par exemple d'avoir de moins grosses classes de grande section de maternelle, de plafonner les CP et CE1 à 24 élèves et de pouvoir dédoubler les classes de grande section de maternelle en REP+. En 2021, le taux d'encadrement, soit le nombre de professeurs pour 100 élèves continue de croître. Il passe à 5,82 enseignants. Pour rappel, en 2017, il était de 5,46 jusqu'à arriver à 5,74 en 2020. Enfin, le gouvernement souhaite maintenir au maximum les écoles situées en territoire rural et s'est engagé à ne pas fermer une école sans l'accord préalable du maire de la commune. 

L'école inclusive, qui consiste à garantir un accès et un accompagnement aux enfants en situation de handicap dans le cursus scolaire classique, verra ses moyens renforcés. En 2021, 4 000 accompagnants d'élèves en situation de handicap (AESH) en temps plein seront déployés, en plus des 8 000 de l'année 2020. L'objectif étant de parvenir à accompagner tous les enfants. 

Davantage de moyens pour le secteur primaire, et une tentative de maintien des moyens du second degré, surtout en ce qui concerne l'enseignement professionnel. Pour lutter contre les effets de la crise sur les élèves de CAP, une partie pourra avoir accès à une prolongation de la formation étendue à 3 ans. Davantage de places en BTS seront ouvertes, car de multiples demandes ont été formulées en ce sens en 2020. 

Rentrée des classes : comment gérer le budget ?

La rentrée scolaire est synonyme de nombreux achats : la liste des fournitures scolaires est publiée chaque année pour les écoliers, et les enfants ont, en général, envie de changer de cartable à chaque nouvelle rentrée. Sans compter les vêtements et les baskets qu'il faudra leur acheter parce qu'ils grandissent trop vite. Bref, les dépenses sont nombreuses ! Mais pour accompagner les parents, le gouvernement verse chaque année l'allocation de rentrée scolaire. Vous pouvez également profiter des opérations spéciales (soldes d'été ou reprise cartable) pour économiser sur l'achat des fournitures scolaires. Nos conseils pour gérer le budget de la rentrée des classes :

Une rentrée bien organisée : nos conseils

La rentrée des classes a lieu le 1er septembre pour tous les élèves, quelle que soit la zone A, B ou C. Retrouvez tous nos conseils pour mieux vous organiser au quotidien et gérer le stress de la rentrée. 

Peur de l'école : comment rassurer son enfant ?

Qu'il s'agisse de la première rentrée des classes à la maternelle (obligatoire dès 3 ans) ou de sa première rentrée à l'école primaire ou au collège, de nombreux enfants sont terrorisés à l'idée d'aller à l'école. Les nouveaux camarades de classe, le maître ou la maîtresse, ou encore le changement d'établissement scolaire sont autant d'éléments perturbants pour les petits et les grands. Nos conseils pour le rassurer et l'aider à s'adapter à ces changements.

Les premières rentrées scolaires : maternelle, primaire, collège...

Votre enfant fait sa toute première rentrée à la maternelle, au CP ou en 6e ? Chacune de ces classes, tout comme le lycée, fait partie d'une étape importante dans la vie de votre enfant. Pour mieux l'accompagner, voici quelques conseils pratiques.

Première rentrée à l'école maternelle

Les enfants ont peur de ce qu'ils ne connaissent pas, et cela semble tout à fait logique. D'où l'importance de parler au vôtre de l'école quelques jours avant la rentrée scolaire afin de le préparer à la maternelle. Parlez-lui de choses simples, qu'il peut comprendre facilement : comment se déroulera la journée, les activités qu'il va faire... Et mettez en avant les nombreux points positifs de l'école : il va se faire plein de copains, il va apprendre à dessiner... N'oubliez pas de lui préciser qui viendra le chercher à la sortie de l'école : vous, son papa, la nounou, sa grand-mère... Tout doit être bien défini pour rassurer votre enfant !

Le jour J de la première rentrée à l'école maternelle est souvent un moment riche en émotions, autant pour l'enfant que pour ses parents. Essayez de ne pas montrer que vous êtes émue, rassurez votre enfant au mieux, mais ne restez pas non plus trop longtemps dans la classe. Votre enfant vivrait la séparation encore plus durement.

Pour faciliter les choses le jour de la première entrée en maternelle, le doudou est souvent indispensable. Si votre enfant le souhaite, il peut tout à fait l'emmener. Les premiers jours, votre enfant pourra sûrement le garder avec lui un moment. Par la suite, il sera invité à le ranger dans une grande corbeille commune ou bien dans un casier individuel. Votre enfant pourra ainsi le récupérer pour la sieste et, bien sûr, pour rentrer à la maison le soir. Une bonne manière de le rassurer et de l'aider à appréhender plus facilement ce monde inconnu.

