A quel âge peut-il aller seul à l'école ?

Votre enfant grandit et vous le laissez seul pour se rendre à l'école ? La rentrée scolaire est l'occasion de rappeler les précautions à prendre.

A quel âge peut-il aller seul à l'école ?
© tan4ikk-123rf

[Mise à jour du 30/08/2017]. Cette année, votre enfant change d'école ou fait sa première rentrée en 6e ? Comme un grand, il devra s'y rendre seul et revenir à pieds à la maison. Régulièrement, la Prévention Routière rappelle quelques consignes de sécurité. De plus, c'est à l'âge de 12 ans, au moment de l'entrée au collège, que les enfants ont le plus de risque d'accidents en tant que piétons. 

Les enfants sont vulnérables sur le chemin de l'école

Les tout-petits sont particulièrement vulnérables, de part leur petite taille qui ne leur permet pas d'être autant visible qu'un adulte sur la route par les conducteurs, mais aussi parce que jusqu'à 7 ans environ, un enfant n'est pas capable de voir ce qui se passe sur les côtés. Et s'il voit une voiture arriver, il est persuadé que son conducteur le voit aussi ! Les petits écoliers ont également des difficultés à évaluer les distances et la provenance des bruits. En effet, "Dans 40 % des cas, l'enfant se trompe entre un bruit venant d'en face ou de derrière et dans 80% entre un bruit venant de droite ou de gauche", précise l'association. En outre, les petits sont souvent dominés par leurs émotions (stress, angoisses), agissent parfois de manière impulsive et spontanée, et ne peuvent se concentrer que sur une chose à la fois. 

A partir de quel âge peut-on laisser un enfant aller seul à l'école ? 

Vers 11-12 ans, un enfant est capable 
d'anticiper ©Cyril Comtat

"Ce n’est que vers 10 ou 12 ans qu'un enfant est vraiment capable de prévoir l’évolution des situations et d’anticiper", précise la Sécurité Routière. Et avant 7 ans, il n'est pas question de le laisser seul dans la rue, car il n'a pas les capacités pour assurer sa propre sécurité. Voici donc quelques repères : A 7 ans, un enfant peut marcher seul sans donner la main à ses parents, mais cela ne signifie pas qu'il peut se déplacer seul en permanence. "Entre 7 et 8 ans, il connaît et sait anticiper, en principe, les dangers de la route", explique l'association. Il s'agit des premiers trajets avec un groupe de copains par exemple, à condition qu'il sache repérer les risques et réagir correctement. Dans tous les cas, les parents ne doivent autoriser leur enfant à marcher seul dans la rue que si le trajet est sûr (pas forcément le plus court) et que ces derniers comprennent bien les dangers de la route.

Comment éviter les risques ? 

Afin de ne pas mettre son enfant dans des situations de danger, la Sécurité Routière conseille "d'anticiper le départ à l'école pour éviter le stress et l'anxiété". L'enfant doit pouvoir prendre son temps sur le chemin de l'école, ce qui lui permettra de patienter tranquillement pour traverser au bon moment. Avant de le lâcher seul, demandez à votre enfant de vous emmener à l'école pour vérifier que tous les apprentissages ont bien été acquis. Pour cela, il faut commencer à lui apprendre à observer l'environnement dès 3 ans, de manière pédagogique et permanente, conseille la Sécurité Routière. Dès le plus jeune âge, donnez-lui la main dans la rue systématiquement, apprenez-lui à marcher du côté des maisons et non pas du trottoir, expliquez-lui pourquoi et comment déjouer les "pièges" (sorties de garage, travaux...), profitez d'une rue calme pour lui montrer comment traverser en toute sécurité... Enfin, donnez-lui l'exemple, en lui montrant que vous patientez jusqu'à ce que le bonhomme soit vert avant de vous engager sur le passage piéton, et en vérifiant bien à gauche, puis à droite, afin que vos consignes ne soient pas contredites par vos actes.

Et à vélo ? 

Ne laissez pas votre enfant aller seul à vélo avant l'âge de 12 ans, préconise la Sécurité Routière. En effet, votre enfant doit savoir faire bien plus que "simplement" tenir en équilibre. "Circuler à vélo, c'est aussi : démarrer sans zigzaguer, rouler droit, même à vitesse lente et même en virage, freiner pour s'arrêter à un endroit précis, avant l'obstacle", rappelle l'association. Aidez votre enfant à s'entraîner en prévoyant des exercices de maniabilité dans un endroit protégé, sans circulation, et n'oubliez pas les équipements de sécurité à vélo (casque, gilet, sonnette, éclairage et signalisation, etc.).

Ce qu'il ne faut pas faire

La Sécurité Routière déconseille aux parents de demander "au grand" d'emmener ou de ramener le petit frère ou la petite sœur avec lui après l'école, par soucis de commodité. "À 10-12 ans, un enfant n'est pas encore suffisamment mûr pour assumer la responsabilité d'accompagner chaque jour un enfant plus jeune. Il doit déjà se préoccuper de sa propre sécurité et il lui serait difficile de gérer en même temps celle d'un petit, éventuellement turbulent, ou moins obéissant qu'avec ses parents", explique l'association. Sans compter les conséquences psychologiques en cas d'accident sur l'enfant qui en avait la responsabilité.

Rendez votre enfant plus visible © Sécurité Routière

Les astuces pour rendre son enfant visible de tous

En hiver, la nuit tombe très vite, et il fait presque noir à la sortie de l'école ! Pour que votre enfant soit visible de tous, équipez ses vêtements et son cartable de bandes ou de stickers rétroréfléchissants, qui renvoient la lumière des phares vers les conducteurs. Un système efficace qui permet de rendre un piéton visible à plus de 150 mètres, contre 30 mètres sans cet équipement. Certains cartables sont particulièrement adaptés, comme le modèle Sécurity Protect de Tenessee par exemple qui possède une housse fluorescente et réfléchissante. Elle se fixe sur le devant du sac à l'aide de scratch et se range discrètement la journée dans une poche intérieure.

Un traceur GPS pour suivre son enfant à distance. Le traceur GPS Weenect Kids, est connecté au smartphone des parents pour les rassurer lorsque leurs enfants prennent seuls le chemin de l'école. Les écoliers gagnent alors en autonomie : ils sont libres, et peuvent prévenir leurs parents à tout moment en cas de besoin. Ces derniers localisent alors leur bambin en temps réel et reçoivent une alerte sur leur téléphone portable lorsqu'il arrive au collège, ou qu'il le quitte pour rentrer à la maison. De plus, la fonction téléphone permet aux parents et à l'enfant de rester en contact en toutes circonstances. D'autres alternatives au téléphone portable sont proposées aux parents, comme la montre KiwipWatch, qui fait office de montre et de téléphone, avec un système de géolocalisation intégré. 

Lire aussi