Rotation des cultures au potager : pourquoi est-ce indispensable ?

Permettant à la fois d'enrichir les sols et de faire prospérer les légumes du potager, la rotation des cultures est une technique qui demande organisation et attention. Rejoignant le concept de permaculture, la rotation des cultures veille à la bonne santé des plants, en fonction des besoins spécifiques de chaque groupe de légumes présents au sein d'un potager.

Rotation des cultures au potager : pourquoi est-ce indispensable ?
© hannamariah - 123RF

Qu'est-ce que la rotation des cultures ?

La rotation des cultures du potager garantit une culture et une récolte riches grâce à l'alternance de groupes de légumes et plantes, réunis en familles, d'une année sur l'autre.
Sur 4 ans, ou sur un cycle pouvant être parfois plus long, la rotation des cultures permet à la terre de se régénérer et de s'enrichir et à la production de prospérer grâce à une disposition réfléchie (division en partie) et stratégique (choix des légumes et plantes selon leur besoins et spécificités en azote, en potasse ou en phosphore par exemple) de chaque légume ou plante. Ainsi, les légumes vivaces installés dans une parcelle la première année seront installés dans la suivante, la deuxième dans la troisième et ainsi de suite jusqu'à la dernière. Chaque groupe laisse à sa place au suivant et prend la place qui suit, le tout sur un cycle de même durée.
La rotation des cultures entre dans le concept de la permaculture, un système qui prône la mise en place d'un écosystème en harmonie avec ceux qui le peuplent : insectes, oiseaux, végétation, etc.
On parle aussi de culture durable puisque la priorité est d'assurer un développement pérenne à chaque être vivant qui, de cette façon, entre en contact de manière positive avec un autre, afin de créer un monde vivant en autarcie et, surtout, auto fertile, l'un puisant de l'autre ce sont il a besoin pour vivre et ainsi de suite, le tout sans lui nuire.
Pour créer un potager en suivant les préceptes de la permaculture, on recommande souvent de créer un petit espace au départ car il sera auto-fertile plus rapidement. L'idéal est de vous lancer au début de l'automne car vous laisserez le temps à la terre de votre jardin de s'enrichir jusqu'au printemps prochain.

A quoi sert la rotation des cultures dans un potager ?

La rotation des cultures est utile pour au moins quatre raisons : l'optimisation de la structure des sols, l'apport en nutriments vitaux, la limitation des mauvaises herbes et le risque réduit de maladies et parasites. En somme, priorité à la nutrition et à la bonne santé des sols et de ses occupants.
D'une plante ou d'un légume à l'autre, les besoins diffèrent. L'un va avoir besoin d'azote, l'autre de potasse et le troisième de phosphore pour assurer sa croissance. En faisant une rotation des cultures chaque année, le sol reste prêt à recevoir et nourrir les plants en leur apportant les éléments nutritifs propres à chacun.
La rotation des cultures est précieuse aussi pour le sol lui-même. Planter une famille de plantes ou de légumes dans une même parcelle sur plusieurs années finit par l'appauvrir, ce qui réduit la croissance et la production par conséquent, le sol n'ayant pas l'occasion de se régénérer et de s'enrichir.
Changer chaque année vos cultures de place est une façon efficace de bloquer la croissance des mauvaises herbes qui s'invitent d'ordinaire partout au jardin.
Enfin, la rotation des cultures réduit les risques de maladies et de parasites puisque à l'arrivée d'un nouveau groupe, ces derniers devront reprendre leur cycle de vie même s'ils demeurent dans le sol l'année suivante.

A chaque groupe de légumes, sa place au potager

Au sein du potager, les groupes de légumes se résument le plus souvent à quatre principaux : les légumes-racines, les légumes-graines (ou légumineuses), les légumes-feuilles et les légumes-fruits.

  1. Les légumes-racines se composent du navet, de la carotte, du panais, du radis, du céleri, de la betterave ou encore de la pomme de terre. Ils captent les nutriments dont ils ont besoin à l'aide de leurs racines profondes. Parmi eux, la pomme de terre réclame du phosphore et du potassium en grande quantité afin de bien se développer.
  2. Les légumes-graines réunissent, eux, les haricots, les lentilles, les petits pois, les fèves... Lesquelles ont la particularité de fixer l'azote se trouvant dans les sols. Les légumineuses enrichissent ainsi le sol de façon naturelle.
  3. Les légumes-feuilles comptent dans leurs rangs le choux, la laitue, le poireau, les épinards, les endives ou encore la chicorée. Eux auront besoin d'un sol à forte teneur en azote. Ils peuvent donc être plantés après les légumes-graines qui auront préparé les sols de façon optimale pour le coup !
  4. Les légumes-fruits sont constitués de la courgette, du concombre, du potimarron, du melon, de l'aubergine ou encore de la tomate. Eux devront recevoir des fertilisants riches en potassium.
  5. On peut aussi ajouter le groupe des légumes-bulbeux (oignon, ail, échalote) et le groupe des légumes-vivaces (artichaut, asperge…).

Comment faire une rotation des cultures ?

La rotation des culture s'organise grâce à l'assolement, une technique de gestion de l'espace cultivable qui consiste à diviser un terrain en plusieurs zones de cultures. Comme précisé plus haut, le cycle est généralement de quatre années. Le potager est donc divisé en quatre parcelles qui vont accueillir, à tour de rôle, les groupes de légumes.
Il faut alterner vos cultures dans le sens des aiguilles d'une montre. La première culture de gauche ira dans la seconde parcelle, à droite, la seconde, ira dans la troisième parcelle, plus bas, et la troisième culture sera plantée dans la quatrième parcelle et la toute dernière culture ira dans la première parcelle, située au-dessus.
Pour réussir un assolement et ainsi une bonne rotation des cultures, vous devez faire intervenir les engrais verts. Souvent plantés entre deux cultures, ils permettent d'enrichir le sol afin d'optimiser la prochaine culture. C'est une période de repos pour la terre qui reprend des forces grâce à la richesse des engrais verts.
Ces derniers récupèrent dans les profondeurs des sols tous les nutriments utiles grâce à leur système racinaire, à savoir les oligo-éléments, l'azote, le phosphore ou le phosphate, en les faisant remonter à la surface.
Parmi les engrais verts incontournables et de qualité, vous avez la luzerne, le trèfle blanc, le trèfle violet, le sainfoin, le colza, le fourrager, la moutarde ou encore les graminées (blé, avoine…).

Quelle culture après les tomates ?

La tomate fait partie du groupe des légumes-fruits dont la culture nécessite un apport en potassium. La première chose à savoir est que les tomates sont voraces et puisent dans les sols de façon importante. Il faudra donc privilégier des cultures dont les besoins sont faibles : des légumes-bulbeux par exemple en automne.
Puis des cultures qui vont enrichir le sol, notamment les légumes-graines ayant l'avantage d'enrichir le sol en azote.

Quelle culture après pommes de terre ?

Appartenant à la famille des légumes-racines, la pomme de terre est gourmande et puise dans le sol les nutriments présents, phosphore et potassium mais aussi calcium et azote, et les oligo-éléments s'il y en a. Le sol se retrouve appauvri une fois que vous récoltez vos pommes de terre.
Evitez de planter des cultures issues de la même famille ou de la famille des légumes-fruits qui ont besoin de potassium pour leur croissance. La meilleure solution est donc de planter des légumes-graines, encore eux ! Et je suis sûre que vous devinerez pour quelle raison.

Potager