Première rentrée à l'école primaire

L'entrée à l'école primaire annonce un grand changement pour votre enfant : c'est désormais un grand. Et cela doit se répercuter dans son quotidien. Pour bien lui montrer l'importance de cet événement, vous pouvez par exemple décider de réaménager sa chambre, de manière à ce qu'il puisse choisir ses vêtements seul le matin... Dans les jours qui précèdent son entrée à l'école primaire, assurez-vous que votre enfant dorme suffisamment afin qu'il soit en pleine forme le jour J. Profitez-en également pour mettre en place les nouveaux horaires de coucher et de lever. Votre enfant avait l'habitude, pendant les vacances scolaires, de se coucher à 22 h ? Amenez-le progressivement à se coucher plus tôt, vers 20 h environ. Cela lui permettra de faire une vraie bonne nuit de sommeil avant d'attaquer la journée qui l'attend ! L'entrée à l'école primaire marque aussi une étape importante dans l'autonomie de votre enfant. Désormais, il doit être capable de faire plein de choses tout seul. Encouragez-le dans son sens, en lui montrant que vous êtes à ses côtés, que vous êtes là pour l'aider si nécessaire, mais que vous n'êtes pas là pour tout faire à sa place !

Première rentrée au collège

Contrairement à l'univers réconfortant de l'école primaire, le collège entraîne de nombreuses modifications dans les habitudes de votre enfant qui sera, désormais, confronté à des professeurs différents, à un emploi du temps plus chargé ou encore à un nouveau système de notation. Devenir "grand" suppose de s'adapter à de nouvelles contraintes, à un nouvel environnement et... à de nouveaux copains. Pas facile tout ça, quand on n'a que 11 ou 12 ans ! Pour préparer votre fils ou votre fille à ce grand bouleversement, pensez à visiter son futur établissement avant la rentrée - lors de son inscription, par exemple - afin de l'aider à se familiariser avec les lieux. De nombreux collèges organisent d'ailleurs des journées d'information à destination des nouveaux collégiens afin de leur présenter les professeurs, les différentes salles d'enseignement et le fonctionnement de l'établissement. N'hésitez pas à y assister avec votre enfant pour le rassurer... et vous aussi par la même occasion ! Car si le collège est un changement important pour l'enfant, il l'est aussi pour les parents.

Enfin, l'entrée au collège génère souvent de l'angoisse chez l'enfant qui sait que sa vie confortable va changer. Peur de se perdre dans les couloirs, d'être séparé de ses copains, de ne pas réussir à suivre les cours... Toutes ces craintes sont légitimes et fréquentes chez les enfants qui s'apprêtent à faire leur rentrée au collège. Pour dédramatiser la situation, la meilleure solution reste encore d'en parler avec lui et de lui expliquer comment vont se dérouler ses journées.

Première rentrée au lycée

Après l'école primaire et le collège, votre enfant s'apprête à franchir une nouvelle étape fondamentale de sa scolarité : l'entrée au lycée. Si la seconde s'avère être une classe charnière, elle est également synonyme d'autonomie et de changements de méthodes de travail. Le brevet des collèges fraîchement en poche et les grandes vacances achevées, votre futur lycéen va devoir s'inscrire dans une nouvelle démarche en prenant désormais une part plus active dans son apprentissage.

L'enseignement au lycée diffère considérablement de celui dispensé au collège. En effet, les enseignements s'appuient désormais sur des bases solides, que votre enfant doit avoir acquises tout au long de sa scolarité, pour développer son propre esprit critique et un cheminement de pensée plus personnel. Mais à 16 ans, il n'est pas toujours évident de faire preuve d'autant de maturité pour franchir ce cap sans difficulté. Certains lycéens se sentent grisés par cette nouvelle indépendance qui leur est offerte. C'est la raison pour laquelle les parents jouent un rôle majeur pour informer leurs enfants et les inciter à se poser les bonnes questions.

Par ailleurs, ce n'est pas parce que votre futur lycéen apparaît confiant qu'il ne ressent pas de stress à l'idée d'entrer en seconde. À l'adolescence, les enfants peinent à exprimer leurs angoisses. Aussi est-il primordial d'en parler avec lui pour comprendre de quelle manière il envisage cette rentrée cruciale. Ce dialogue est essentiel pour aider votre enfant à définir son projet. Car c'est à l'entrée en seconde qu'il va devoir choisir ses options obligatoires qui peuvent s'avérer déterminantes, par la suite, dans le cadre de son orientation future. Si votre enfant souhaite également opter pour des options facultatives, encouragez-le, mais en le mettant bien en garde sur la charge de travail supplémentaire que cela occasionnera.